La G1 dans une assocation, avantages et inconvénients

Bonjour,

Je réfléchis à faire un système d’échange au sein d’une association existante. Je m’interroge sur l’utilisation de la G1. Quels seraient, selon vous, les avantages et les inconvénients ?

Autre question : en admettant que notre asso décide d’utiliser la G1, comment constituer une sorte de capital (bouh !) initial ou fond de roulement permettant les premiers échanges ? Comment faire pour reconstituer ce fonds en cas de « fuite des capitaux » en dehors des échanges associatifs ?

2 J'aimes

Bonjour , il n’existe à ma connaissance aucun inconvénient (pour qui que ce soit, asso, institution ou particulier ) à choisir de se mettre à utiliser une monnaie qui comporte un invariant spatio-temporel.

Bonjour,

Allez je te fais un plan en quelques étapes. Il y aura sûrement quelqu’un pour dire que c’est n’importe quoi, et il n’aura peut-être pas tort.

  • tu fais un appel aux dons sur https://gannonce.duniter.org . Disons 300 Ğ1
  • Tu fais ouvrir des comptes simples portefeuilles aux membres de ton association.
  • Tu verses un peu de Ğ1 à chacun.
  • au lieu de laisser fuir la Ğ1, vous en faites rentrer en vendant des biens et services sur http://gchange.fr.
  • vous organisez des présentations de la monnaie libre sur votre territoire. Vous invitez des membres de la monnaie libre que vous aurez trouvé sur ce forum ou sur la carte Cesium. un peu à la manière de ma stratégie miraculeuse.
  • les échanges des individus avec l’extérieur augmentent, ils créent du lien, se font connaître, reconnaître , inspirent confiance, se mette à lire la licence Ğ1 et paf ils se font certifier.
  • ceux qui sont membres créent leur DU.
  • ils sont gentils et généreux, et pour remercier l’asso qui leur a fait découvrir la Ğ1 , ils font un don en Ğ1 régulièrement sur le compte portefeuille de l’asso .
  • magie, la monnaie sert à l’intérieur ET à l’extérieur de l’asso.

Ne me remercie pas, ce n’est pas la peine. Fais plutôt un don au premier qui te proposera mieux.

3 J'aimes

Les inconvénients de la monnaie libre sont ses avantages :slight_smile: A l’inverse des monnaie-dettes tel que l’euro, la monnaie libre ne promet pas monts et merveilles tel que :

  • Une stabilité des prix (selon les critères de certains), réalisée via des manipulations de la monnaie
  • des crédits illimités, surtout pour ceux qui ont des garanties et/ou sont rentables

En vendant cher :slight_smile: Il y a de plus en plus de gens avec des junes et des besoins, en les aidant en répondant à leurs besoins on peut aussi les aider à se délaisser de leur junes :slight_smile: Et manquant de junes pour continuer à se faire aider, ils devront eux mêmes aider les autres pour récupérer ces junes, l’association elle même par exemple :wink:

Après, rappel, rien ne garanti qu’on puisse dépenser ses junes dans le futur à des prix que l’on souhaiterait. Mon conseil personnel est de plutôt vendre en junes quand on sait quoi acheter derrière :wink:

L’inconvénient majeur, surtout si l’objectif est d’échanger rapidement (par exemple des marchés) est qu’échanger des Ğ1 nécessite d’avoir un ordinateur/téléphone, ainsi que d’attendre la validation des transactions.

Les solutions à ce problème sont discutées dans les sujets sur la Ğ1 physique (avec du papier), et – il me semble – sur Ğ1SMS (je crois que @qoop (Fred) travaille sur des trucs du genre).

L’association le sou en Mayenne, fonctionne avec la Ğ1.
Elle fait partie des pionniers de la monnaie libre.

1 J'aime

Je reviens d’une visite à Vaour-libre.fr (avec @Pi_Nguyen , chez @Zoriko et plein d’autres)

Les villageois motivés tiennent un Ḡmarché mensuel où on peut trouver ce que les habitants peuvent apporter oeufs, confitures, conserves maison, vaisselle en bois, services de plomberie, repas à domicile, … De nombreux échanges résilients entre particuliers (cela rappelle l’expérience d’un SEL).

Les principales difficultés rencontrées sont:

  1. Le manque de Ḡ1. En effet tant que 5 membres n’étaient pas certifiés au village, il dépendaient des June récupérées sur les marchés de Toulouse pour alimenter les échanges sur leur marché local.
  2. Le manque de June. Après avoir atteint ce chiffre fatidique de 5, le DU a commencé à être produit localement… Mais pas encore suffisamment pour faire un marché chaque semaine. Pendant que la poule pond ses oeufs, le fabricant de bougies coule sa cire d’abeille, la grand-mère fait ses compotes, il faut attendre que chacun est assez pour acheter entre eux. En pratique, les prix doivent être équivalents à ceux de Toulouse la Zone June la plus proche pour que les ressources du village ne soit pas « pillées » par des membres ayant accumulé plus de Ḡ1 que eux. De cette façon, indirectement cette situation de vente des produits locaux aux citadins apporte la masse monétaire manquant pour organiser un marché toutes les semaines…
  3. Le manque de réseau (pas de 3G) et des capacités d’utilisation Cesium/Duniter dégradées (Wifi de la mairie) gardent les usagers du marchés avec un fonctionnement « papier/crayon » pendant les marchés… Puis chacun paye depuis chez lui…
  • Après avoir présenté G1sms, et montré comment imprimer des G1Billlets. Quelques uns s’en sont servi lors du dernier marché. Et plusieurs en ont imprimé… Il serait intéressant de les équiper d’un Noeud G1sms local pour gérer leur Portefeuilles et dynamiser le collectif en envoyant des SMS / EMAIL pour prévenir et synchroniser chacun autour des rencontres et événements à venir (Concerts, Spectacles, Marchés, …). Ce petit village est actif et vivant :wink:

A la suite de ce retour d’expérience, pour palier au manque de June du début, un crowdfunding pour une impression de G1Billets me semble bien adapté!

Le premier G1Billet permet d’ouvrir facilement son portefeuille G1sms/Cesium. Les autres (auxquels on peut effacer le code secret) peuvent circuler 6 mois avant de disparaître crédités vers le compte de son généreux créateur…

Bref, la June ne produit aucune égalité spatio temporelle à son démarrage On peut l’adoucir par des dons, prêts de G1Billets, ou en pratiquant le double prix local/étranger…

4 J'aimes

Fred, tu oublies de raconter comment il se fait que ce petit village du fond du Tarn s’est mis à adopter le DU de ğ1. :frowning:

Concernant l’égalité spatio-temporelle générée absolument par le DU , elle concerne les membres face à la création monétaire.

Attention , quand on parle de « fonctionner avec » ce n’est pas clair parce que le statu d’association déposé en préfecture oblige en réalité à « fonctionner » en unités non libre européennes (unle).

Le statu de collectif ne nécessite pas d’ouverture de compte en banque ni de payer en unle et malgré cela les membres actifs du collectif Monnaie Libre Occitanie doivent encore un peu utiliser des unle pour couvrir certains frais .

Merci qoop et Mateo pour ces infos très intéressantes. Quelques questions : @Mateo peux tu préciser pourquoi le village de Vaour s’est mis à adopter le DU de G1 ? Et pourquoi dis-tu que le statut d’asso oblige à fonctionner en unle, est-ce qu’il y a un texte précis là-dessus ? Je suppose que la question se poserait dans un SEL, non ? @qoop sur gchange on a l’impression qu’il y a des utilisateurs qui ne cherchent qu’un emploi à leurs G1, inversement à Vaour il y a des produits mais pas assez de G1. Les collectifs qui veulent fonctionner en monnaie libre ne devraient-ils donc pas contracter un prêt auprès des premiers ?

2 J'aimes

Bonjour Patrick,

Parce qu’un type qui vient régulièrement au festival de théâtre cirque d’été de Vaour, a pris l’initiative, s’est mobilisé, s’est débrouillé, s’est motivé , a usé de stratégie, a dû se démener non sans difficulté , pour intervenir sur une « scène ouverte » du village pendant 20 minutes. :nerd_face:

Oui, au minimum 40 unle annuel à régler au trésor public/préfecture.

Pas du tout , un Sel n’est pas une association. Tout comme un collectif un Sel ne peut pas recevoir de financement de l’etat.

C’est une contrainte des associations déclarées de loi 1901. Pour une association non déclarée dit également de fait, pas de problème :slight_smile:

1 J'aime

Effectivement pour aider à répartir l’égalité d’accès géographique à la monnaie libre, il parait judicieux de rendre disponible la « quantité d’unités » nécessaire à couvrir les « échanges » qui ne peuvent se dérouler sans… Je me rends compte que distribuer des G1Billets (avec un coup de marker indélébile sur le code secret) permet, pendant les 6 mois de leur validité, de réaliser ce prêt.

Ce qui est compliqué est d’anticiper la quantité d’unités nécessaires, mais cette estimation est facilitée dans le cas d’une association ou d’un SEL qui pratique déjà des échanges… ( Le G1FabLab recherche Ḡ1Fadas pour participer au [G1sms+] :: ONE ❤ :: LIVE SWARM )

Bonne nouvelle, plus depuis le 1er janvier 2020 : L’ensemble des publications au Journal officiel des associations et fondations d’entreprise (JOAFE), ainsi que celles liées aux comptes annuels des associations et des organisations syndicales et professionnelles, sont gratuites depuis le 1er janvier 2020

2 J'aimes

Enfin libre ;-). il n’y a pas besoin de paperasse de l’État pour ouvrir un compte collectif monnaie libre.

2 J'aimes

Depuis que je suis dans la monnaie libre, je me dit qu’il serait intéressant pour une asso de pouvoir « rétribuer » ses bénévoles pour éviter ce qui se passe souvent dans les asso: une lassitude ou fatigue de ceux qui s’y investissent physiquement (qui jouent les locomotives) et un sentiment d’enrôlement pour d’autres (difficulté de lâcher un rôle alors qu’il ne vous apporte plus rien et deviens lourd à assurer…).

Avec une rétribution, il y aurait peut être d’avantage de candidats pour assurer les différents rôles, qui pourraient alors tourner plus souvent. Une « récompense » à ceux qui donnent de leur temps et de leur énergie éviterai peut être les « rancoeurs ».

Je sais pas, c’est qu’une idée jetée comme ça…

2 J'aimes

";°) @ suivre …