Combien de femmes dans la June?


#1

Question d’actualité ^^


#2

et

sont des postes qui abordent cette thématique.


#3

Hello,

Je pense que le genre de la personne qui utilise notre belle monnaie libre n’a strictement aucun rapport avec la choucroute, donc ni la question ni la réponse ne m’intéresse :wink:

Pour compléter mon point de vue, je pense que le genre d’une personne n’a strictement aucun rapport avec la choucroute dans toute situation de la vie, sauf au moment de la copulation (et encore pas pour tout le monde ^^).

PS : Désolée, cette journée du 8 mars est très difficile pour mes nerfs (et vous m’avez chauffé avec ce thread où je me suis très difficilement retenue de répondre :stuck_out_tongue: !)


#4

Du coup personne n’a la réponse à la question d’origine?


#5

Peu par rapport à la population féminine(un peu plus de la moitié de la population totale), mais, à priori, toujours en augmentation. :slight_smile:

Il ne faut pas se fier à leur présence sur le forum…


#6

Tu n’es pas la seule… :wink:


#7

Comme l’avais suggéré Galuel, pour répondre a cette question il suffit de :

  1. faire un script qui tire au hasard X membres
  2. demander a chaque de ces X membre leur genre.
  3. faire une règle de 3

X peut par exemple valoir 40, c’est un panel suffisant pour avoir un ordre de grandeur de al proportion de chaque genre.

Il n’y a aucun autre moyen car le genre n’est pas renseigné a la création du compte, et se baser sur les profils Cesium+ peut être un biais car certains membres choisissent de ne pas avoir de profil cesium+ ou/et de ne pas y renseigner d’information permettant de déduire leur genre. Or j’ai l’impression que c’est plus les hommes qui vont avoir des motivations a ne pas faire de profil cesium+ ou a faire un profil suffisamment impersonnel pour que l’on ne puisse pas en déduire le genre.


#8

Il y avait une militante féministe si avait commencé cette démarche. Elle avait conclu que c’était seulement 20% de xx pour 80% de xy et ça l’avait découragé de poursuivre l’expérience.


#9

Ça remonte a déjà plus d’1 an, le taux a peut être considérablement augmenté depuis, il faudrait refaire une mesure :slight_smile:


#10

oui pourquoi pas combien de chats et d’ours pendant qu’on y est. perso vu que la plupart des discussions sur le forum sont entre geek et que j’en suis point, je n’ai rien à y répondre…et pour moi la vraie vie elle est entre gens là dehors. donc je poste sur ce forum les évènements que j’orga pour se rencontrer entre gens là dehors et voilà. bisous les geek merci, sans vous la june n’existerait pas :smiling_face_with_three_hearts: (wa la quantité d’émoticones dispo c’est vertigineux quelle variété dans la virtualité)


#11

À mon avis, il y a 0 chats et 0 ours.

En revanche, il peut être intéressant de connaître le pourcentage d’hommes et de femmes. Pourquoi ? Parce que lors d’un apéro monnaie libre, les réflexes conditionnés peuvent empêcher des personnes de devenir membres. C’est là que la " vraie vie" intervient.

Si, je dis bien si, je m’étais trouvée au milieu de machos pénibles, peut-être n’aurais-je pas voulu entendre parler de cette monnaie libre…

C’est valable pour les personnes racisées, handicapées ou transgenres ou ( j’en oublie je sais ) : l’ambiance des apéros monnaie libre est importante !

Conclusion : la question de départ est justifiée et peut faire réfléchir sur nos comportements.


#12

Que penses-tu d’avoir l’information directement dans la blockchain? Ou ça n’a pas lieu d’être? Sinon peut être dans Cesium+ en donnée publique.


#13

Ou sinon, ni l’un ni l’autre, car ça ne concerne pas la création monétaire.

Celleux qui le souhaitent peuvent déjà revendiquer leur genre dans le profil Césium, et même donner leur etat civil et adresse postale, courriel, etc. Beaucoup le font, d’ailleurs, malheureusement.

Je suis favorable au moins-disant en terme d’informations personnelles sur un tel registre public. Et donc, à ne pas poser la question.

Pour un sondage, c’est différent.


#14

Que c’est impensable. Déjà en terme d’optimisation et de scalabilité c’est pas défendable : la blockchain doit contenir le minimum de données possibles. Outre les arguments purement techniques, en terme de liberté individuelles et de droit sur ses données personnelles c’est impensable également.


#15

Ça n’a pas lieu d’être : la monnaie libre est inconditionnelle, sans discrimination :slight_smile:

Connaître la présence ou non présence de certain organe reproducteur ou l’identité sexuelle ou la préférence sexuelle ou autre n’est pas nécessaire ^^

Après, rien empêche un client de demander le sexe d’un utilisateur (homme, femme, attack helicopter, autre), sa préférence sexuelle, si il aime les frites… :stuck_out_tongue: mais pas dans la blockchain ^^


#16

Je suis tout à d’accord : chacun.e doit pouvoir indiquer les informations qui lui conviennent, sans aucune obligation. C’est une base très saine. :grin:

En revanche, un sondage peut être intéressant même si le résultat pourra être en partie faux. Il y a environ 52% de femmes en France. Si on trouve un résultat très inférieur à ce nombre dans la monnaie libre, il y a de quoi se poser des questions.

Lors des deux premiers apéros monnaie libre de Clermont-Frrand, j’étais la seule femme du groupe ( au deuxième nous étions 10 si je me souviens bien ). Pourquoi ? :thinking:


#17

Je fais personnellement le constat qu’il y a des amateurs de blockchain, d’économie, de finance, de systèmes alternatifs, d’égalité, de justice, de révolution, de contacts humains, de discussions pour refaire le monde… tout ça indépendamment de la présence ou non de certains organes reproducteurs, ou de longueur de cheveux, ou de plutôt apprécier les petits pois aux frites, et je trouve ça plutôt logique, car je pense que la seconde liste est moins pertinente que la première pour comprendre pourquoi les gens viennent au apéro monnaie libre ^^

(Après, si ya soudainement plus d’amateurs de frites que de petits pois, je me dirais qu’il y a peut être quelqu’un qui a bien communiquer sur un forum où l’on parle de frites :smiley: )


#18

La question du rapport du nombre de femmes et d’hommes dans la monnaie libre n’a pas à être totalement réduite à la présence d’organes.

Il y a des stéréotypes de genre qui font que ma marraine, pourtant à Toulouse, me dit que “l’informatique c’est pour les mecs, ça a l’air sympa ton histoire de monnaie libre mais je ne vais rien y comprendre”. Elle aurait tout à fait sa place dans la monnaie libre (comme tout être humain, hein, mais je connais ses idéaux et c’est de ça que je parle) mais s’en exclut à cause de ce stéréotype de genre.

La question du rapport de nombre de femmes et d’hommes, c’est plus largement la question de comment on communique, et dans quelle mesure nos outils et nos réunions sont accessibles à toustes (genre, handicap, langage, notions mathématiques), ou pas, ça peut être un choix (par exemple, les hackatons ou RML-developpement n’ont pas à se vouloir ouverts aux non-devs)

Mettre ça sous le tapis en disant “vient qui est intéressé.e”, je trouve ça très dommage.

Tiens, d’ailleurs, je connais quelqu’un qui travaille régulièrement à des tableaux de pictogrammes thématiques, en aide à la communication de personnes muettes ou déficientes intellectuelles. Elle en a fait un sur les Gilets Jaunes, je vais voir si en produire un sur la monnaie libre est envisageable.


#19

Je crois que le problème n’est pas simplement nos compétences en informatique ou ailleurs mais la manière de nous aborder.

Quand une femme va dans un bar où il n’y a que des hommes et que ceux-ci la reçoivent avec des expressions ou des gestes désagréables ou pire, cette femme n’aura pas envie d’y remettre les pieds en général. Pareil pour une personnne racisée ou handicapée : l’accueil est important.

Les stéréotypes interviennent aussi dans une certaine mesure mais aussi le temps : prendre le temps de venir à un apéro monnaie libre qui a lieu le soir ( comme à Clermont-ferrand ) demande de ne rien avoir à faire d’autres…Dans les couples hétéro, ce sont souvent les femmes qui s’occupent en grande partie de la marche de la maison. On parle de charge mentale et c’est une réalité. Il faudrait que le partage des tâches soit réel. Dans ce cas, une femme en couple hétéro et membre de la monnaie libre, pourra dire : " ce soir je vais à un apéro monnaie libre" sans culpabiliser ( même si son conjoint est membre de la monnaie libre aussi ) car elle saura que les tâches ne l’attendront pas.

Je ne sais pas si je suis claire…