La monnaie libre peut-elle devenir une monnaie dette?

Chouette idée, ce post, merci @yyy :slight_smile:

Les points que tu listes sont à peu près clairs pour moi. Par contre je ne comprends pas l’opposition qui est souvent faite entre monnaie dette et monnaie libre.

J’explique.

Dans les UNL, la monnaie est majoritairement créée par la dette, suite à un éloignement progressif de sa nature initiale, OK.

En ML, la création monétaire aujourd’hui repose sur le DU ; mais qu’est-ce qui empêcherait à terme de faire du crédit, de manipuler des reconnaissances de dettes, puis finalement de créer des reconnaissances de dettes reposant sur une forme de confiance, puis finalement que la création monétaire soit essentiellement issue de ces dettes, et que le stock de G1 réelles joue un peu le même rôle qu’un stock d’or, par exemple ?

Voilà ; j’ai écouté pas mal d’exposés, souvent posé la question, mais je n’ai jamais compris ce point :thinking: Quand on m’explique comment on en est arrivés à une monnaie dette, je ne vois pas ce qui fondamentalement empêcherait de suivre le même processus avec la G1.

4 J'aime

Cela repose sur le processus de création monétaire :

1 - Monnaie dette : l’argent est créé a partir de la création d’une dette. Donc de celui qui a la capacité d’emprunt selon le jugement de la banque privée qui accorde le prêt (ou pas). Pas de dette = pas d’argent.

2 - La monnaie libre : la :g1: est versée sur le compte de chacun des membres co-créateurs du DU. Les membres sont co-banquiers : Ainsi la monnaie n’est pas créée en contre-partie d’une dette.

Rien. tu peux effectivement prêter tes Ğ1 (comme tes €), mais le fait est que tes Ğ1 sont déjà créées par la nature intrinsèque du DU, alors que tes € ont été créés sur la base d’une dette initialement contractée auprès d’un établissement bancaire privé.

Non parce que le processus de création monétaire de la monnaie libre ne démarre pas d’une dette.
Ainsi dans les relations d’emprunts en monnaie libre, l’argent emprunté est déjà créé :wink:.

En fait, ici, tu sembles confondre 2 niveaux monétaires :

  • Niveau 1 : celui de la création monétaire.
  • Niveau 2 : celui des échanges monétaires (y compris les prêts entre particuliers).

Lorsque les € retournent aux banques, ceux-ci contre-balance une dette. Lorsque le DUğ1 est co-créé par ses membres, il ne compense pas un emprunt.

2 J'aime

Il n’y a aucune opposition entre des étalons /référentiels de mesure différents:

La monnaie dette est un étalon injuste , non libre , sans invariant spatio-temporel, privé et privateur de valeur alors que la monnaie libre est un étalon juste, transparent, neutre sur les échanges, avec invariant spatio-temporel, universel , sans privilège et équitable.

(@MatthieuLatapy j’ai appelé ce post : « La monnaie libre peut-elle devenir une monnaie dette? », dis-moi si tu préfères un intitulé de sujet :wink: )

Réponse simple : oui ^^

Je pense qu’on peut comprendre « monnaie-dette » de 2 manières :

  • Le fait que la plupart des monnaies ont pour création monétaire majoritaire le crédit, que quand des agents s’endettent, de la dette apparaît, et de la monnaie en même temps. La monnaie est donc dette car née de la dette. Alors qu’à l’inverse les monnaies non-dettes serait des monnaies-valeurs, qui n’apparaissent pas avec des dettes, mais produites.
  • Le fait que comptablement, les comptes en banque sont des promesses, des dettes de la banques envers ses clients déposants. Et les pièces/billets et la monnaie centrale électronique ? Et bien ces éléments sont notés au passif de la banque centrale, les dettes étant au passif (mais en vrai, on a pas la liste des créanciers, donc pour certains ce ne sont pas des dettes).

Alors déjà, pour le premier point, il est important de préciser que c’est pas que les crédits qui permettent la création monétaire, les banques commerciales peuvent acheter des actifs financiers, ainsi que la banque centrale (Quantitative Easing). Finalement les crédits sont considérés comme des actifs financiers. Et une banque peut ajouter des actifs à son bilan en promettant de la monnaie, les comptes en banque des vendeurs augmentent.

Pour le deuxième, d’un point de vue anthropologique, les premiers systèmes monétaires étaient surtout des reconnaissance de dettes qui circulaient, le tout géré par une autorité centrale (au début les temples, puis les seigneurs…) avec l’appui de la justice pour justement faire régler les dettes.

Pour maintenant te répondre plus précisément, oui, on peut imaginer une association promettant de gérer les junes de ses déposants, pour faciliter les moyens de paiements, le prêt, promettre des intérêts… et puis on pourrait remarquer plus tard que finalement, cette association promet plus de junes qu’elle en a ^^ Et paf ! Monnaie dette :stuck_out_tongue:

5 J'aime

Depuis 4 ans j’ai déjà prêté plus de 400 DU , avec intérêt libre pour les plus gros montants.
Cela ne fait pas de la monnaie libre une monnaie dette (non libre) pour autant. :slight_smile:

Contrairement à la monnaie dette , le prêt de monnaie libre ne rajoute pas des unités dans la masse totale qui disparaîtraient au remboursement.

3 J'aime

@MatthieuLatapy En fait, ça dépend de ce qu’on appelle « monnaie » ^^

Si tu vas au bar, que tu commandes une pinte, et que tu demande au barman de la rajouter à ton ardoise, et qu’il écrit « 5€ » à la craie… est-ce que c’est de la monnaie ?

Pour la plupart des gens « non », alors que ces mêmes personnes peuvent dire qu’elles ont de la monnaie sur leur compte en banque. Sauf que les compte en banque, c’est exactement ça, une ardoise, la banque dit qu’elle vous doit des sous, mais elle a pas les sous de tout le monde ^^

Les ğéconomistes mainstream comptent bien ces promesses de banques commerciales dans la masse monétaire ¯\_(ツ)_/¯

Et la banque vous doit des € monnaie centrale. Or, la monnaie centrale électronique, même délire, les banques commerciales ont des comptes en banque à la BCE. En gros, la BCE a une ardoise où elle note combien de monnaie centrale elle doit à chaque banque commerciale ^^ Et la banque centrale s’autorise à en créer seulement si on lui donne un actif en échange, genre un crédit (qui est un actif) peut-être garanti par une obligation d’Etat (une dette d’Etat, qui est aussi un actif).
:crazy_face:

4 J'aime

Merci pour la création du fil et pour les éléments de réponse :pray:

Je suis tout à fait dans la même réflexion que toi, @yyy ; et au final, quelle que soit la définition (raisonnable) de monnaie dette, je ne vois pas ce qui empêcherait techniquement la G1 d’en devenir une. Je me dis qu’on pourrait voir les DU comme la collecte d’or, pierres précieuses, etc, et reconstruire dessus un système très similaire à ces bonnes vieilles UNL qui nous posent tant de problèmes :confused:

Pour moi, techniqement, il n’y a pas d’incompatibilité. Du moins pour l’instant je n’en vois pas.

Par contre, je me dis qu’il y a peut être une différence dans les comportements. Peut-être que la distribution uniforme (symétrique) de la création monétaire, à la source, via le DU, changerait les mentalités et conduirait à ne pas développer le même système, même s’il était utilisé par la majorité de la population. On peut se demander si les systèmes monétaires actuellement dominants seraient très différents si, depuis toujours, chacun avait reçu un peu d’or et de pierres précieuses chaque jour… :thinking:

Après tout, si cette quantité d’or avait augmenté en proportion de la population avec une petite formule sympa assurant la convergence, l’or n’aurait-il pas été une monnaie libre ? Et on reboucle : y aurait-il eu des prêts d’or qui auraient finalement pris le dessus sur la création par extraction, en passant par des bouts de papiers représentant de l’or, puis par des bouts de papiers ne représentant plus rien qu’une espèce de confiance inconsciente ?

Je n’ai pas encore tout potassé, mais je vois qu’il y a déjà des réflexions sur le sujet ici :
Réflexion sur le Prêt
(Tiens tiens, qui est ce @yyy qui les avait lancées :wink: )

Il y a aussi quelques demandes / discussions amusantes ici :
Obtenir des Junes sans être membre certifié? - #3 par MatthieuLatapy
Demande de prêt en 󠄞Ğ1

5 J'aime

Hello Matthieu,

Merci pour ton post, il m’en a inspiré un autre :
https://mamot.fr/@cuckooland/105913390532579487

Si tu as du temps à y consacrer, je te conseille de parcourir les commentaires (fondateurs pour moi) qu’avait provoqué ce vieux post de rom1v :
https://blog.rom1v.com/2011/12/comprendre-le-mystere-de-largent-et-le-probleme-des-interets-manquants/

190 commentaires étalés sur un mois. Extrait choisi (presque) au hasard :

Qu’il y ait des espaces où des individus pensent n’échanger qu’en rapport de plus de valeurs est certain. Prétendre que ceci est général est erroné et n’est que l’émanation des esprits réductionnistes.

3 J'aime

Je vais peut-être dire une connerie, mais je répondrais non pour ma part. Et veux bien qu’on debunk mon analyse si je me trompe (aimablement svp :wink: )

Si un individu ou un groupe propose de faire des crédits avec des Ğ1 qui n’existent pas, je ne vois pas comment il peut verser les Ğ1 promises sans les avoir sur un compte Duniter. Donc techniquement, impossible de faire ça avec les unités ˘Ğ1 gérés dans Duniter.

Pour que cela fonctionne, il faut une couche d’abstraction ayant des unités privées propres au banquier que le banquier peut créer à loisir (ardoise, billets, tokens, unité de comptes, etc).
Là il peut y avoir un zone de confusion :

  • Si le banquier nomme ses unités privées des Ğ1, c’est un mensonge. Elle ne sont pas des Junes, mais des promesses de Junes, car indexées sur la Ǧ1.
  • S’il est transparent avec ce procédé, alors personne ne voudra s’en servir (sauf par méconnaissance ou par volonté de financer un gros projet en un seul paiement).

Donc pour rassurer tout le monde :

  • Non, la Ğ1 utilisée de façon directe, dans Duniter, ne peut pas être créée à volonté, et donc ne peut pas techniquement devenir monnaie dette.
  • Oui, une unité de compte privée émise par une application tierce et indexée sur la Ğ1 peut être une monnaie dette. Mais le fait de savoir que c’est centralisé et qu’il y a une création par la dette peut dissuader (ou pas) les gens de l’utiliser, en sachant que ce ne sont pas des Ğ1.
6 J'aime

Ca me va :slight_smile: Si tu comptes des chiffres sur des ardoises comme des junes, vu que tu comptes des ardoises, tu comptes une monnaie-dette basé sur les junes, junes qui reste une monnaie libre :wink:

Et les euros sur un compte en banque sont une monnaie-dette basé sur une autre monnaie-dette, la monnaie centrale euro :stuck_out_tongue_winking_eye: Enfaîte, même si les banques commerciales devaient avoir 100% de monnaies centrales pour les comptes de dépôts, la banque centrale pourraient toujours accepter des crédits comme actifs pour créer de la monnaie centrale. Faudrait que la banque centrale n’accepte pas de crédits comme actifs, mais seulement des titres et des ressources. Et encore, derrière chaque euro, il y aurait donc soit un titre, soit des ressources, finalement les euros resteraient des dettes de choses réelles de la banque centrale envers les possesseurs d’euro ^^

Du coup, à ce rythme, des billets convertible en ressources (au hasard, une certaine quantité d’or :stuck_out_tongue: ), resteraient aussi une monnaie-dette. En gros ya que l’échange direct d’actifs qui peut être considéré ne pas être une monnaie-dette. Genre directement échanger pièces d’or, bitcoin, junes… ^^

Mais bon, à ce rythme, tout titre de propriété est en fait une reconnaissance de dette, et tu ne possède une maison que si tu es dedans :stuck_out_tongue_winking_eye: Du coup perso des billets ou des chiffres qui représentent quelque chose ça me dérange pas ^^

4 J'aime

Jolies réponses, j’adore, merci à tous :slight_smile:

Je ne vois toujours pas ce qui techniquement distingue la G1 de l’or :wink: comme valeur de référence pour faire de la monnaie dette. Mais je suis tout à fait d’accord qu’en pratique ses caractéristiques particulières pourraient engendrer des comportements différents, l’éloignant d’un système de monnaie dette.

De toute façon, je ne suis pas expert, mais de ce que j’ai vu c’est la meilleure monnaie qui existe… C’est peut être le plus important.

1 J'aime

@MatthieuLatapy tu peux voir les choses comme cela :
tu pars miner de l’or et tu trouves un filon, pleins de pépites et de la poudre : tu récupères tout cela et tu le vends contre des € ou une valeur d’échange (le troc aussi est accepté). Ce travail que tu as effectué se base sur la rareté de la matière première. L’or est stocké et on va lui donner un valeur en rapport à sa rareté. L’or est oublié et les valeurs d’échanges monétaires se basent sur des lignes comptables dans les banques, l’argent contre l’or en somme n’existe que dans des livres de compte qui appartiennent à ses possédant : système de crédit et dette.
tu reçois un dividende universel parce que tu existes et tu en fais ce que tu veux avec tes camarades. Il n’y a pas de notion de rareté puisque tu reçois le dividende U comme tout le monde tous les jours, de la même façon, et du même montant. Si tu veux en avoir plus, tu fais des échanges, des actions etc. pour en obtenir. Mais l’ensemble de la valeur est distribuée, elle existe, il n’y a pas d’argent ou de valeur fictive, il y en aura plus demain mais moins de façon absolu (division de la masse monétaire par le nombre d’humain pour calculé ce que tu perçois tout les jours). C’est la preuve de vie qui permet de créer par des machines le dividende U. La machine reprend sa place. Une fois mort, il n’y aura plus de création.
Effectivement, je synthétise à l’extrême, les calculs et les processus de développement je les laisse à la science :slight_smile:

1 J'aime

L’offre d’or est faible (produire une petit quantité est coûteux, moins quand la demande de l’or explose :stuck_out_tongue:), et il existe une demande minimale (production de bijoux, de conducteurs, de dorures…), mais qui devient une demande forte au fur et mesure que l’or devient liquide (facilement échangé et échangeable).

Si ya pas de demande, même si une chose est rare, ça en fait pas une chose voulue et demandée pour autant ^^

Si tu en a plus que les autres, ta part relative diminue, ca se rarifie mais seulement pour toi :wink: Au contraire, si t’en a pas, ca devient disponible mais seulement pour toi. Ca me paraît pas mal comme phénomène :smiley:

Perso je préfère parler d’intermédiaire des échange ^^

Mon argument ultime c’est que chaque système monétaire peut s’enrailler, si l’intermédiaire des échanges se rarifie par exemple, quel qu’il soit, et du coup les individus peuvent remettre en question leur système, tenter d’en commencer un autre, où l’intermédiaire des échanges est disponible, facilement échangeable… Finalement, ce qui serait bien c’est un système monétaire qui recommence, perpétuellement, ce que je crois avoir trouvé avec la monnaie libre :slight_smile:

Ca me fait penser qu’à certaines époques, il était coutume de faire un jubilé de dettes tout les x années, d’annuler les dettes de tout le monde, afin de décoincer le système et éviter les oppressions, des gens devenant esclave de leur dette.

Là, avec un intermédiaire des échanges qui apparaît un peu tout le temps chez tout le monde, ca me paraît pas mal ^^

2 J'aime

:interrobang:
Explique moi comment tu vas prêter des DU:g1: qui ne sont pas encore créés et donc qui ni sont pas encore en circulation ni même stockés ? Par une promesse de prêt contre-balancée par une promesse de projet non encore abouti faute de moyens ? Cela ne colle pas, a mon avis.

Ah ?!… Dans ce cas, la :g1: ne serait donc pas plus ni moins libre que la monnaie-dette ? C’est bien cela ta conclusion ?

Une trop grande foi dans l’Humanité peut devenir tout aussi aveuglant que de trop regarder le soleil.

Sinon il y a bien longtemps que les problèmes de hiérarchie sociale et de la répartition des richesses aurait été réglé de longue date. Y compris sans monnaie libre…

Voici 2 textes (+ version audio) de Rapaces ( https://garap.org ) qui pourraient te donner quelques contre-argumentations…

1 - Rapaces - rap français - L’Organisation Mondiale du Carnage

2 - Rapaces - rap français - Ex-pression-libre sur l’Europe

Genre comme dans un système Capitalo-Communiste ? On est plus à un antagoniste près :rofl:

J’espère que « Coproduire la monnaie pour changer le monde » n’est pas qu’un simple slogan commercial. :wink:

@+ :vulcan_salute: :g1:

2 J'aime

Si la valeur d’échange est adossé à cette valeur étalon elle devient le garant de la valeur d’échange, peut importe la demande. La rareté se place dans sa finalité quantitative, la relative à cette valeur reste la valeur d’échange qui a été donnée, décidée par nation, état, banque etc., institutions ‹ garantes ›.

Ma démonstration ne fait pas apparaitre le marché de l’or actuel, les réserves, la bijouterie etc. (les conquistadors aussi voulaient leur eldorado) mais l’idée d’échange de l’or, ou matière « précieuse » « raréfier » tel que je le comprends dans les propos de MathieuLatapy, une démonstration afin de désaturer le discours de notions à mon sens trop abstraite pour donner un sens ‹ commun › à nos échanges. Juste une partie de ma personne qui se donne à vous dans un échange discursif.
Je sers en somme à valoriser la monnaie libre, à augmenter sa valeur bien quelle ne soit pas rare, la rareté sont les personnes qui en parle n’est ce pas ? La june est adossé à l’homme qui lui est rare car unique. En valorisant comme singularité l’humain, je donne un poids à son échange, tout comme la june donne une valeur à l’échange des hommes. Il est clair que l’€ n’a plus de possible avec la valorisation humaine, que tu échanges des pommes de terre ou des armes, que tu bosses ou soit rentier par héritage, que l’argent provienne d’un fond spéculatif ou d’échange citoyen, on y place le même référentiel écrit (comptable mais pas dans les même classe n’est-ce-pas ?).

A nous de faire correspondre la valeur ‹ éthique › dans nos échanges.

Si tu en a plus que les autres, ta part relative diminue, ca se rarifie mais seulement pour toi :wink: Au contraire, si t’en a pas, ca devient disponible mais seulement pour toi. Ca me paraît pas mal comme phénomène

:+1:

Comme tu adhères positivement à la monnaie libre, je suppose que le concept de liberté ne t’es pas étranger et que tu es aussi contre l’esclavagisme.

La monnaie-dette c’est de l’€ contre une promesse de remboursement (à la source de la création monétaire).

La monnaie libre est co-créée par ses membres selon la formule : DU = c * M/N.

Donc en faisant en sorte que la monnaie libre devienne une monnaie-dette c’est comme si celles et ceux qui partaient dans cette direction avec la monnaie libre voudrait réinstaurer l’esclavagisme : L’humain serait par essence une dette pour lui-même.

@+ :vulcan_salute: :g1:

1 J'aime

La valeur n’existe pas :wink: Déjà, c’est un mot polysémique, qui je trouve n’éclaire pas nos pensées, mais « valeur » en tant que mot peut faire penser à une chose qui existe, une mesure absolue, intrinsèque. Or, ce que je constate, c’est pas des valeurs absolue/intrinsèque, mais des individus qui évaluent, comparent, valorisent, échangent… Et ça c’est propre à chacun, et les prix sont propres à des marchés limités qui n’observent que certaines transactions.

Dit autrement, le maraîcher qui me dit « elles sont belles, fraîches et pas cher mes oranges, elles valent seulement x € » je lui réponds : « Non, c’est moi qui décide si je les trouvent belles, fraîches, pas cher, et si le prix qu’elles coûtent là ici et maintenant vaut le coup » :wink:

Est-ce que tu peux ré-exprimer ta pensée sans utiliser le mot « valeur » s’il te plaît ? :slight_smile:

1 J'aime

Exactement, ça s’appelle la valorisation, et celle-ci, dans un grand consortium, est établie par des états, des « thinks-tanks », des religions, des « rites » (groupement d’humains observant les mêmes comportements afin de partager des ‹ valeurs › communes) dont leurs dirigeants sont élus pour les représentés (dois-je exclure les dictateurs, chefs de guerre, hommes et femmes de pouvoir, non élu ? que né ni mes nis, la délégation est le socle du pouvoir des valeurs communes). Mais bien entendu, si nous somme ici, dans ce forum a discuté, c’est que nous voyons les choses probablement autrement, un cheminement différent a émergé, peut être par ce que nous avons été immergé de valeurs inacceptables. A valeur, ce que tu en fais, à valeur, ce que tu en dis, mot polysémique exactement, banalisé car reconstruit à chaque changement de paradigme. Tu le tiens, il t’échappe, tu lui ouvres ton cœur, il t’épouse, te poignarde, t’ignore… D’une valeur l’autre, d’une aporie au socle. Et bien entendu la valeur fiduciaire ne peut être la même béance qu’une valeur morale, intégrée et inconsciente. Des valeurs culturelles peuvent au mieux nous éclairer sur nos échanges, dans ce forum, mais encore puisse-t-on les distinguées de notre être, avoir la distance en nous pour marcher à coté. Discours abyssale, qui ne donne en soit aucun éclairage à notre camarade MatthieuLatary et qui je pense ne nous mettra probablement pas en accord, tout au mieux en harmonie :slight_smile: merci pour le débat.

La valeur existe, c’est un écueil.

Si la valeur d’échange

La valeur attribuée par un groupe d’humain, désirant vivre ensemble, sur la base du partage de ‹ bien › (dois-je définir un bien ?) défini par nos cultures et nos échanges.

A nous de faire correspondre la valeur ‹ éthique › dans nos échanges.

Du coup plutôt un prix, qu’il soit décidé par un marché, par une association…?

Quand le maraîcher dit que ses oranges coûtent x €, pour certains ça vaut le coup, pour d’autres pas. On peut pas dire que les oranges valent x euros si ca dépend de chacun ^^ La chose absolue c’est le prix. Que tu trouve ça cher ou pas, que ca vaut le coup ou pas, le prix reste le prix affiché ^^

Si je traduis avec mes mots :

Si le prix est adossé à l’étalon de mesure, il devient le garant du prix, peut importe la demande.

Bah après oui, si une association décide et décrète qu’elle vendra ses pots de miel à x DU, qu’il y ai de la demande ou pas, pour avoir la garanti de pouvoir acheter à ce prix si j’ai des DU, autant faut-il qu’il y ai des pots de miel à l’association, mais sinon oui ^^ Du coup si ça dépend pas de la demande, encore faut-il produire assez pour tout le monde.

C’est bien ce que tu souhaitais exprimer ?

Oui finalité de valeur. Mais cela n’est pas identique dans d’autres cultures, on ne se base pas sur un prix mais par un coût, symbolique, une tâche, un troc, un être (animal ou autre, rituel sacrifice). C’est le « prix à payer », c’est le coût à mettre dans l’échange, une valeur donc. Il est juste plus simple dans nos contrées d’abjurés le coût car « ça doit pas couter », sinon il y a une notion sous-jacente de dette (dans un monde d’illimité il est claire que la dette n’est pas acceptable). Il y a dette, oui, mais pas dette comptable, fiduciaire, mais une dette symbolique. En effet, tu mets quelque chose de toi et pour équilibrer l’échange quelque chose de l’autre est proposé. Tu es en dette du don qui a été mis en place. Il peut y avoir aucun don direct tu vas me dire donc pas de contre-don, ou dette du don. Il y aura toujours dette, car il y a eu des êtres avant toi, et ta culture t’a endetté par leur vie passé à bâtir leur dette et la notre, ton instruction, le toit, la maitrise du feu etc. Cela est un raisonnement du type symbolique, et non financier je le redis. On peut dire que pour la june, nous ‹ devons › être en dette symbolique envers les créateurs, les penseurs, les concepteurs, les devs : en effet, la june repose sur une notion implicite, le respect de le TRM, la loi qui maintient et encadre le contrat social de la monnaie june. Mais est-elle basée sur une dette d’échange, une dette adossée à une autre ? Si on dit que le ‹ monnaie › appartient à ceux qui l’a crée et que cette valeur de référence commune dite june est partagée, qu’elle provient d’aucun système financier, qu’elle n’est pas miné, qu’elle n’appartient pas à une caste, personne n’est en dette de cela (d’autant que sa création est vérifiable puisque maitrisée de bout en bout), d’où la notion socle de monnaie libre, libre d’être partager avec la ‹ valeur › que chacun y met. L’humain dans ce principe prend toute sa place, il valorise l’échange.
Il y a un consensus comme toujours à trouver entre les différents groupes d’échanges, mais il est tout a fait possible de ne prendre aucune référence ‹ prix › entre l’Auvergne et Colmar. Si j’estime que mon livre vaut 25 junes, je le décide et si quelqu’un veut le prendre, il propose un échange de 25 comme indiqué. Le motif de la valeur que je propose pour l’échange reste encore à l’heure actuel intime. Maintenant disons que j’adhère à ton association, et pour faire des échanges personne ne veut mettre 25 junes dans mon livre. Soit je ne l’échange pas soit je suis la demande, je le baisse à 10. Que vaut 10 junes ? La valeur de mon échange, « le prix à payer » pour : accepter l’échange, donner de soi, permettre à d’autre de connaitre mon livre, faire société etc. Ton désir d’avoir ce bien a un coût, la dette de tes passions. Le DU, n’a plus rien à voir entre les échangeurs, il est une référence pour que l’échange existe. Je pourrai aussi utiliser des cailloux, ou des choux pour échanger, tout comme on pourrait dire : je vis à coté d’un rivage, j’ai des coquillages que j’aime bien, je les échange contre du manioc, 2 objets dont j’ai besoin pour obtenir le consensus entre 2 ou plusieurs échangeurs… tout comme dans l’association on a décidé de prendre les junes pour faire cela.
Ai-je bien fait de faire cet échange dans l’association pour : Réponse A : m’enrichir ? B : me faire du bien ? C : valoriser les objets ? D : exister ? à chacun sa formule pour « gagner des » Réponse A : Millions ? B : Camarades ? C : Biens ? D : Plantes grasses ? :smiley:

Oui :slight_smile: merci pour l’échange.

2 J'aime