Commerçants dans la ML, qu'est-ce qui coince?

@Mateo Il va falloir que tu te renseigne un peu avant de répéter à tue-tête tout et n’importe quoi, et c’est pas comme si on ne te l’avait jamais dit.

Tu ne fournis jamais aucune sources à tes propos

Tiens lis bien cette page STP:

https://www.loc.gov/law/help/cryptocurrency/france.php

Notamment ce paragraphe: (Et je précise que c’est pour la France et que cette page a été mise à jours le 30/12/2020) :

V. Taxation

According to guidelines from the Direction générale des Finances publiques (DGFP, General Directorate for Public Finance), capital gains from the sale of cryptocurrency are subject to taxation.[31] These gains will be taxed differently depending on whether the taxpayer’s acquisition and sale of cryptocurrency is an occasional activity (in which case it will be taxed as “non-commercial profit”) or a habitual activity (in which case it will be taxed as “industrial and commercial profit”).[32] Additionally, cryptocurrencies are taken into account when calculating the basis for the French wealth tax, and the free transfer of cryptocurrencies from one person to another may be subject to the gift tax.[33] Beyond these guidelines, however, tax experts have commented that there still are a number of ambiguities that will need to be clarified by the government.[34]

Peux-tu nous expliquer ce que tu ne comprends pas sur cet article, avec précision, de manière à ce que nous puissons enfin utiliser les bons mots pour te faire comprendre ce sujet ?

Suite à ta réponse éclairé, je déplacerai toute cette discutions dans un autre trou pour épurer ce sujet.
Merci d’avance.

1 J'aime

https://data.gchange.fr/market/record/AXgtshHdMjkxPehP7Z1o/_share

Avocat-fiscaliste

Why not, tout est possible :slightly_smiling_face:

8 J'aime

@poka , il te suffit de chercher :

http://impotsurlerevenu.org/declarer-ses-revenus/1260-declaration-et-imposition-des-actifs-numeriques.php

ou donc est-ce que ça coince ? :slight_smile:

Je te retourne la question.
La page que tu indiques ne parle que des cessions d’actifs.

Mais si on lit les lois en vigueur en France:

https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000037988279/

(Source fourni dans le lien que tu viens de partagé)
(Et le document que j’ai partagé juste avant est toujours valable et plus clair.)

cette page ne parle que de cession d’actif numerique, de plus-value sur cession d’actif.
http://impotsurlerevenu.org/declarer-ses-revenus/1260-declaration-et-imposition-des-actifs-numeriques.php

C’est plutôt clair pourtant, qu’est ce que tu ne comprend pas dans ce qui est expliqué?
nb: « on » c’est personne en particulier . tu parles de toi quand tu ecris « on »?

Bonjour, je viens d’arriver sur le sujet, je n’ai pas tout lu j’avoue.

Alors ça c’est une rumeur. Je fais des échanges de crypto-monnaies tous les jours, et je serai taxé sur ma plus-value quoiqu’il arrive. Même en convertissant d’une crypto-monnaie vers un autre comme le stablecoin USDT. Ne cherchons pas comment échapper au fisc, ne cherchons pas si nous pouvons échapper au fisc, cherchons comment rester en règle. Et cela est compliqué, je connais des personnes qui cherchent à déclarer leurs plus-values avec des centaines de transactions dans des dizaines de crypto-monnaies différentes, les agents des impôts sont incapables de répondre (ils vous envoient d’un service à l’autre jusqu’à ce que ça se perde).

Ce qu’il faut faire, à mon avis :
Le commerçant doit fournir au fisc un historique des transactions effectuées en June pour prouver sa bonne foi, et ensuite ils se démerdent avec ça pour calculer combien le commerçant leur doit. Je présume qu’ils vont laisser tomber … Les textes ne sont pas assez clairs et les agents pas assez formés.

Ma question :
Pourquoi la June n’est-elle pas encore sur binance, kraken, et autres exchanges de crypto-monnaies ? Cela permettrait :

  1. D’obtenir un taux de change fixé par le marché, universel. Même si assez volatile, il y a un taux à un instant T.

  2. D’attirer spéculateurs et investisseurs sur la June. Et lorsque ces gens comprendront qu’ils n’ont qu’à ouvrir un wallet pour gagner des June sans rien faire tous les jours, ils le feront. Cela fera grimper le nombre d’utilisateurs. Ils ne feront peut-être pas de commerce dans la June mais permettront d’étoffer la toile des certificateurs et de rendre le projet plus populaire, et de lui donner un coup de boost.

3 J'aime

Voili

3 J'aime

:astonished: :persevere: :confounded: :tired_face: :disappointed_relieved: :sob: Où comment tuer rapidement la monnaie libre :g1: de ce pourquoi elle aura été créée.

Mais cela est encore un autre sujet, tout comme la fiscalité de la June a été abordé à plusieurs reprises.

@+ :vulcan_salute: :g1:

2 J'aime

Je ne vois pas pourquoi ça la tuerait. Peux-tu développer ?
Et si arriver sur les marchés tue la monnaie libre, alors elle n’a aucune chance de survivre à grande échelle car fatalement, elle finira par être tradée, c’est inévitable.

5 J'aime

Concernant la monnaie libre sur les plateformes de changes

moi non plus puisque cela aiderait à la faire connaître afin qu’elle soit plus massivement coproduite. :slight_smile:

Toujours est il qu’aujourd’hui la Ğ1 est répertoriée sur la page Cryptomonnaie — Wikipédia
cryptos

N/A= « non applicable » est l’abréviation utilisée sur un formulaire pour montrer que vous ne donnez pas les informations demandées car la question n’est pas destinée à vous ou à votre situation .

Lorsque l’equivalent de la masse monétaire de la crypto en USD n’est pas encore connue, le champs et vide :
cryptos1

Concernant le sujet de départ, les commerçants qui acceptent la Ğ1, le premier fut , semble-t-il le restaurant Ettrillum qui publia le 14 mars 2017 sur son site:

ettrillum

Aujourd’hui, sous la contrainte des couvres-feux et confinements gouvernementaux, le restaurant de Neyya est fermé alors que son site explique que Une monnaie libre existe… !!

PS: la conjointe de Neyya ,avocate (fiscaliste?) de profession, rencontrée lors des RML 11 de Douarnenez, ne semblait pas fiscalement coincée à ce que son restaurant acceptasse la Ğ1 . :slight_smile:

2 J'aime

Bonjour @kalgon

Je ne crois pas que quique ce soit ici ait l’intention d’échapper au fisc avec la Ğ1, ce n’est d’ailleurs pas le sujet.

L’idée de départ est de nous questionner sur les raisons qui font qu’un commerçant n’adopte pas facilement la monnaie libre et parmi ces raisons, le sujet de la fiscalité est remis sur la table car ce n’est pas clair pour la Ğ1.
Pour moi, elle reste différente des autres cryptomonnaies, dans son code d’émission, dans son usage et dans le fait qu’elle n’a pas forcément besoin d’être présente sur le marché des échanges de crypto à crypto ou de crypto à monnaie fiat.

Il subsiste encore des points d’interrogations qui ne sont pas forcément liés à notre ignorance.

C’est le cadre légal qui n’est pas encore bien ficelé et c’est ce qui rend difficile pour les membres de notre communauté d’en faire la promotion auprès des commerçants.

Nous avons des divergences d’opinions, c’est ce qui rend délicat cette communication auprès des pros, je pense qu’il serait temps de nous mobiliser pour être accompagné d’un avocat fiscaliste dans les cryptos afin que nous soyons sur le même diapason et que nous ne perdions pas de temps à discutailler sur un sujet que nous ne maîtrisons pas forcément.
Il faut qu’on soit à l’aise la dessus, clair et précis :slight_smile:

7 J'aime

Techniquement on a encore trop de problèmes pour qu’un exchange sérieux puisse se «brancher» à la Ğ1. Il faudrait attendre :

  • qu’on passe à DUBP v13 pour régler le problème des transactions invalidées lors des forks.
  • Que l’API GVA soit en prod

Je pense que d’ici environ 1 an et demi ça devrait être bon.

Mais même quand on sera prêt techniquement, il faudra qu’on fournisse une documentation à l’exchange concerné, et il faut quelqu’un de motivé pour piloter ça et faire le suivi. N’importe qui ayant les compétences techniques peut le faire, pas besoin de demander l’accord à qui que ce soit, la Ğ1 n’a pas d’autorité centrale :slight_smile:

Svp arrêtez avec les peurs irrationnelles, ça ne tuera rien du tout…

6 J'aime

Bonjour @kalgon :slight_smile:

Qu’est que qui est une rumeur ? :slight_smile:

À tu déjà été taxé pour un échange entre une crypto et de l’USDT ? Moi non.

Le hasheur dit dans une de ses vidéos qu’il y a un flou là-dessus, mais que d’après les avocats fiscalistes à qui il a demandé, pour le moment les échanges entre crypto et stable coin ne seraient pas taxés tant qu’on reste en crypto. La taxation n’intervient que lorsqu’il y a plu-value réalisée, donc que lorsqu’un crypto-actif est échangé contre quelque chose qui n’est pas un crypto-actif :

3 J'aime

Mieux, j’ai même créé un sujet spécifique à part entière pour cela, et pour ne pas faire dériver ce sujet plus encore :

@+ :vulcan_salute: :g1:

2 J'aime

Bah là est toute la question non ?
Taxé uniquement lors des échanges g1/€ ou bien g1/table à manger ?

J’avoue que légalement actuellement, moi j’en sais rien.

Quand je dis « on » c’est le pronom général, pour dire « N’importe qui ». Je ne parle pas au nom d’un groupe, ce que je dis ne concerne que moi, je ne parlais pas ici en tant que modo ni quoi que ce soit derrière.

(Et je m’excuse de m’être un peu emporté sur mes derniers messages ce n’est pas bien, je tacherai de ne pas recommencer).

1 J'aime

La rumeur, le flou concernent la déclaration et le calcul de plus(ou moins) -value dans l’échange de crypto avec une valeur qui n’est pas de la monnaie, qui n’est pas une fiat.

Kalgon et Owen ici expriment la même chose en fait : c’est la déclaration et la calcul de la plus(ou moins)-value sur les cessions d’actif en fiat qui importe le fisc.

Les cessions d’actifs en autre chose que du fiat ne sont pas définies ni par le fisc ni par Owen.

Conclusion : comme dit Kalgon , il s’agit aux commerçants de garder un libellé précis de l’échange professionnel en ğ1 afin de pouvoir le présenter au fisc en cas de contrôle.
C’est au fisc à établir un supposé taux de change avec sa fiat monnaie.

bonjour,

avis sur le rapport commerçant/monnaie-libre :
il semblerait y a voir une incompatibilité systémique, compte tenu du cadre dans lequel s’inscrit un commerçant (que nous considérerons, pour une bonne compréhension, comme un professionnel inscrit au registre du commerce).

→ Le cadre légal et fiscal du commerçant, l’oblige à tenir une comptabilité (= du temps et/ou de l’argent pour payer un comptable), afin de justifier ses flux monétaires, dans le but de déterminer l’impôt dont il devra s’acquitter.

la réalité d’un commerçant, comme celle de beaucoup d’autres, est majoritairement, de courir après le temps… et intégrer la monnaie-libre dans son activité, signifie se rajouter du travail, donc rajouter encore du temps (ou de l’argent) pour gérer son activité, et être amené au final à devoir déclarer au niveau comptable, les ventes effectuées en monnaie-libre comme « pertes et profits » d’EXPLOITATION… à moins qu’il ne tienne une double comptabilité (d’un coté en € et de l’autre en Ğ1, car la monnaie-libre n’a aucune reconnaissance ou légitimité sur le plan fiscal).

Par conséquent, est-ce que la question à ce poser serait plutôt :
est-ce qu’un commerçant à envie de se rajouter encore plus de travail qu’il n’en a déjà, afin qu’il puisse justifier auprès des services fiscaux, une valeur qui ne peut être reconnue, car non-imposable ?

je vous laisse le soin de vous projeter personnellement dans cette situation…

Maintenant une autre question :
A quoi bon courir après une reconnaissance d’un système centralisé prédatif (soit dit au passage corrompu et mafieux) qui n’a que faire du référentiel qui semble être au coeur du mécanisme de la monnaie-libre, à savoir l’humain ?*

*à titre d’info : Voilà les raisons du chaos universel ! - Le Zoom avec Valérie Bugault - YouTube

Une autre chose pour laquelle un commerçant peut difficilement intégrer la monnaie-libre dans le cadre légale de son activité, repose sur des raisons idéologiques.

Le modèle économique sur lequel repose le commerce, induit implicitement une notion de profit, voire de course au profit. Ce mode relationnel (ou d’échange), impose au final une suprématie de l’un par rapport à l’autre, consistant à devoir à un moment donné soumettre celui ou celle avec qui nous commerçons…voire même jusqu’au rang d’esclave (« tu me donnes ce que je veux comme je veux, car je dispose du pouvoir permettant de t’imposer ma vision ! »).

Cette idéologie donnant lieu à un mécanisme (système), qui prend sa source dans des valeurs où le profit est au centre de son fonctionnement, en broyant du vivant, à défaut de broyer de l’humain (le but ici étant l’acquisition de monnaie) !

Et inversement, la monnaie-libre a fondamentalement mis au centre de son système, l’humain, ayant comme outil (moyen d’échange) : la monnaie !

Par conséquent, les valeurs idéologiques portées par des humains nécessitent-elles de se reconnaitre l’une-l’autre pour pouvoir exister ou peuvent-elles simplement cohabiter l’une auprès de l’autre, tout en se respectant (au moins un minimum) ?!

De ce fait, la monnaie-libre s’inscrit dans un cadre de confrontation politique citoyenne, comme un contre-pouvoir tout à fait légitime… qui d’après ce que j’ai compris, s’appelle démocratie (pourquoi pas ?!).

donc plutôt que de vouloir intégrer une structure déjà érodée et usée, ne serait-il pas plus judicieux de construire un nouvel édifice sociétale, dont nous ignorons presque tout à ce jour… si ce n’est qu’il est possible de pressentir un tant soit peu, qu’on aurait peut-être pris un chemin qui ne même nul part, si ce n’est qu’à la destruction ?!

Parfois rénover de l’ancien coûte plus que de construire du neuf !..

voilà @Pi_Nguyen , est-ce que ça apporté de l’eau à ton moulin ?!
nous évoquions d’ailleurs le sujet au téléphone avec @daravane.

excellente journée et au plaisir :upside_down_face: :slightly_smiling_face:

PS : Au fait, est-ce qu’échanger signifie obligatoirement commercer ?

7 J'aime

Merci à tous pour ce débat passionnant et riche.

Qu’on considère qu’il faille ou non se rapprocher des commerçants, il y a une étape intermédiaire qui vaut peut-être plus le coup qu’on y accorde du temps et de l’énergie, c’est celle du monde associatif à but non lucratif car :

  • plus souple, moins rigide sur le plan comptable que le monde des sociétés à but lucratif
  • pouvant se permettre « d’investir à pertes » (ex : une demande d’augmentation des subventions municipales pour compenser l’adhésion de membres en monnaie libre, ce peut être un projet associatif fort et précis)
  • il s’agit d’un monde très proche des valeurs de la june
  • il permet des boucles de rétroaction à priori plus fortes avec les adhérents qu’avec des clients

J’ai à ce sujet développé une réflexion :

Cela n’empêche en rien que des gens motivés, volontaires et compétents développent sur le côté commerce, et je le souhaite. Mais je publie cela ici car cette marche d’escalier me semble dans l’immédiat plus abordable pour tout ou un chacun et surtout pour lancer des plans d’action

4 J'aime

Hello HubuH,

Comme à toutes les personnes qui sont intervenues dans cette discussion, merci d’avoir participé aux échanges, c’est très enrichissant.
Je dirai que tu ajoutes de l’eau à NOTRE moulin, toutes les réflexions ici sont bonnes à prendre, c’est constructif et motivant pour la suite :slight_smile:

Une valeur reconnue peut être non imposable exemple : un bien incorporel non financier ;-).

Je m’inscris en desaccord avec cette croyance de mécanique « commerce = capitalisme esclavagiste».
Tout dépend du type de de création de la monnaie utilisée. :slight_smile:

La aussi je ne suis pas d’accord.
La monnaie libre ne s’inscrit pas dans un cadre ni dans une confrontation politique.
La monnaie libre permet simplement singulièrement de pouvoir commencer à faire véritablement démocratie.

2 J'aime