Un impôt en june

Hello à tous,

Je reviens un peu sur mes positions en constatant l’écart de richesse (en junes) je me demande si un impôt en june pour taxer les plus riches ne serait pas une bonne idée comme l’avait proposé @Maaltir ou @tuxmain. (je ne sais plus) As-t-on vraiment besoin d’avoir 100 000/200 000/300 000 junes sur un compte qui vont probablement fondre dans le vent et servir à rien alors que d’autres pourraient en avoir besoin ? Qu’en pensez-vous ?

Heu ! Si moi je veux épargner pour m’acheter une voiture dans le futur, j’ai pas envie qu’on me taxe des G1.
La redistribution de la masse monétaire par création me suffit amplement.

Et qu’est ce que tu ferait de ces G1 taxées ?
Et qui aurait pouvoir de décision de ce qui doit en être fait ? De quel droit ?

Qui peut se permettre de définir mes besoins à part moi? Et de quel droit?

8 J'aimes

ça peut être libre (impôt libre)

Très bonne question. Démocratiquement non ?

Pas faux.

Ps :

Ce n’était pas toi mais @tuxmain qui en avait parlé (je tenais les mêmes propos que toi)

Toi tu disais ça ! @tuxmain a répondu ça

Tu étais plutôt favorable non ?

On a le droit de changer d’avis.
Un impôt ce n’est pas seulement sur la quantité de monnaie sur un compte.
Quelqu’un peu avoir plusieurs compte, celui qui n’a que peu de monnaie sur son compte est riche de plein d’autre chose. Et celui qui a plein de G1 sur son compte c’est sans doute qu’il ne trouve pas encore assez de chose à acheter.

Je suis plutôt favorable à un impôt, mais un impôt juste. Par contre j’ai beaucoup de mal à définir ce que serait un impôt juste. Du coup je bug !

1 J'aime

C’est exactement ce que j’expliquais sur le réseau social non libre :

2 J'aimes

Je n’aime pas trop les affirmations mais j’aime bien les choses factuelles…

Oui, moi aussi je suis en train de le faire lol

Exemple : J’ai 100 000€ sur mon compte. Le lendemain j’achète une maison. Je n’ai donc plus de monnaie mais j’ai une maison. CQFD. On ne peut pas faire plus factuel.

2 J'aimes

Comment on sait concrètement que ceux qui ont peu de monnaie sont riche d’autre chose ? Je veux verifier…

Beaucoup de milliardaire en euros on les deux.

C’est comme si tu me dis " j’ai 1 million de junes sur mon compte mais ceux qui ont 4000 junes ont une villa sur la mer "

C’est déjà le cas, hein. Dans le référentiel moyenne. Tu peux déjà exprimer des prix en moyenne, ca défavorisera ceux au dessus de la moyenne :slight_smile:

Tu devrais essayer de faire les modules d’approfondissement de la TRM @rimek :wink: Si tu ne comprends pas pourquoi il n’y a pas déjà de fonte.

Et les « riches en monnaie libre » ne sont pas riches non plus, hein. On devient « riche en monnaie libre » en recevant plus de dons, en vendant plus qu’on achète (et en recevant un DU qui est justement un redistribution depuis les « riches » , mais il ne permet pas lui même de devenir riche ie dépasser la moyenne). Les riches sont plutôt créanciers que débiteurs de la communauté :slight_smile:

Et même si ils étaient débiteurs de biens/services, je ne vois pas en quoi taxer ceux qui recevrait par exemple du riz, que ça soit par des dons ou la mise à disposition de biens et services, serait légitime parce qu’il ne veulent pas consommer ce riz tout de suite.

Et même si ces junes étaient sur le compte de quelqu’un d’autres, rien ne dit que ce quelque pourrait également les dépenser.

Si problème des « riches » il y a, le problème c’est qu’ils n’arrivent pas à dépenser.

2 J'aimes

C’est fou comme l’humain a besoin de s’imposer à soi, et surtout aux autres, quelque chose avec comme argument le bien commun. C’est vachement rare qu’il se dise que ça devrait exister mais pas forcément pour les projets qu’il a prévu.

Bon, ben moi qui balance régulièrement que l’impôt est le moyen d’imposer une monnaie, j’ai pas trop envie d’imposer la june dans un sens comme dans l’autre.

Si on voit un impôt comme un outil pour financer quelque chose de commun, il n’y a aucune raison d’y soumettre l’intégralité des utilisateurs de la June. Seul ceux qui feraient parti d’une communauté devraient le payer.

Il ne faut pas non plus confondre la perception de l’impôt avec le système de prélèvement automatique.

Le collectif MLO pourrait par exemple prétendre vouloir percevoir un impôt pour tous les utilisateurs de la june d’occitanie. A la vue de leur travail passé , présent et futur , cela pourrait être légitime. Mais comme MLO n’a pas les moyens de coercition nécessaire à la perception d’une taxe, MLO ne pourrait que demander un versement volontaire, un don, ou bien une cotisation d’adhésion.

On ne fait pas société sans finances communes. Mais ce sont des projets politiques (sans forcément être partisan), qui vont conduire à créer une autorité, ou pas, pour imposer l’impôt, ou non. Je ne crois pas que l’outil June ait quelque chose à se fourrer les doigts là dedans.

Avant de parler impôt, organise déjà un projet commun, comme par exemple une caisse mutuelle, une milice, une banque de prêt, et organise des souscriptions. Ce sera sur la base du volontariat.

6 J'aimes

Non. En général la liquidité c’est aux alentours de 5% - 10% du patrimoine https://www.creditmutuel.fr/cmne/fr/liquidites.html

C’est en tout cas loin d’être « les deux en parts égales ».

2 J'aimes

pfffff 1/l’impot est consécutif de l’utilisation de monnaie non libre , monnaie appartenant à un centre d’émission

2/l’impot est un prelevement sur l’usage qui permet de remunerer les minimas sociaux et surtout les agents bancaires pourvoyeurs des credits circulant.

Le collectif MLO a ouvert des caisses de soutien pour les conférences et autres rencontres à organiser. AgUzQnpS9UjgvuMy73rFjX8EpoWaQTtjwrJrxHbFtFi8

Le truc excellent avec la monnaie libre et les interrogations pertinentes de @rimek ( :smiley: :hugs: ), est que cela permet de réviser plein de notions et théories économiques déjà existantes pour en débattre et voir comment chaque théorie économique pourrait s’inscrire et/ou s’appliquer éventuellement dans l’économie de la monnaie libre.

Même si parfois, elles sont humoristiques ( :grin: ), bien sûre que les vidéos que je poste dans mes messages sont en rapport avec le sujet…

  • L’impôt, le peuple et le truand - #DATAGUEULE 86
  • Dr CAC - La règle d’or, c’est quoi ?
  • IMPÔT SUR LE REVENU : PAYER ou RECEVOIR ? l DME
  • LA COURBE DE LAFFER | DME
  • Favoriser les riches pour aider les pauvres ? La « théorie du ruissellement » décryptée

Non sans parler de la complexité fiscale et administrative en Europe et en Suisse…

  • Combien les pauvres devraient laisser aux riches ?
  • La méritocratie mathématique | Démocratie 23
  • La France pour les nuls - Heu?reka #14

Même si pour les libertariens, l’idée d’une imposition est économiquement illogique ( ce que je comprends de la doctrine idéologique ), il est quand même possible d’inventer et/ou de penser une forme de taxation collective pour X ou Y projets de la monnaie libre. Cette taxation pouvant éventuellement être décidée démocratiquement par l’ensemble des membres, son taux pouvant aussi être éventuellement collectivement décidé.

À l’inverse, les libertaires n’ont jamais nié la démocratie collective, même s’ils n’étaient pas tous d’accord sur la forme de cette démocratie : ça va de la démocratie directe à la démocratie liquide, mais il y a toujours un débat permettant l’expression individuelle et une décision collective.

Je suppose que tous les membres de la monnaie libre ne sont pas inscrits sur le forum. Par contre, ils et elles ont nécessairement un compte membre actif accessible sous :cesium: ou :sakia: ou :silkaj: ( :wink: ).

@+ :vulcan_salute: :g1:

4 J'aimes

Voici quelques pistes (à creuser) pour développer mon idée et définir un idéal d’impôt en june autre que celui que l’on connaît avec la monnaie dette.

Une-histoire-de-l-anthropologie

C’est faux. Pour eux, c’est pas économiquement illogique, c’est moralement illégitime. Le libertarianisme est une philosophie du droit où seul les actions volontaires et consenties sont légitimes. L’impôt volontaire et consentie y est légitime, seul l’impôt sous la menace de la violence et l’usage de la violence est considéré illégitime.

Le libertarianisme autorise tout à fait des impôts, du moment que ceux qui y participent y participent de façon volontaire, consentie, et donc non contraint.

3 J'aimes

Réponse pratique (qui ne dit pas si c’est bien ou mal, mais que souvent on n’a pas besoin de se poser la question)

Il y a deux raisons qui me viennent à l’esprit pour lesquelles on pourrait vouloir imposer :

  1. Gérer un commun : l’impôt est nécessaire seulement si on n’a pas assez de ressources avec les dons volontaires.
    • Exemple : On crée un hôpital fonctionnant en Ğ1. Il reçoit des dons en Ğ1.
      • Si ces dons sont suffisants, alors pas besoin d’impôt.
      • Sinon, on peut faire payer l’accès à l’hôpital (que ce soit à tout le monde ou seulement aux plus riches) ou la possibilité d’accès à l’hôpital (donc tout le monde autour).
  2. Redistribuer la richesse : l’impôt est nécessaire uniquement s’il y a des inégalités de richesse qui posent problème et qu’il n’y a pas de moyen plus simple de les supprimer.
    • Exemple : Un capitaliste monopolise des ressources. Ses travailleurs peuvent se rebeller et reprendre le contrôle des moyens de production, de fait en l’expropriant.
    • Exemple : Une personne seule détient un immeuble entier mais le laisse vide sans donner de raison, alors que des gens vivent dehors ou dans des taudis. Les gens ou la mairie peuvent le forcer à partager ce lieu.

Pour la première, on peut s’organiser en petits groupes afin d’éviter d’imposer une décision à tout le monde.

  • La rémunération des développeurs n’a actuellement pas besoin de plus que les dons. La question d’un impôt est pour le moment inutile.
  • Un supermarché coopératif local peut n’être ouvert qu’aux adhérents ayant fait leur service et payé leur part.
  • Une association de quartier peut faire payer l’adhésion.

Pour la seconde, on espère que la convergence et un changement de mentalité suffiront. Pour le moment, la Ğ1 ne souffre pas de ce problème, les membres en ont généralement en abondance.

Pourquoi diable toujours vouloir reproduire les structures des états quand il n’y en a pas besoin et qu’on peut faire plus simple ?

4 J'aimes

Aux plus riches ça risque d’être difficile car en june on ne peut pas vraiment faire la distinction. Les comptes G1 anonymisés sont des potentiels mini paradis fiscaux.

1 J'aime

visiblement certain ont choisi pour occuper leur temps de vie de ne pas regarder ce qui est demontré dans la TRM: "Une démonstration algorithmique éclaire le fait qu’une monnaie dette à émission asymétrique suffit, si on en respecte le principe à la lettre, à assurer l’asservissement sans fin des uns envers les autres.

B = système bancaire

H = les hommes

Les intérêts dus par H à B sont de 5 % / an.

En (1) s’effectue l’émission d’une nouvelle « dette », constituant donc la « monnaie » par B qui crédite H.

En (2) les 5 % sont remboursés, puis éventuellement dépensés en (3) et c’est ensuite la boucle sans fin.

(1) B : -100 | +100 => H +100 | -100

(2) B : -100 | +105 => H +95 | - 100

(3) B achète pour 5 à H 1 heure de travail

(4) B : -100 | +100 => H +100 | - 100

(5) Retour en (2)

Choix 1 : BOUCLE INFINIE

H est infiniment asservi à B qui gagne 5 % / an sans travail, alors que H pour les récupérer doit travailler pour B.

Le problème ici n’est pas tant l’intérêt “manquant” que H travaillant éternellement pour B.

B n’a donc aucun intérêt (c’est le mot!) à ce que H rembourse véritablement cette dette. Il appellera alors « rembourser » le seul fait de lui payer cette rente éternelle.

Choix 2 : CRISE

si B par contre ne dépense pas les 5 % par an mais les stocke en sautant l’étape (3) (ou n’en dépense qu’une fraction pour stocker l’essentiel), alors il y a véritablement intérêt manquant dans l’économie. H se voit de plus en plus endetté et au bout de 20 boucles on se retrouve à la situation suivante :

B : -100 | + 200 => H +000 | -100

À ce moment là (H) ne pourra plus rembourser lors du cycle suivant. Il fait faillite, défaut, ou une négociation a lieu.

B est alors muni d’un stock énorme de monnaie, il bénéfice d’un pouvoir d’achat démultiplié sur une économie en déflation (car pendant tout ce temps l’économie aura subi la raréfaction progressive de la monnaie circulante). Il achète alors tout ce qu’il estime comme étant la base économique du prochain cycle au meilleur prix.

Puis le cycle recommencera sur la base d’une nouvelle génération d’Hommes. B recrée suffisamment de monnaie pour son propre bénéfice, qu’il prêtera, à un niveau de création suffisamment élevé pour rendre l’ancienne masse monétaire négligeable. On ne part en effet jamais de 0 en (1), mais sur une masse monétaire pré-existante, qui sera par exemple de 1 pour 100 créés unilatéralement sur de fausses prémisses, un pseudo-contrat dont les termes ne sont pas donnés.

Tout ceci n’est possible que parce que H ignore un mécanisme qu’on ne lui dit pas.

Si de plus ce mécanisme s’effectue sur une durée de vie ou plus, un nouvel homme H récemment né, à qui l’on expliquerait pas ce mécanisme ne peut se rendre compte du phénomène subtil que très tard dans sa propre vie."

nb: la cotisation, la caisse de financement , la cagnotte etc , est le mode de financement qui coule de source de l’utilisation de monnaie libre .

1 J'aime

Venant d’une personne prônant la libre économie, c’est un commentaire assez singulier de critiquer comment chacun autrui utilise son temps libre… Enfin, j’dis ça mais j’dis rien…

Ou plutôt : certains ont aussi choisi d’occuper leur temps libre pour étudier la TRM :wink: Mais on a pas tous le même niveau de compréhension :roll_eyes:

C’est donc juste une question de niveau et non pas seulement de compréhension ? :smirk:

"Nous façonnons nos outils, puis nos outils nous façonnent." Marshall McLuhan :thinking:

:yum:

@+ :vulcan_salute: :g1:

le niveau de compréhension de la TRM augmente avec l’étude du livre et sa pratique crypto-relativiste. le niveau est different pour chacun et progresse à un rythme aussi different pour chacun. d’ou l’interet de creer des documents sur l’ éxistence de la TRM et de son application concrete.

Petit à petit, au fur et à mesure de l’etude et de la pratique , les individus réalisent le dicernement entre la monnaie non libre et la libre dans les effets respectifs de leur utilisation .

petit à petit les individus réalisent qu’ils peuvent entreprendre, créer, echanger ,mesurer les echanges sans faire appel à l’endettement générique ni à l’impot pour payer cet endettement en boucle cyclique de dettes/crise/dettes…

Petit à petit les individu réalisent qu’ils peuvent à la foi abandonner ce cycle , developper la democratie , choisir à un homme une voix de financer les projets et decouvrir un nouveau monde à créer librement , en respectant simplement le « principe de symetrie » dans les actes et comportements , sans contrainte , sans impot ni injustice originelle à partir du DU comme simple etalon de mesure monétaire.

1 J'aime