Proposition de gestion des cagnottes communes

Suite à des remarques de certains d’entre vous et à l’observation de ce qui se pratique pour la gestion de cagnottes communes, j’ai consigné ce petit guide.
Il concerne principalement les cagnottes destinées aux dons de bienvenue de nouveaux junistes, mais les consignes de « sécurité » seront utiles pour toutes les cagnottes.

Proposition de gestion des cagnottes communes :

Étape 1 :

  • Les co-gestionnaires de la cagnotte gardent les mots de passe dans plusieurs lieux sûrs (ne vous fiez pas à votre mémoire)
  • Les co-gestionnaires de la cagnotte se déconnectent et se reconnectent plusieurs fois pour être sûrs que les identifiants secrets sont bien maîtrisés
  • Les co-gestionnaires de la cagnotte remplissent le profil du compte avec la description sur le lieu et le projet auxquels la cagnotte va être dédiée (en s’assurant d’être sur un nœud Césium+ actif, pour que le profil soit bien enregistré. Voir tuto si besoin : Nœud césium+ vs nœud duniter)
  • On ajoute à la description qui sont les co-gestionnaires, leur pseudo césium (et éventuellement leur prénom) et les clefs publiques correspondantes
  • Les co-gestionnaires font un virement de test de leur compte personnel (mentionné dans le profil) vers le compte de la cagnotte, puis du compte de la cagnotte vers leur compte.

Une fois que toutes ces étapes sont remplies, vous pouvez lancer votre campagne de communication pour la collecte. Les gens se sentiront plus respectés dans la confiance qu’ils partagent quand ils verront que le profil du compte de la cagnotte est bien renseigné et qu’on s’est assuré que les identifiants secrets sont bien maîtrisés (grâce aux virements test). Cela garantit que les junes ne seront pas perdues.

Étape 2 :

Avant de redistribuer les fonds de la cagnotte vers les comptes des futurs destinataires, prenez soin d’appliquer ces actions :

  • Vérifiez que chaque futur destinataire a bien gardé ses mots de passe secrets dans un lieu sûr
  • Vérifiez que chaque futur destinataire s’est bien déconnecté et reconnecté plusieurs fois pour être sûr que les identifiants secrets sont bien maîtrisés
  • Vérifiez que le futur receveur a rempli son profil (si possible)
  • Un cogestionnaire verse 1G1 (de la cagnotte) à chaque destinataire et lui demande de reverser cette june à la cagnotte.

Une fois ces opérations effectuées, les cogestionnaires pourront verser les sommes de bienvenue sur les comptes des receveurs sans crainte que les junes soient perdues. :tada: :tada: :tada:

:warning:

A partir de là, ce guide devient plus suggestif.
Parmi les retours que j’ai reçus, certains sont partisans d’un contrôle systématique de la gestion des cagnottes et d’autres de zéro contrôle et zéro compte à rendre, et il y a bien sûr l’éventail d’opinions entre ces deux « extrêmes ».
Je vais évoquer ci-dessous quelques points reflétant ces différents retours, qui pourront aider des futurs cogestionnaires à réfléchir en amont sur quelle sera leur démarche. Ce seront juste quelques éléments, donnant quelques pistes :

Les co-gestionnaires peuvent se mettre d’accord avant la distribution sur la somme qui sera versée à chaque nouveau juniste et pour établir les « conditions » pour les virements.
Généralement, une cagnotte ne participe pas à des achats, c’est-à-dire qu’elle ne donne pas des junes en échange de quelque chose, puisqu’il pourrait y avoir par exemple des conflits d’intérêts. Ce qui se fait généralement c’est qu’on distribue assez de junes pour que les nouveaux junistes puissent eux-mêmes faire leurs échanges.
Mais la cagnotte pourrait aussi servir à offrir un repas à tous les participants d’un Gvènement, ou à acheter du matériel nécessaire à toute la communauté juniste locale. On pourrait imaginer que ce type de décision puisse être voté par toute la communauté juniste à qui la cagnotte est dédiée, ou par les donateurs… ou bien avoir confiance dans l’honnêteté et la bonne foi des cogérants. Le plus juste envers les donateurs serait peut-être que les cogestionnaires, avant de faire la collecte, réfléchissent bien à quoi la cagnotte va être dédiée et qu’ils le précisent dans le profil.
Il est bon cependant de garder à l’esprit que souvent, les Gvènements sont improvisés au fur et à mesure de leur avancement, et que les organisateurs et cogestionnaires sont souvent des bénévoles faisant au mieux de leurs possibilités. Un exemple : dans certains endroits où n’y a pas toujours de réseau internet pour tous, certains « mouvements bancaires » pourraient être mal interprétés, par exemple quand un juniste reçoit et gère informatiquement la somme de plusieurs bénéficiaires qui n’ont pas d’accès internet. Avant de porter des jugements hâtifs, il est conseillé à ceux qui veulent comprendre les mouvements sur le compte de poser gentiment les questions aux humains concernés.

Si les cogestionnaires veulent que la compréhension des mouvements soit accessible à tous, il serait utile de renseigner le descriptif de chaque transaction (en commentaire des virements ou dans une publication sur les forums lorsqu’il s’agit de mouvements spéciaux nécessitant plus d’explications), ce qui permettrait aux curieux de comprendre à quoi ont servi leurs dons, et de voir qu’ils ont été distribué de manière juste et équitable.

Encore une fois, ce ne sont que des suggestions.

Les éléments liés à la sécurité (ne pas perdre les junes gentiment partagées) sont plus logiques et pragmatiques.

D’autres éléments sont plus subjectifs dans leur implication philosophique sur le thème contrôle/confiance. Certains pensent que la confiance doit primer et que de ce fait, ils n’ont pas à se justifier. D’autres pensent que la confiance des donnateurs doit être honorée par une certaine transparence.

A chacun de trouver son équilibre… sans vouloir imposer sa vérité comme La Vérité… et vive la liberté !

° Pour lire l’article en espagnol, c’est ici :

5 « J'aime »

@Natha13, je me permets de mettre à jour mon article
https://forum.monnaie-libre.fr/t/les-cagnottes-de-la-monnaie-libre/25217
en ajoutant les conseils de gestion écrits ici.

Un grand merci @Natha13. Je trouve que tout est judicieux. Belle contribution à ce forum :slight_smile:

1 « J'aime »

Merci bien pour ce retour, ça fait plaisir! Ton article apporte des éléments complémentaires :slight_smile: :+1:

J’avais cherché s’il y avait déjà un article concernant les cagnottes mais je n’avais pas trouvé, il me semblait bien pourtant avoir utilisé le mot clef cagnotte dans la barre de recherche.

Ça pourrait être bien de rajouter une catégorie cagnottes dans le forum et ajouter les étiquettes cagnottes, levées de fonds, financements participatifs, financements collectifs, caisses de dons, caisses de participation, appels de dons, appels à participation

1 « J'aime »

Trop d’étiquettes différentes risque de perdre les gens.
Je dirais plutôt une seule étiquette « cagnotte » à chacun de préciser dans son message à quoi cela correspond.

2 « J'aime »

Je ne comprends pas bien comment fonctionnent les étiquettes, mais je me disais que si quelqu’un a l’habitude de dire « caisse de don » et fait une recherche avec cette expression sans penser à rechercher avec le mot « cagnotte », il ne va pas trouver les articles recherchés. Ce serait bien d’associer tous ces termes proposés dans mon message précédents de façon à ce que quand un d’entre eux soit tapé dans la barre de recherche, les autres y soient automatiquement associés, et les publications concernées soient trouvées…

+1 @Natha13. En langage technique, cela s’appelle une #redirection. En informatique cela s’appelle un #liensymbolique.

De même les mots-clefs, terme qu’on appelle #hashtag, ne sont pas usités ici. Quel dommage!

1 « J'aime »

Désolé, mais en ce qui me concerne je ne suis pas d’accord avec le fait de donner des G1 aux nouveaux inscrits qui ne demandent rien. Le geste rend les gens encore plus assistés, et incapables de vendre par eux-mêmes, ou de demander des junes s’ils veulent absolument faire un achat sans avoir vendu. Est-ce que quelqu’un peut me décrire une situation où de tels dons auraient fait avancer la june ? J’ai un gros doute.

Ah ben oui, clairement, je peux.

J’ai passé beaucoup de temps à un moment à faire des dons aux nouveaux en cours de demande de membre, par « hasard » (en fait pas complètement, je vérifiais que la personne avait bien rempli son profil et deux-trois choses).

Et ben il y a eu des discussions via messagerie cesium, du pourquoi mon don, de la région où la personne était, une fois c’était même une personne en Afrique, de conseils pour bien débuter, et d’autres (aussi des explications sur les soucis de certifs).

Si quelqu’un a peur qu’il y ait vraiment trop de gens qui ne vont rien proposer vendre échanger, on peut les inciter à s’inscrire sur gchange, donner aux nouveaux inscrits sur gchange, et puis si on donne 50Ğ1 de bienvenue, c’est pas catastrophique si elles partent dans un « trou noir » (perte du mot de passe, ou autre).

2 « J'aime »

Merci pour ces précisions!

Il y a des régions dans le monde où il n’y a aucune masse monétaire, et où la cagnotte prend donc tout son sens.

1 « J'aime »

Dans ce cas, effectivement ça peut s’avérer utile et un crowdfunding local (géré donc par les membres locaux) et temporaire serait de bon aloi.

En revanche, je rejoins Joam quant à la question de l’« assistanat »… En effet, mettre en avant une cagnotte comme argument incitatif pour rejoindre la Ğ1 est du même ordre que la chasse aux certifications dès la première rencontre. On se retrouve alors très vite avec des membres passifs.

S’ajoute à cela la question de la gouvernance. Qui accorde l’aide et comment la décision est-elle prise ? N’est-il pas préférable, dans le cas de l’aide aux nouveaux arrivants, de n’avoir qu’une seule cagnotte bien gérée et réellement transparente (comme Mégadon, par exemple), plutôt que des cagnottes à la finalité douteuse ? (en celà, ton tuto est très utile)

Essayons de sortir du règne de la quantité en promouvant la Ğ1 pour ce qu’elle est (un simple outil de réappropriation de la création monétaire) sans chercher à recruter à tout-va des personnes qui seront plus charmées par une idéologie incongrue que par une réelle compréhension de l’outil monétaire.

3 « J'aime »