Solutions d'authentification de Ğ1billets

Bonsoir,

Ce qui m’embête le plus avec la Ğ1, c’est l’impossibilité de l’argent liquide. C’est à mon sens un point important sachant que c’est une source importante de souveraineté personnelle, d’anonymat, d’autant plus que les pièces et billets risquent de disparaître en UNL (euros, …).

Je peux distinguer deux principales fraudes possibles avec des Ğ1billets :

  • d’une part : est-ce que l’argent est disponible en Ğ1 quelque part correspondant à un ğ1billet, cela peut se vérifier avec un QRCode et Internet
  • d’autre part : qu’est-ce qui me dit que je n’ai pas une photocopie du ğ1billet et que c’est quelqu’un d’autre qui possède le ğ1billet original. Il peut y avoir de l’argent disponible correspondant au billet lorsque je vérifie mais à un instant futur, quelqu’un possédant une autre copie du billet pourrait avoir dépensé la Ğ1

Il me semble que pour cela, il est nécessaire de garantir par un procédé quelconque que le billet soit unique. J’ai vu cela, cela existe, et cela s’appelle un prooftag : http://www.prooftag.net/fr/security-seals-solution/

L’idée est simple, et peut être qu’il est possible de la répliquer. On prend un procédé physique qui crée un motif unique et aléatoire (ici des bulles dans un polymère, mais cela peut être les cernes d’une tranche de bois, les nervures d’une feuille d’arbre, ou tout autre procédé de type biométrique). Ensuite, on prend une photo de ce motif et on génère un code unique. On colle le motif original (pas une photo) et le code sur un ğ1billet, et ensuite pour en vérifier son authenticité, on prend une photo du motif, on recalcule le code et on vérifie le code indiqué. On peut aussi comparer avec une photo dans une base de donnée publique.

On pourrait même imaginer le code servant de code pour le portefeuille.

1 J'aime

pourquoi ne pourrais tu pas avoir de doublon avec ton principe ?

perso je conçois le billet g1 tel qu’ échangé d’ un individu banquier à un autre et puis ainsi lorsque tu reçois ce bon tu ne l’ enregistres pas sur ton compte mais en réédite un avec son propre portefeuille dont seul toi et le prochain acquéreur auront les iD…

…ainsi dessuite

Un sceau matériel sûr est nécessairement non-libre, car impossible à copier. Il faut donc faire appel à une technologie propriétaire gérée par un acteur central.

Et si cet acteur central décidait lui-même d’éditer plusieurs fois le même sceau, pour son profit personnel ? Et si il se faisait pirater ?

Et si l’émetteur du billet avait copié le QRcode avant de le mettre dans l’enveloppe scellée ?

C’est juste impossible d’avoir un Ğ1billet totalement fiable. Il faut l’encaisser immédiatement pour être sûr.

4 J'aimes

En l’occurrence, la technologie propriétaire que je propose ce sont les lois de la physique et l’acteur central c’est Dieu… :slight_smile:

La technologie employée par ProofTag rend impossible la création d’un tag doublon, même par eux. Il s’agit de microbulles dans un substrat qui sont générées par un procédé aléatoire et impossible à déterminer. Donc impossible de recréer un tag avec les bulles au même endroit.

On peut imaginer le même principe avec n’importe quel procédé biométrique. Par exemple on tranche une feuille de bois, on détermine son empreinte numérique unique (comme une empreinte digitale) qui sert d’identifiant unique. Impossible de retrouver deux fois la même veine dans un bois (c’est peut être une supposition à vérifier) donc impossible de falsifier la tranche de bois qui est unique. Et on peut associer un portefeuille à cette empreinte unique.

1 J'aime

Cette technologie est intéressante, je ne connaissais pas.

Mais il est ou sera probablement possible d’imiter ces substrats à bulles avec d’autres technologies. Par exemple avec une imprimante 3D très précise ou en gravant des couches de gel avec un LASER, on j’imagine que ce type de résultat peut être reproduit avec une précision suffisante pour tromper une caméra de smartphone.

Et même si le sceau est inimitable, je ne vois pas comment on pourrait l’utiliser pour sceller des Ğ1.

Si le billet représente un portefeuille, il faut qu’il contienne la clé privée du portefeuille. L’émetteur du billet a donc généré une clé privée (à partir de l’objet physique aléatoire j’imagine), pour trouver sa clé publique et envoyer des Ğ1 dessus. Il peut toujours conserver cette clé privée.

2 J'aimes

Effectivement, tu as raison.

La seule solution serait d’avoir une organisation qui garde une clé privée secrète pour éviter ce problème. On est plus décentralisé, mais on garantit tout de même qu’un billet ne peut pas être copié. Finalement, on arrive au même principe que la monnaie papier actuelle…

1 J'aime

Tout à fait. Il n’y a qu’un tiers de confiance qui peut assurer qu’un bout de papier correspond bien à de la monnaie. Les G1billets sont utiles sur un évènement de type concert, festival, gmarchés, etc. avec une caisse centrale par exemple. Comme on fait dans les foires des écoles ou les vide-greniers parfois.

1 J'aime

Je trouverais intéressant de développer des ğ1billets de manière globale, peut être avec une association qui assure la convertibilité en Ğ1, comme une banque. Cela permettrait de remplacer les espèces qui sont prévues pour disparaître les prochaines années.

Bonjour, je suis espagnol mais je veux participer au débat, j’ai donc traduit mes propos en français.

Partant de la conclusion qu’il est presque impossible de créer des billets fiables sans aucune sorte de centralisation, j’ai pensé qu’une bonne idée serait peut-être de créer de petites organisations de quartier qui faciliteraient le passage de l’argent liquide à Césium, et vice versa. L’argent ne fonctionnerait que pour ce quartier ou cette ville en particulier.

La proposition est de collectiviser la nécessité d’avoir de l’argent liquide de manière communautaire. Que les personnes du groupe qui étaient en charge d’échanger de l’argent contre du Césium et vice versa, se rassemblent dans un espace de confiance du quartier / village, afin qu’en cas de problème de contrefaçon, vous puissiez vous y rendre.

Comment le vois-tu?

3 J'aimes

C’est en effet une idée à laquelle j’avais pensé : avoir un local dans ma ville et créer une association pour promouvoir, accompagner et développer la monnaie libre sur mon territoire local. Une sorte d’agence bancaire de la June :slight_smile:

5 J'aimes

Techniquement il y’a déjà des prototypes qui existent pour le faire, comme les g1billets liés à g1sms: https://g1sms.fr/fr/g1billet

Je sais qu’il y a eu d’autres prototypes, par exemple @Olivier_Fontes nous montrait une interface web simple pour éditer et imprimer des ḡ1billets lors du dernier festijune, mais je ne trouve pas de sources ni d’info sur le web.

Tu trouvera aussi des discutions au sujet des paper wallets ici, et je sais que @1000i100 proposait aussi des formes de billets avec des symboles reconnaissables imprimés dessus pour éviter les fraudes, mais je ne retrouve plus les liens et je ne pense pas que ces projets aient aboutis pour le moment.

Reste plus qu’à les utiliser, quitte à s’organiser en association comme tu le propose. Il suffit pour cette association d’installer un noeud g1sms ou d’en acheter un à Fred Renault son créateur.

1 J'aime

et

Mais effectivement, je n’ai pas avancé dessus depuis.

Je viens de m’ajouter une issue indiquant ce fil de discussion vu que l’idée du prooftag me semble très intéressante.

En tout cas le G1billet, ça plaît beaucoup à ceux qui ont du mal avec l’informatique. Pour être sur qu’il n’y a pas de doublon des billets, il est possible de les créer collectivement sur un compte uniquement prévu pour ça. Le tiers de confiance devient le groupe de confiance :slight_smile:

1 J'aime