Société et cas pratique


#1

bonjour, Toutes les discussions que j’ai lire montre des exemples très théoriques ou très simple. Ces discussions nous disent que, avec une monnaie libre, chacun reçoit un DU journalier. Et que chacun peut gagner plus en faisant des échanges de services. OK. Mais cette vision est extrêmement réductrice. Quand on dit “chacun peut vendre un service et recevoir de la monnaie en échange”,suppose t on que tous peuvent être son propre “patron”. Quid d’une personne qui ne vend pas directement ses services à un autre, mais qui est un employé recevant, pour avoir fourni un service, un montant. 1ère question : dans ce cas, c’est une entreprise qui donne, en échange d’un service, une somme monétaire, donc d’où vient cette argent ? Une entreprise créée peut elle recevoir un DU ? 2ème question : une entreprise nouvellement créée a besoin d’un certain montant pour réaliser son projet. Comment fait elle pour recevoir ce montant ?

Je pars du principe que notre société adhère au système monétaire du DU, mais sans y t ajouter d’autres systèmes ou pratiques sociales plus équitables , plus respectueuses de chacun . Cette société reste avec ces défauts et avantages qu’on lui connait.


#2

Bonjour @Toumai

Non effectivement une entreprise ne pas pas créer de DU mais elle peut vendre ses biens ou services en Monnaie Libre et payer ainsi ses employés.

Elle fait un emprunt, demande de dons, …


#3

une demande de dons, comme le propose certaines plate-forme, je suis d’accord avec ce principe, mais elle ne peut pas être généralisé. Toutes les entreprises ne peuvent pas avoir la somme souhaitées. Et tout le monde ne peut donner un don à toutes les entreprises. On voit bien qu’il y a, à un moment donné, un soucis. un emprunt, à qui ? une banque ? une association d’individu proposant leurs G1 ? en échange de quoi (intérêt ?)


#4

Naïvement, je dirais un emprunt à une banque, oui… La monnaie libre n’empêche pas l’existence de banques elle leur enlève juste la création monétaire, et limite donc leurs puissance.


#5

ok, mais d’où vient l’argent de ces banques ?


#6

Par exemple de personnes ayant beaucoup d’argent et souhaitant l’investir afin de limiter les effets de la dévaluation de la monnaie… au lieu de faire du profit comme aujourd’hui, cela leur permettrait de limiter les pertes.

(Tout ceci est assez fataliste de ma part, je ne sais pas si d’autres ont des idées plus réjouissantes, mais après réflexion je me suis dit que même si on fini par reproduire le système actuel dans la monnaie libre, ce sera toujours beaucoup mieux (moins pire) que l’existant)


#7

Si la banque offre un service de paiement par carte bancaire plus rapide que Césium et avec une assurance, peut les personnes seraient intéressé pour y placer leurs Junes, par exemple.

[EDIT] service payant bien-sur


#8

En fait, tout dépendra de la valeur qu’on met à chaque ressource (services, mais aussi matières). En effet, on a une masse monétaire générée par les individus. En théorie, on ne devrait / pourrait pas avoir une ressource > à cette MM. Mais aussi pas supérieur à un % de cette MM et cela pourrait entrainer la ruine de certains un déséquilibre.

Certes cela évitera l’accumulation monétaire par les banques. Mais cela n’empêchera pas l’accumulation de trésorerie d’entreprise. Ex Apple qui a en trésorerie le PIB du Danemark !!! Et cette argent n’est pas forcément redistribuer ! Faut il, dans ces conditions, ajouter à la TRM, un système de monnaie fondante ?


#9

en soit, une monnaie fondante dans une monnaie libre ne tient pas la route, on perdrait le but rechercher


#10

Si cet argent reste sagement sur un compte il va perdre de la valeur, c’est comme un impôt inévitable, si il est investit, il va circuler (et continuer de perdre de la valeur ailleurs). S’il circule entre très riches alors ce seront les très riches qui seront touchés par la dévaluation et s’il circule vers les moins riches alors… redistribution ! :slight_smile:


#11

J’ai probablement mal compris un truc parce que je ne vois pas en quoi la monnaie libre n’est pas fondante ? (je suis relativement nouveau, j’ai pas lu la TRM) “Fondante” ne veut pas dire qu’elle se dévalue ?


#12

si j’ai bien compris (mais peut-être que non), la monnaie libre ne serait pas fondante en soit, mais c’est la somme que détient un individu qui diminue en valeur par rapport à la MM. Elle diminue jusqu’à attendre l’égale répartition. Alors oui, dans un sens, en effet, elle serait fondante jusqu’à une certaine limite


#13

Ok, donc elle partage certaines propriété d’une monnaie fondante sans l’être tout à fait, très intéressant, merci.


#14

Ca dépend de ton référentiel.

La June n’est pas fondante : 1G1(2019) = 1G1(2018) mais chaque June perd de son poids dans la masse monétaire au fil du temps.

Le DU en lui même est fondant : 1DU(2018) < 1DU(2019) , MAIS comme il est co-créé, cette fonte n’est pas sensible pour les humains ayant un solde inférieur ou égale à la moyenne.

La fonte du DU est sensible :

  • pour les humains ayant des comptes supérieurs à la moyenne
  • pour la comptabilité des entreprises/institutions/acteurs non humains, si des stocks de monnaie sont utilisés. Si la monnaie n’est pas stockée mais vite réinvestie/utilisée, la fonte est insensible.

#15

Au contraire ! C’est bien le problème d’aujourd’hui :slight_smile:

Les ressources naturelles et leurs extractions/transformations/distribution/… sont limitées, tout comme les personne en capacité physique et intellectuelle de travailler sur certains postes. On est donc limités en nombre d’entreprise, car pour construire quelque chose de nouveau, il faut d’abord que des ressources et des personnes cessent d’être utile ailleurs pour être re-allouées sur ces nouveaux projets.

Alors qu’avec le système actuel, on prête de la monnaie à qui en veut, sans se poser la question de la réalité physique des choses. J’en parle ici :wink: : Onzième rencontres de la monnaie libre Ğ1

Si tu as des questions n’hésite pas, je trouve ton sujet intéressant :slight_smile:


#16

C’est nier que l’utilisation d’une monnaie puisse avoir un quelconque effet sur la psychologie humaine.

Je vais copier ici un mp envoyé à @Toumai il y a 2h car je n’avais pas vu cette discussion et on discutait en privé avant.

C’est intéressant de voir que j’ai eu le même flot de pensée que @yyy dans la réponse.


#17

Toutes ces remarques convergent vers mes propres réflexions : la mise en place d’une monnaie libre va de paire avec un changement de mentalité. Un changement de mentalité pourrait amener la mise en place d’une monnaie libre qui aurait pour effet de changer de mentalité : ce qu’on appelle une boucle de rétroaction positive.

Je ne le nie pas, je le pense fondamentalement . Mais toute mise en place d’un système quelconque a des effets de bord ou des effets secondaires émergeant de l’utilisation de ce système.

Question : Internet, les nouvelles technologies ou les technologies telles que nous les connaissons sont elles liées a une société en particulier (la notre en l’occurrence)? Dit autrement, une société respectueuse de la nature, des humains, des ressources aurait elle pu faire naitre les nouvelles technologies et l’internet tel que nous les connaissons ?

Dans le cas où elle ne le pourrait, comment notre société, utilisant la monnaie libre et ayant une population devenant, au fil du temps , plus respectueuse et donc diminuant l’utilisation de ces ressources naturelles, pourrait elle exploiter cette dite monnaie libre fonctionnant grâce à internet et l’énergie nécessaire pour la blockchain et le système décentralisé (même si on n’est pas dans le cas du bitcoin). N’y aurait il pas à terme un effondrement du système puisque l’énergie nécessaire ne serait plus disponible ? ou peut-être on aurait la disparition du système décentralisé pour revenir à une centralisation de la monnaie … ?


#18

Chaque mois je travaille au sein de l’usine de Vic le Comte ou est produit le papier monnaie et qui bientôt va accueillir également l’imprimerie des billets de Chamalière. Je puis t’assurer que la consommation énergétique journalière de cette seule usine dépasse très largement les besoins actuels et futurs de la monnaie libre. Et je ne parle que de l’énergie directe sans considérer le carburant de chaque employé pour se rendre à l’usine, le va et viens des convois de plusieurs semi-remorques ou camions blindés accompagnés de nombreux véhicules (fourgons, voitures, motos) qui les escortent. Le carburant des gendarmes pour se rendre au travail pour faire l’escorte, le coût des armes (importées), l’usure de véhicules, les pièces qui les constituent. La distribution des billets dans les distributeurs par encore d’autres fourgons blindés et leur équipage qui se rendent eux aussi chaque jour à leur travail , le déplacement des clients au DAB pour y retirer leur argent, Le retour à Vic le Comte des billets usagés pour destruction, Avec les mêmes convois que pour les billets neufs. et j’en passe et des meilleures. Avec les services de sécurité interne, externe, les agents bancaires etc… La liste est interminable…
edit : J’oubliais les hangars entiers de balles de coton qui n’ont pas poussé sur place, et tous les autres composants secrets importés. Je ne parle la que des billets, pour les pièces je ne connais pas…

Tout cela est remplacé par quelques nœuds duniter pouvant tourner sur des raspi2, et des requêtes via césium pour injecter dans la blockchain l’actualisation des transactions et des membres.
À un moment il faut comparer ce qui est comparable, et convenir que toute action aussi minime soit elle aura un effet papillon sur l’univers. Il n’y a pas d’empreinte zéro, c’est impossible.
Rien ne se perd, rien ne se crée mais tout se transforme. Et pour que l’humanité arrive à une empreinte écologique zéro, il n’y pas d’autre solution que d’éradiquer l’humanité. Mais il en va de même de toute espèce vivante, végétale ou même du reigne minéral qui lui aussi subit la loi d’entropie.
Ce n’est qu’une question d’échelle de temps…

Je ne vois absolument pas (pour l’instant) comment un système d’échange monétaire physique pourrait concurrencer un système dématérialisé en matière de frugalité …


#19

Et pour aborder la dématérialisation de la monnaie dette, son caractère hautement spéculatif (comme le bitcoin, et on voit ce que ça donne) génère des gouffres tout aussi fous. Les plus puissants super calculateurs tournent aujourd’hui non pour la science, la recherche ou la santé, mais pour la finance qui fait tourner ces machines à se faire une concurrence dénuée de sens en réalisant des profit par transactions à très haute fréquence. Des combats de super-calculeurs qui jouent à “papier cailloux ciseaux” en dehors de toute utilité pour l’humanité…


#20

oui, c’est vrai, mais ils ont interconnecté par Internet qui lui est énergivore.

Mais bon comme tu le dis, l’empreinte 0 n’existe pas. Par essence, l’homme pollue. Son objectif sera de concilier utilisation technologique et diminution de l’utilisation des ressources.

Merci pour tous ces échanges fort intéressants