Plaidoyer pour une June raisonnablement forte

Allez voir un artisan ou un commerçant et dites-lui que vous êtes prêt à travailler pour lui payer en ğ1. Combien de ğ1 ou combien de DUğ1 allez-vous demander par jour ?

Pas d’hypothèse ou de supposition, ne répondez à cette question qu’après avoir fait la démarche par vous même.

1 « J'aime »

Hello Maaltir,
C’est bien la question à laquelle nous devrons bien répondre un jour. Et de mon point de vue, avant de rencontrer des artisans.

Combien vaut une journée de travail et comment sera-t-il taxé dans l’avenir ?

D’un point de vue élargi et pour info :
Chiffre d’affaire annuel artisanat France : 300 Milliards d’euros,
Soit 5000 euros/habitant.
Donc, dépense moyenne annuelle pour 6000 junistes : 30 millions d’euros.
Même si l’autoconstruction et la réduction de la qualité et des surfaces peuvent permettre de réduire ce chiffre, il va tout de même falloir trouver l’équivalent d’au moins 10 millions d’euros, soit environ 8000 smic. D’où la question de la valeur de la junes, de mon point de vue.

Je rejoins @MYCELIUM si j’ai bien saisi son propos, même si je n’ai pas du tout suivi son « calcul » aboutissant à « 200 jours, 5 ans, 200000 Junes par semaine… » (vraiment j’ai rien compris :wink: ).
Je pense que n’importe quel artisan à ce jour ne saura pas répondre de manière confiante à cette question « combien de Ğ1 pour une semaine de travail ? ». Simplement parce que répondre à cette question nécessiterait de savoir ce que « vaut » une Ğ1 ou un DU, pour comparer la valeur du travail effectué à la valeur de la monnaie. Mais comme dit dans un autre post [La monnaie est-elle un étalon de valeur?], la monnaie n’a intrinsèquement pas de valeur quantifiable. " La monnaie n’a de valeur que par ce que je peux en faire, que par les autres « choses » contre lesquelles je vais pouvoir l’échanger.
L’artisan devrait donc répondre à la question de l’évaluation de son travail par une autre question : « dites moi ce que je pourrai acheter avec 1000Ğ1, ou avec 10000Ğ1, et seulement alors je pourrai vous dire ce qui me semble raisonnable comme rémunération de mon travail ». Si par exemple il ne peut pas se racheter les matériaux nécessaires pour faire un nouveau produit lorsqu’il aura vendu le premier, ça ne marchera pas. Si il ne peut pas nourrir sa famille avec la rémunération du temps passé à son travail, ça ne marchera pas non plus. Et il ne pourra indiquer un prix en confiance (donc répondre à la question posée) QUE si il sait, au moins approximativement, en ordre de grandeur et sans se tromper d’un facteur 10, ce qu’il pourra acheter avec sa rémunération, donc si les prix des choses sont à peu près prévisibles, donc à peu près stables et partagés.
De là nous pouvons déduire en effet que

  • si nous voulons sortir de l’usage actuel de la June, qui est un simple amusement où l’on achète/vend des trucs principalement pour se faire plaisir, en mode ludique ou en mode vide-grenier, en se moquant un peu de la « valeur » des biens échangés,
  • et si l’on veut intégrer prochainement de nombreux artisans pour lesquels la monnaie libre ne sera pas qu’un jeu, mais leur gagne-pain, vital pour eux et leurs familles,
    → alors il est nécessaire de stabiliser des niveaux de prix, approximatifs, négociables, peu importe, mais des ordres de grandeur, qui permettront à chacun de se faire une idée de la « valeur » de la monnaie, en relatif par rapport à des biens de consommation courante.
    Cela ne va pas se décréter par un petit groupe d’individus, nous sommes en monnaie libre, mais cela peut se construire tranquillement en mode consensuel et progressivement entre des utilisateurs conscients de cet enjeu qui semble majeur pour la construction de notre communauté économique.
1 « J'aime »

en observant ici que l’ on commence à penser en terme de pouvoir d’ achat jsuis ravi.

or le pouvoir d’ achat c’est le D.u heureux ou malheureux, divisé par deux ssi comme en unL il est échangé en moyenne deux fois par unité quantitative, là la G1.

le D.u en monnaie pleine c’est le D.u moyen = 1oD.u annuels

aujourd’ hui c’est entre un et trois et c’est aussi encore à diviser par le nombre d’ échange annuel moyen d’ une G1.

c’est comme ça qu’ un artisan compte avant de s’ aventurer à établir des prix ou simplement de s’ impliquer

ps/ nous pouvons aussi, en tant qu’ artisan, choisir une niche économique, un chalant type particulier mais ça, c’est spécifique et pas généralisable.

Ce n’est pas inscrit dans la licence, on peut le vérifier : Duniter | Licence (format texte)

En revanche, un des axiomes de la théorie relative de la monnaie est la Liberté 2 : L’individu est libre de produire toute valeur. (c’est la troisième, car on commence par la liberté 0).

Et dans le commentaire (je recommande la lecture de ce texte) qu’en fait @galuel, on voit bien que cette liberté de produire est également une liberté d’estimer toute valeur :

Pour qu’il y ait « valeur » il est nécessaire qu’un individu identifie l’objet en y accolant cette caractéristique. Cela laisse bien sûr absolument libres tous les autres individus de n’y pas coller cette caractéristique pour cet objet là, ou de l’y accoler à un degré différent, ou bien en fonction d’autres paramètres inexprimables par les autres.

Les équations qui fondent la création monétaire de Ğ1 partent de ce principe (on y adhère ou pas) que tout individu peut proposer un prix (ou ne pas proposer de prix), pour une action qu’il ou elle fait (ou ne fait pas). Et de façon symétrique, tout autre individu peut accepter ou refuser ce prix ou ce cadeau.

2 « J'aime »

Salut Ness, tu peux réécrire ton commentaire de manière lisible (surtout la première partie) je suis frustré car persuadé de sa pertinence!:wink:

pour faire un prix on choisit une part d’ un pouvoir d’ achat soumis aussi en monnaie libre selon la trm à la Vitesse de circulation de la monnaie — Wikipédia

NB si le pouvoir d’ achat est divisé par deux dans ce cas là, c’est parce les prix doublent conformémént à la vitesse de circulation x2

ps/ en gros, on cible un pouvoir d’ achat en prenant la vitesse de circulation economique en compte

ps2/ jdois préciser aussi qu’ un jour, le D.u annuel ne représentera que 1o% du pouvoir d’ achat moyen mais nous en sommes loin

Merci…
Mais pas encore convaincu que les lois économiques/ monétaires déduites de l’observation de notre système économique et monétaire basé sur la monnaie dette, et extractiviste et non démocratique puissent se transposer de la même manière dans le cadre de la monnaie libre…:thinking::face_with_monocle:

1 « J'aime »

la trm précise que la vitesse de circulation fonctionne aussi en mL jdois juste retrouver où mdr

…du coup cela me semble très prématuré de s’appuyer sur le ‹ 1/2 › DU comme pouvoir d’achat sous prétexte d’une vitesse circulation encore théorique et extrapolatoire pour fixer les prix…en ces temps de balbutiements d’autres critères sont à prendre en compte…

bien vu, l’ exemple avec le x2 de l’ euro est loin de faire loi dans la june. en revenche la cible du pouvoir d’ achat reste = D.u x o,9… = D.u

en ne limitant pas les prix nous faisons un usage de luxe de la monnaie, mecaniquement, peu d’ usage y compris avec les producteurs qui savent compter d’ un coté et voient des prix déraisonné type x1o de l’ autre

PS/ en réalité il y a tout de même deux avantages au ‹ ‹ x1o › ›, c’est de redistribuer de la june à des nouveaux sans culpabilité et puis de finalement fixer à la louche un prix qui se reprochera dans plussieurs décénies à ceux de la monnaie-pleine ( D.u = 1o%M/N )

dans la balance j’ ai donné là mon choix favorable à ne pas freiner les échanges tel que le fil de discussion le propose initialement

La lecture des premiers echanges historiques en G1 montrent qu’ils etaient basés (incidentellement ou intentionnellement??) sur une G1 plutôt faible, c’est à dire qu’une unité de G1 avait peu de valeur, ou qu’il fallait plusieurs DU (plusieurs jours de cocreation monnétaire individuelle) pour acheter une crepe assaisonnée par exemple. Cela ne semble pas avoir empeché le developpement de la G1 (faute de masse monétaire à l’époque , a fortiori comparé à aujourd’hui). Si cette valeur (éventuellement insuffisante) de la G1 avait posé problème, les échanges n’auraient pas ou peu eut lieu. Ca tombe bien, cette valorisation de la G1 n’a pas eu pour effet de valoriser le DU au pouvoir d’achat d’un RSA ou revenu de base. Cela aurait été pervers car aurait incité à « vivre » sur le DU sans (ou faible) motivation à fournir des produits ou services pour obtenir de la monnaie. L’arrivée plus tard d’une conception forte de la valeur de la G1a pour effet, à l’inverse, pervers d’assimiler le DU à une rente quotidienne (ce qui ne semble pas du tout avoir été l’intention de la TRM), et donc de décourager la production d’offres et de services, (ce qui est malvenu vu qu’on en manque déjà) et de pratiquer une forme de « dumping » monétaire qui , même dans un systeme capitaliste et liberal, est habituellement considéré comme néfaste et pervers… a fortiori également dans le cadre d’une monnaie libre dont la vocation serait de construire un système monétaire plus vertueux que celui qu’on connait…

1 « J'aime »

on tombe dans la subjectivité abdolue là pervers/non-pervers la binarité aussi. il y a d’ autres chiffres, par exemple lorsque certains prix poussent l’ utilisateur à preferer acheter en monnaie dette et ça depuis le début aussi encore.

lier des artisans producteurs indépendants à une crypto chaine de bloc passe par l’ experimentation objective

1 « J'aime »

Est ce que tu trouves souhaitable qu’un DU donne un pouvoir d 'achat quotidien à son co-créateur permettant de couvrir ses besoins de se nourrir ?

Merci de ne pas répondre en ouvrant un autre sujet ou en posant une autre question et d’écrire avec des phrases intelligibles :wink:

Bonjour à tous,
j’essaie de suivre vos échanges, mais je ne comprends rien à l’histoire de 1/2 DU, pouvoir d’achat x2, cible de pouvoir d’achat = DU x 0.9… etc.etc. D’où tout cela vient-il ? Il semble que vous faites référence à la vitesse de circulation de la monnaie, mais je ne vois pas le rapport. Si quelqu’un pouvait expliquer ces théories en termes clairs, en posant ce qui est des hypothèses, ce qui est des choix, en expliquant ce qui est de la logique mathématique et pourquoi… ce serait cool, merci :slight_smile:

1 « J'aime »

juste moi hors sujet mdr jrecadre depuis le le début,

lorsqu’ un utilisateur/co-créateur dépense tout son D.u , il n’ a pas de réserve pour investir ailleurs par exemple donc sa part de masse monétaire est bien partie dans les poches d’ un autre donc ça reste vertueux pour ceux qui produisent c’est pourtant simple …

… celà étant dit ne me faites pas dire ce que je n’ ai pas dit, le D.u est beaucoup plus nuancé dans mon propos. (D.u annuel / vitesse de circulation annuelle)

jpense que si tu relis tu devrais comprendre que se sont des mécanismes et pas de la science sociale.

  1. une masse monétaire en circulation qui se meut dans sa globalité par exemple deux fois par an en moyenne représente au final une masse monétaire doublée

  2. la masse monétaire étant doublée ici, les prix doublent aussi mécaniquement

  3. le pouvoir d’ achat moyen qui sera ciblé par les artisans sera donc celui du D.u annuel divisé par sa vitesse de circulation annuelle ( ici dans l’ exemple par deux )

Quelques réflexions en vrac :

  • Ceux qui veulent des prix bas, veulent que les autres fassent comme eux. Ceux qui pratiquent les prix élevés laissent les autres faire ce qu’ils veulent.
  • Ceux qui veulent des prix bas, veulent un « pouvoir d’achat » élevé, ce qui ne me semble pas une bonne idée pour la biodiversité.
  • Une monnaie « forte » ne permettra pas d’acheter plus de chose, s’il n’y a rien de plus à vendre.
3 « J'aime »

mais oui, jsuis artisan et aux vue des prix jpeux rien vendre ‹ ‹ normalement › › car jpeux rien acheter ensuite

normalement : en calculant mes prix sur le pouvoir d’ achat

Merci pour ce commentaire lisible, clair a comprendre et dont le raisonnement me semble complètement cohérent!
Bien d accord!

en éludant la vitesse de circulation tout devient plus simple c’est certain, on peut éluder aussi la licence , la trm comme ça, c’est beaucoup plus compréhensible aussi