Le refus de re-certification

tout à fait d’accord

2 « J'aime »

La seule implication de la GNU AGPL de Duniter sur les utilisateurs lambda (qui n’utilisent pas Duniter sur leur machine), est que si l’hébergeur d’un nœud Duniter en a modifié le code, alors il doit rendre accessibles ces modifications aux personnes qui utilisent ses API publiques (BMA, GVA, WS2P).

On peut voir des analogies entre ces licences, mais en pratique elles n’ont rien à voir. On pourrait très bien avoir un logiciel de blockchain de monnaie libre en licence propriétaire, ou à l’inverse une monnaie non-libre qui tourne avec des logiciels libres (comme le bitcoin).

2 « J'aime »

Vrai.

Exact.

Faux.

Un logiciel privateur (étonnament, une meilleure traduction de proprietary que propriétaire) de monnaie donne pas la possibilité de modification démocratique qui est l’une des conditions pour qu’une monnaie soit libre. (Voir Formalisation — Théorie Relative de la Monnaie v2.718)

(Ce point m’avait d’ailleurs énormément rassuré il y a quatre ou cinq ans, sur le sérieux de cette dite Monnaie Libre, à l’époque où j’en entendais parler pour les premières fois.)

2 « J'aime »

Je peux tout à fait développer mon implémentation propriétaire compatible avec Duniter et la relier au réseau. Tant que le logiciel utilisé n’est imposé à personne et qu’il y a une alternative libre (Duniter), ça ne pose pas de problème de démocratie.

Edit:

L’utilisateur lambda n’utilise Duniter que par le biais de son API client, à travers Cesium. Il n’utilise pas directement Duniter, et n’exécute jamais son code. L’« Utilisateur » dont parle la licence de Duniter est le propriétaire du serveur, pas le client. La GPL ne garantit donc pas les libertés du client.

2 « J'aime »

quand bien même une transaction de duniter via un client ne serait pas une utilisation de duniter, un noeud mirroir le resterait

ps @rimek j’ espère que je ne participe pas involontairement à pourrir ton com’ ça me semble intetessant de voir aussi les choses sous l’ angle de la trm et de gnu

1 « J'aime »

De mémoire, il y avait aussi une vidéo explicative sur YouTube, mais je ne la retrouve plus.

Il est vrai que dans la ğLicence ou Licence Ğ1, il est précisé : « Lorsque vous êtes membre de la TdC Ğ1 et que vous vous apprêtez à certifier un nouveau compte :… » Mais je pense bien que ce qui s’applique aux nouveaux membres, s’applique aussi pour les re-certifications de la même manière.

Le problème (si cela devait en être un ?) est que chaque membre est limité à une « pool » de 100 certifications ( sigStock = limitation des « accréditations » ) .

Comme le précise @tuxmain : « La licence n’oblige pas à certifier. Elle contraint uniquement la certification, mais on est libre de ne pas certifier. »

Il appartient donc à chacun de gérer son « stock » de 100 certificats ( sigStock ) selon la politique et l’éthique qui lui appartient sans enfreindre les règles de la Licence Ğ1, ni affaiblir la Toile de Confiance.

@+ :vulcan_salute: :g1:

3 « J'aime »

Bien sûr. Mais la monnaie générée par un tel logiciel ne serait pas Libre.

Ah oui ?! Mince alors ! Tu viens de soulever un problème sérieux (pas d’ironie dans ma phrase)… Je vais lancer une discussion à ce propos sur le forum de Duniter, parce que c’est très inquiétant.

Je ne suis pas aussi catégorique.

Les exemples abondent par centaines de cas de logiciels privateurs qui enchaînent tellement d’utilisateurs/consommateurs/citoyens que ça pose de vrais problèmes démocratiques (vie privée, liberté d’expression, propriété privée, liberté d’entreprendre…) alors même qu’il existe une alternative libre fonctionnelle. (Windows → GNU/Linux (ou plutôt ReactOS si on s’attache aux spécifications techniques), les logiciels de gestion d’établissement de santé… pour ne citer que deux exemples.)

Dans le cas des protocoles réseaux, prenons l’exemple du web (HTTP) et de l’email (SMTP), des protocoles initialement libres (des standards) qui, au fur et à mesure du temps, ont été largement détournés de leurs buts initiaux par une poignée d’énormes acteurs faisant régner leur loi. Je pense aux petits fournisseurs d’email (les chatons par exemple) qui voient leurs emails tomber dans les spams des utilisateurs des gros fournisseurs (Hotmail, Gmail…) alors même que tous ces gros fournisseurs abusent de l’ignorance de leurs utilisateurs pour attenter à ce que ces derniers considèrent généralement comme de la correspondance privée… Je pense également au W3C tellement noyauté que les DRM ont désormais réussi à se faire officiellement implémentés dans le web.

Je termine sur cette citation (clic sur le lien pour le texte complet) :
Les problèmes éthiques et politiques ne se traitent pas avec un slogan comme « la liberté de choix (pour développeurs seulement) »

La confiance c’est dans les deux sens.
Après un inconnu je veux bien, mais quelqu’un qui est connu et reconnu depuis x fois…
c’est pas cool, et ne rend pas zen.
Au pire dans deux ans, tu ne le certifieras pas ! et s’il fait trop le malin… c’est Y qui sortira de la toile. de toute manière on finit toujours par en sortir à un moment ou un autre.

1 « J'aime »

Je propose à celleux qui croient que la licence demande de faire confiance à la personne certifiée, de chercher le terme « confiance » dans la licence. Vous ne serez pas déçues de l’expérience :wink:

Cherchez ensuite « bien connaître » et « vérifi » (pour tous les mots autour de la vérification)

N.B : ne vous arrêtez pas au nombre d’occurences. Allez voir dans quel contexte se placent ces mots.

« Toile de confiance » est une traduction littérale d’un terme technique anglais. Il ne reflète pas du tout ce qui est nécessaire pour qu’elle fonctionne.

1 « J'aime »

Je pense que chacun est libre de certifier qui bon lui semble

Pas exactement : si un membre certifie n’importe qui sans respecter la licence, et que ses certificateurs s’en aperçoivent, ils peuvent arrêter de le certifier (afin de respecter la licence), ce qui pourrait causer l’exclusion du membre en question.

Mais on est libre de ne pas certifier qui bon nous semble.

2 « J'aime »

Hum… donc on est libre de ne pas certifier quelqu’un qui respect la licence, c’est bien ça ? Si c’est le cas c’est de la discrimination passive. (c’est comme le banquier qui ne t’accorde pas le crédit simplement parce que ta tête ne lui revient pas)

D’après la TRM le D.U est un droit. Librement accessible donc non ce n’est pas de la polémique, la question est réellement légitime.
" Li­berté 0 : L’in­di­vidu est libre du choix de son sys­tème mo­né­taire " voir aussi principe de non-nuisance.

Je l’ai enlevé de youtube pour la mettre sur peertube :

1 « J'aime »

Pas exactement… Il faut aussi comprendre que chaque membre est co-banquier de la monnaie libre, et dispose d’une quantité limité de 100 accréditations / certifications pour faire intégrer des nouveaux membres à la TdC. (un banquier est encouragé à faire des contrats de crédits, peu lui importe la tête de l’emprunteur, ce qui compte ce sont les garanties de remboursement apportées par l’emprunteur au banquier).

Et il y a aussi un délai de 5 jours entre chaque certifications validées par nouveau membre certifié (pour éviter les attaques Sybil sur la TdC).

Au dernier bloc, selon G1-Monit, il y aurait 3041 membres. Plus il y aura de membres intégrant la TdC, plus il sera donc facile de trouver 5 membres certificateurs, car le nombre de certifiants disponibles augmente aussi.

Là où ça va coincer sévère… Un droit qui trouve application légale devant quelle juridiction exactement ?

Le DU est exclusivement co-crée par les membres ayant intégrés la TdC, car les membres certifiés sont des ğBanquiers (des co-banquiers) qui participent à la création monétaire de la Ğ1 (de manière confraternelle).

S’agissant du « principe de non-nuisance », il s’applique aussi bien à soi-même qu’envers autrui…

Tu imagines vraiment qu’un non-membre assigne à lui seul par une procédure unique devant un tribunal, la totalité des membres de la TdC, au motif qu’il serait discriminé, car il n’arriverait pas à obtenir 5 accréditations sur les 3041 membres pour valider sa certification en accord avec la Licence G1 ?

Certification dont il faudra faire, nécessairement, le renouvellement tous les 2 ans, qui plus est.

Sachant que plus le temps passe, plus il y aura de membres, et plus il sera donc facile de se faire certifier.

Le DU est-il un vraiment un droit, un dû ou même un devoir de création monétaire ?

:hugs: :+1: C’est effectivement celle là. Merci :wink:

@+ :vulcan_salute: :g1:

1 « J'aime »

Ce n’est pas à la monnaie de gérer ces discriminations, c’est le rôle d’autres organisations telles que la justice.

Parmi tous les gbanquiers, on devrait bien en trouver 5 qui acceptent de certifier.

C’est le même argument que celui contre la démocratie directe : et si tout le monde est un connard ? Rien ne fonctionnera dans ce cas-là, point.

Et oui, la discrimination n’est pas empêchée par les règles de la monnaie, pour la création, mais aussi l’échange (je peux refuser d’échanger avec quelqu’un).

Enfin, la discrimination n’est pas forcément une mauvaise chose, ça dépend des critères et du contexte. Je refuserais de vendre un terrain à un promoteur immobilier, mais je trouverais immoral de refuser de vendre à quelqu’un sous prétexte qu’il est étranger, par exemple. Je ne pense pas que ce soit à la monnaie de fixer quelles sont les discriminations acceptables et les inacceptables.

3 « J'aime »

Si la personne est active dans l’utilisation de la monnaie libre, elle n’aura aucun mal à recevoir des certifications en continu.
Une certification tout les 4 mois suffit pour rester membre.
Donc la personne continuera à créer sa part de monnaie sans problème.

En fait je ne comprends la problématique posée par un refus de certification.

1 « J'aime »

Pareil, il y a plus de 3000 membres, si moi j’ai pas envie de (re)certifier quelqu’un, d’autres pourront le faire.
Si je m’entends moyennement avec quelqu’un, j’ai donc plus de difficulté à en apprendre plus sur lui/elle et donc plus de mal à lui faire confiance.
Par contre si c’est un nouveau qui ne connais pas grand monde, là je ferais l’effort pour qu’il ai le droit à son DU.
Mais une fois qu’il est certifié, ce sera à ce nouveau membre de se créer d’autres liens (si le lien entre nous s’estompe), de participer…etc.
Après tout si il ne participe pas à quoi ça sert d’accumuler de la monnaie?

1 « J'aime »

Un gauche si tu préfères lol

Si tu refuses de me re-certifier parce que j’ai fait un selfie avec Jacques Attali je ne suis pas sûr que ce soit conforme à l’esprit de la licence, si ?

Tout dépend ce qu’il y a derrière « ne fait pas confiance ».

La licence demande de vérifier que la personne qu’on certifie la comprend et la respecte. Pour une première entrée, on ne peut que croire sur parole. Mais lors d’un renouvellement, on a pu observer :

  • la personne certifie-t-elle les identités de gens qu’elle n’a rencontré qu’une fois ?
  • la personne certifie-t-elle des identités de personnes qu’elle ne connaît que par Internet ?
  • la personne oublie-t-elle de demander le téléchargement du doc de révocation ?
  • la personne oublie-t-elle de transmettre et vérifier la compréhension et l’acceptation de la licence ?

Si Y a observé un de ces comportements de votre part, il est tout à fait légitime à refuser une re-certification. Et ce, même si vous croyez la respecter.

Rappel : la licence ne demande pas de faire confiance à la personne qu’on certifie. Elle demande de vérifier si cette personne a compris et accepte la licence.

3 « J'aime »

On s’en fout, ils reste des milliers de personnes qui peuvent te certifié.
Donc cela ne pose aucun problème.

3 « J'aime »