Le refus de re-certification

Imaginons…

J’ai un différent avec Y et il ne veut pas me re-certifier en disant qu’il ne me fait plus confiance.

Imaginons que Y a un différent avec sa copine mais il n’hésite pas à la re-certifier parce-que c’est sa petite-amie.

Alors que dit la licence ?

Tout le monde a des différents avec tout le monde dans la vie c’est comme ça, maintenant est-ce une raison valable pour refuser de certifier quelqu’un parcequ’il y a eu une mésentente ?

Si oui, alors il faut préciser les raisons, les cas précis, les contextes, et la nature des différents qui vont légitimer un refus de re-certification, dans la licence.

Bonjour, pourquoi chercher des poils aux œufs ? Les gens sont libre de certifier ou pas qui ils veulent. Après le reste n’est que polémique à mon avis.

5 J'aime

La licence n’oblige pas à certifier. Elle contraint uniquement la certification, mais on est libre de ne pas certifier.

Si tu as un différent avec quelqu’un, et que vous ne vous voyez plus, alors il est plus difficile de maintenir le lien nécessaire au respect de la licence.

2 J'aime

ça dépend, si quelqu’ un manque de certif’ pour user de son droit à la co-création lié à la licence agpl de duniter, et même aux ressources de la trm dans un sens, il faudra bien régler l’ asymétrie non ?

Ainsi va le vie, les chemins de vie se croisent et parfois se séparent. C’est (peut etre) pour cette raison que le certificat n’est valable que deux ans ?

1 J'aime

En participant régulièrement aux rencontres il est facile d’obtenir au moins une certification tout les 3 mois. Le manque de certification n’existe pas.

4 J'aime

oui, mais cela se solutionne en rencontrant une des plus de 300 personnes faisant partie de la toile de confiance …

2 J'aime

il peut très bien y avoir 3ooo personne qui violent la gpl , ça arrive tous les jours, donc je posais une question précise dans un référentiel précis à une personne précise, ne vous méprenez pas, vous ne répondez en réalité pas sur le fond, les membres ont une responsabilité et pas un droit à sens unique. @tuxmain

Pouvez vous préciser le sens que vous donnez à cette assertion ?

quelle partie de la license AGPL de duniter ne serait pas respectée par l’ensemble des membres de la toile de confiance ?

Là encore pouvez vous préciser la responsabilité que vous pensez que les membres ont, et le droit à sens unique qu’ils n’auraient pas ?

ce n’ est pas mon propos, j’ ai écrit qu’ il pouvait y avoir des non respect de licence gnu en général à tuxmain et qu’ il fallait répondre à la question initiale, ‹ ‹ que dit la licence › › ? plus haut

et bien simplement une licence libre doit être accessible jusqu’ au droits d’ administrateurs, ici de co-création

vous confondez : la licence AGPL du logiciel duniter n’as pas de rapport avec la licence de la June …

Duniter vous laisse libre de créer votre monnaie libre.

2 J'aime

c’ était ma question à tuxman justement, de mon point de vue, il y a un devoir envers les nouveaux et le renouvellement non pas vis à vis de la licence june que rimek connait parfaitement mais bien du point de vue logiciel dans le sens large ‹  › liberté de l’ utilisateur’’

et quel serait ce < devoir > ?

fournir l’ accès à l’ ensemble et même si c’ est progressif, ça fait partie du deal je dirais.

tu n’ es pas d’ accord ?

jpeux pas répondre @Maaltir plus bas donc je le fait là, il ne faut pas confondre un devoir de diffusion et une obligation de certifier

jpeux pas répondre @tuxmain plus bas donc je le fait là aussi, ta définition de l’ agpl ne concerne que le ‹ ‹ a › › tandis que l’ accès à un programme gpl en tant qu’ utilisateur doit être déjà complet, le ‹ ‹ a › › vient en plus.

Le renouvellement de certification doit être demandé. Il ne doit pas être automatique.

Partant de cet axiome, si la personne en conflit ne demande pas de renouvellement, alors le certificateur n’est pas tenu de re-certifier.

Si le certifié demande une re-certification à une personne avec qui il est en froid, alors il faut relire la licence pour voir si le litige porte sur le respect de celle-ci ou non.

Pour moi, il faut essayer de ne pas mélanger les sentiments avec les contraintes de la licence. Si la personne respectait la licence avant le litige, et que le litige ne porte pas sur le respect de la licence, alors on ne devrait pas refuser la re-certification si elle est demandée.

Ce comportement que je préconise à l’avantage de parfois relancer le dialogue entre les personnes qui sont en froid. Mais si le litige est profond et que les personnes ne se voient plus et que le certifié ne demande rien, alors il n’y a pas lieu de faire ce qui n’est pas automatique, mais doit être demandé.

Ceci est une recommandation, pas un ordre. Chacun est libre.

10 J'aime

A aucun endroit de la licence il n’est indiquer qu’on est obligé de certifier pour une raison quelconque.
Chacun est libre de certifier qui il veut dans le respect de la licence c’est à dire « Il faut suffisamment connaître la personne que l’on certifie » Il n’y a aucune obligation de certifier quelqu’un! Jamais d’obligation!

5 J'aime

tout à fait d’accord

2 J'aime

La seule implication de la GNU AGPL de Duniter sur les utilisateurs lambda (qui n’utilisent pas Duniter sur leur machine), est que si l’hébergeur d’un nœud Duniter en a modifié le code, alors il doit rendre accessibles ces modifications aux personnes qui utilisent ses API publiques (BMA, GVA, WS2P).

On peut voir des analogies entre ces licences, mais en pratique elles n’ont rien à voir. On pourrait très bien avoir un logiciel de blockchain de monnaie libre en licence propriétaire, ou à l’inverse une monnaie non-libre qui tourne avec des logiciels libres (comme le bitcoin).

2 J'aime

Vrai.

Exact.

Faux.

Un logiciel privateur (étonnament, une meilleure traduction de proprietary que propriétaire) de monnaie donne pas la possibilité de modification démocratique qui est l’une des conditions pour qu’une monnaie soit libre. (Voir Formalisation — Théorie Relative de la Monnaie v2.718)

(Ce point m’avait d’ailleurs énormément rassuré il y a quatre ou cinq ans, sur le sérieux de cette dite Monnaie Libre, à l’époque où j’en entendais parler pour les premières fois.)

2 J'aime

Je peux tout à fait développer mon implémentation propriétaire compatible avec Duniter et la relier au réseau. Tant que le logiciel utilisé n’est imposé à personne et qu’il y a une alternative libre (Duniter), ça ne pose pas de problème de démocratie.

Edit:

L’utilisateur lambda n’utilise Duniter que par le biais de son API client, à travers Cesium. Il n’utilise pas directement Duniter, et n’exécute jamais son code. L’« Utilisateur » dont parle la licence de Duniter est le propriétaire du serveur, pas le client. La GPL ne garantit donc pas les libertés du client.

2 J'aime