Jeu de société dérivé de geconomicus


#1

J’ai fait un jeu de société avec des cubes en bois. Pour résumer rapidement, les joueurs sont isolés sur une île et doivent produire des ressources pour survivre d’un tour à l’autre.

Il y a deux types de jeu. Un des joueurs doit incarner soit un banquier soit un chômeur. Ce qui change le mode de création monétaire durant la partie.

Le but est d’être le joueur le plus riche et en meilleure santé. Mais les joueurs doivent éviter d’épuiser les ressources de l’île sinon la partie est perdue pour tout le monde.

La règle du jeu en est là :

Je suis preneur de vos retours. Le jeu est pas forcément facile à tester car il demande un peu de matériel et je ne l’ai pas encore commercialisé :slight_smile:


Serious game
#2

Bravo pour ce projet.

Mon premier retour est que je trouve dommage de séparer les deux types de monnaies ce qui au final en fait plus un jeu d’éveil, réduisant sa rejouabilité.

Mon idée à moi était de faire :

  • Les “libristes” (utilisant la monnaie libre) affrontent les “libéraux” (utilisant la monnaie dette) dans la conquête de territoires et l’exploitation des ressources.

En partant de ta base de règles, peut-être peux-tu faire s’affronter les deux économies.

La grande mode étant aux jeux coopératifs (que j’apprécie énormément car ils permettent de jouer en solo), peut-être étudier un jeu où les “libéraux” sont gérés automatiquement par le jeu ?


#3

Les dés ressources c’est des dés qui vont de 1 à 6 ?

Je pense qu’il manque peut-être une règle, par exemple que le banquier ne peut pas se prêter à lui même. Sinon j’ai l’impression qu’il peut ne pas faire de prêt au autres, et devient de ce fait le seul intermédiaire possible dans les échanges, achetant et vendant aux prix qu’il souhaite.

J’ai l’impression que ce jeu est un jeu de négociation avec une grande part de hasard, et est un jeu de paris sur les futurs résultats des dés :

Si le dé bleu est élevé, alors la demande de ressources bleues après du joueur bleu est élevée, et il doit sûrement en profiter. Alors que si le dé rouge est toujours faible, le joueur rouge ne pourra jamais vendre autant de ressources. Maintenant, si lors d’une partie le dé bleu est plus souvent élevé que le dé rouge, le joueur bleu est forcément avantagé pour être le vainqueur, ses choix d’actions et de négociations ont peut être peu d’impact.

Pour les paris, dans le même exemple, un jeu peut spéculer sur le fait que le dé noir va être élevé au prochain tour, et acheter dès maintenant des ressources noires, tant que la demande n’est pas encore élevée. Et j’ai l’impression que c’est la seule méthode, avec la négociation, de se différencier des autres joueurs.

Le mieux c’est de tester plusieurs parties :slight_smile:


#4

Merci pour vos retours !

@vit effectivement je l’ai pensé comme un jeu pédagogique comme geconomicus. Après le petit coté coopératif pour éviter l’épuisement des ressources de l’île peut amener un peu plus de rejouabilité. Il pourrait y avoir différent niveau de difficulté.

J’y ai pensé rapidement mais je ne vois pas comment faire cohabiter les deux monnaies dans le jeu ! Je sais que quand j’étais aux RML de Montpellier, il y a eu un partie de geconomicus avec les deux monnaies en même temps mais je ne sais pas ce que ça avait donné ?

@yyy Oui c’est bien des dés de 1 à 6 classique.

Pour le banquier, avec les règle actuelle, il peut se faire des prêts à lui même (avec 0% d’intérêt). Par contre, je ne l’ai peut être pas précisé mais il ne peut pas refuser d’émettre un prêt.

Pour ce qui est de la stratégie dans le jeu, effectivement elle n’est pas très évoluée… Mais je suis preneur d’idée pour ne pas dépendre que des dés ! (sans faire une usine à gaz :slight_smile: )

Après quelques parties, ils s’avèrent que si un joueur commence à s’endetter dès le début, il va avoir du mal à s’en sortir dans la partie banquier. Pour l’instant, le banquier a gagné la majorité des parties. Pour la partie chômeur, forcément il n’y a pas ce cercle vicieux de dette et le chômeur est pour l’instant celui qui s’en sort le moins bien.