Inclure des membres "papier" (fiduciaire) pour faciliter l'accessibilité

Salut la compagnie !

Après réflexion je pense qu’il serait possible d’inclure à la G1 des membres « papier » qui n’utiliseraient que des G1billets. Ça rendrait la G1 plus accessible aux personnes peu à l’aise avec les nouvelles technologies ou qui souhaitent simplement les éviter. De plus, ça ne nécessiterait aucune modification de Duniter ou de Cesium ! :grinning: (voir détails ci-dessous)

Les membres papier devraient toujours se faire certifier par 5 membres, connaître leur identifiant et mot de passe Cesium, mais n’auraient pas besoin d’avoir de smartphone avec une connexion internet ni même de savoir en utiliser un.
Ils viendraient aux rencontres pour échanger et retirer de l’argent.

Que pensez-vous de cette idée?

J’ai vu des conversation sur le sujet d’une monnaie libre totalement fiduciaire mais pas sur celui d’une monnaie libre partiellement fiduciaire (à part celle qui m’a donné l’idée).

Peut-être que mes connaissances techniques suffiront pour ce genre de projet, donc si l’idée vous plaît, j’essaierai de m’y mettre ! :wink:

===============================================================

Détails techniques, comment faire:

Techniquement il n’y aurait rien à modifier à Duniter ni à Cesium. La seule grosse différence serait la nécessité de « distributeurs de G1billets » similaires à ce qui est fait avec G1SMS avec de (légères?) modifications.

Quand un nouvel utilisateur souhaite devenir membre papier, un membre de la toile de confiance qui a Cesium d’installé sur son téléphone crée un compte avec lui. Le membre papier doit retenir sa clé publique, son pseudonyme et son mot de passe.
Il vient à des rencontres pour se faire certifier.
Une fois 5 certifications reçues et les premiers DU touchés il peut imprimer ses billets. Pour ce faire, il devrait y avoir des membres possédant une imprimante thermique bluetooth de poche (façon ticket de caisse, pas cher, pas besoin d’encre) pour imprimer les billets en direct. Une application sur le téléphone du membre possédant l’imprimante ferait office d’interface, le membre papier y rentre son pseudo et mot de passe, le montant qu’il souhaite « retirer », et les billets sont imprimés sur le champs ! :grinning:

=======================================================

Autres remarques:

Quelques mots sur la sécurité des billets:
Sur chaque billet (si j’ai bien compris ce qui est fait par G1SMS) il y a un QR code qui permet de vérifier que l’argent est bien bloqué et un qui permet d’encaisser la somme. Si quelqu’un encaisse la somme et redonne le billet à quelqu’un d’autre on saura dans la blockchain que c’est lui qui a triché.
Il reste le problème de la possibilité d’imprimer de faux billets, dans un contexte avec des utilisateurs papier uniquement ça pose problème.
Une solution, il me semble, c’est de s’inspirer du JEU (je ne trouve plus le lien et ne sais plus l’acronyme), l’idée est que chaque fois qu’on échange un billet de Alice vers Bob par exemple, on écrit au dos « Alice -> Bob » puis quand Bob donnera le billet à Catherine on la rajoutera pour obtenir « Alice -> Bob -> Catherine » ainsi si il y a un problème on peut remonter en arrière et trouver qui ment.
La toile de confiance permettra d’exclure le faussaire.

Certifications:
À priori, un membre papier ne certifierait pas, cependant il aurait la possibilité de le faire s’il décide d’installer Cesium, il faut donc qu’il connaisse et comprenne la licence G1 comme tout membre.

Si on souhaite aller plus loin on pourrait créer des comptes de type « membre papier » n’ayant pas la possibilité de certifier et nécessitant moins de certifications, mais ceci est une autre histoire…

5 J'aimes

C’est un super moyen pour iel de récupérer des identifiants membres. C’est la porte ouverte aux attaques Sybil.

Non. Un membre « papier » tel que décrit ici peut se faire voler ses ID par la banque. Si sæ propriétaire souhaite certifier, iel devrait révoquer son compte et en créer un nouveau, non « papier ».

Séparer la création du DU :

  • du pouvoir de certifier
  • de la possibilité d’écrire dans la blockchain

me semble un prérequis pour cette solution.


Cela me semble une idée prématurée. Mais si un GL décide de mettre en place la solution risquée que tu proposes, il doit y avoir une surveillance étroite des comptes « papier » gérés comme ça, et par plusieurs autres personnes que læ « banque ». Par exemple par un petit script :

  • révocation automatique si un membre « papier » émet une seule certification
  • révocation automatique si un membre « papier » écrit dans la blockchain
  • tenue d’un registre papier où les membres « papier » enregistrent et signent le montant qu’iels ont retiré en billets. Vérification régulière de ce registre. Fin des activités de la banque, et remboursement, s’il y a une différence constatée entre le registre papier et la blockchain.

entendons-nous bien : une personne qui ne souhaite pas posséder d’équipement numérique peut utiliser Ğ1 sur l’équipement de qqun d’autre. Mais organiser une centralisation des connections , surtout des membres avec un acteur principal, c’est créer un point faible.

Il est préférable que ces personnes aient bien compris les enjeux, et qu’elles possèdent un compte portefeuille secondaire, qu’elles approvisionnent depuis leur compte membre chez un.e ami.e de confiance (et pas depuis la banque). Elles pourront utiliser ce compte portefeuille depuis la banque, ou depuis un kiosque organisé par le GL, sans risque pour la TdI (mais il y aura toujours le risque de se faire voler sa monnaie).

Faire un petit fork de Cesium qui n’accepterait pas les connexions membres serait une bonne chose, dans cette optique.

1 J'aime

Moi j’avais aussi pensez à un truc comme ça! Notamment au sein d’un SEL fonctionnant en Ğ1…
Mais plus simplement, selon moi je crois qu’il y a déjà certains membres n’utilisant pas l’informatique, qui ont une ou deux personnes de confiance qui gèrent leur compte, pas besoin d’un truc centralisé.
La personne de confiance peut leur imprimer des billets si besoin, ou saisir des transactions noté sur un carnet. Je me demande si « le sou » ne fait pas déjà des trucs comme ça.

1 J'aime

Mince, t’as raison, j’y ai même pas pensé !

Merci

Donc ce serait possible si on crée des comptes qui n’ont pas la possibilité de certifier, ça faciliterait d’autant plus l’accessibilité si les gens n’ont pas besoin de connaître la licence G1 et ont besoin de moins de certifications, par contre c’est tout de suite plus de travail :sweat_smile:.

[edit:] Les membres normaux pourraient « retirer » des G1billets en utilisant un compte portefeuille ou en empruntant l’imprimante thermique pour imprimer à partir de leur téléphone. Mais ce ne serait pas nécessaire (comme je l’ai cru un moment) ils pourraient toujours payer les membres papier numériquement, ces derniers devront retirer cet argent par la suite pour en profiter.

C’est pas une situation très pratique de dépendre de quelqu’un pour chaque transaction, et puis il y a aussi un risque de voler les identifiants si la pratique devient courante, mais oui, tu as raison c’est faisable. D’ailleurs, si la personne de confiance a une imprimante elle peut nous imprimer des G1billets.

cette solution est réalisée ❄ C'est Noël! Créez des portefeuilles de Monnaie Libre!

Par défaut G1SMS nécessite que le membre ait un smartphone, une adresse mail, une imprimante et utilise tout ça pour imprimer ses billet, c’est pas tout à fait ce que je propose, qui s’appuie sur G1SMS (et Cesium, Duniter…) mais cherche à permettre à certains membres de ne pas utiliser de technologie du tout.

Ma conclusion c’est que c’est faisable mais pas sans effort, et ça n’est pas du tout une priorité aujourd’hui.
Au moins ça permet de dire aux personnes qui regrettent que la G1 ne soit pas fiduciaire qu’en principe elle pourrait accueillir des membres papier.

1 J'aime

tu imprimes les billets de temps en temps, pas à chaque coup, t’ en fais cent planche et tu diffuses sur plusieurs mois.

Dans tout ces cas, ça restera une monnaie-dette adossée à la Ğ1, car à tout moment, le billet peut ne pas permettre un transfert de junes. C’est à dire que le billet est une créance, une promesse de junes, qui peut ne pas être tenue (rien empêche techniquement que le compte soit-disant bloqué soit vidé par son propriétaire).

Si ça doit marcher sur la confiance du payeur car on ne peut vérifier les billets à réception, autant simplement se faire des reconnaissances de dettes :slight_smile:

1 J'aime

Pour avoir une monnaie semi-papier semi-blockchain, il faudrait qu’un agent de confiance puisse imprimer des billets, et que pour le faire et quand il le fait, qu’un compte soit débité du même montant (sans que ça impacte la variable M pour le calcul du DU). A l’inverse, quand un billet se périme ou est encaissé par cet agent (qui le détruit), un compte doit être crédité du même montant. Afin de n’avoir jamais plus d’unité en circulation que prévu (notre variable M), sinon ça ne serait pas une monnaie libre :stuck_out_tongue: il faudra cependant avoir total confiance en ces imprimeurs…

Pour une monnaie libre full papier, il faudrait également qu’il n’y ait jamais plus de montant de billets que M, pour la même raison ! Et pareil, total confiance dans les imprimeurs…

Oui, t’as raison. Je me disais que la toile de confiance était une solution, comme on peut facilement retrouver la personne qui a encaissé à tort l’argent du billet, ou la personne qui imprimerait de faux billets et on peut l’exclure.

Mais bon c’est pas une solution parfaite, je n’achèterais pas une voiture en G1billets…

le compte portefeuille receuillant les sommes des billets n’ est pas accessible, il n’ est pas vidable

Comment ? Avec le protocole actuel, je ne vois pas comment empêcher ça.

il y a plein de moyens déjà utilisés. un compte non membre en mode bot par exemple

Il y aura forcément un ordinateur contenant la clé privée du compte quelque part. Or, une telle machine nécessite de la maintenance, généralement un être humain qui en possède le compte root. Il faut donc fatalement faire confiance à cet être humain.

1 J'aime

il y a des moyen de rendre un compte inaccessible créé par bot

Mais comment ??

créé au hasard par un robot jeté ensuite

vous vous marrez mais celà est la base du processus de tirage au sort, au hasard etc… … il faut maîtriser ce type d’ action légitime dans de nombreix cas

Que le possesseur de l’ordinateur qui fait tourner ce robot arrive à prouver à tout le monde qu’il n’extrait pas la clé privée de la mémoire du programme. S’il y arrive, on lui donnera un prix Nobel de physique ou une médaille Fields et un prix Turing.

Effectivement on peut tirer au sort de cette façon, mais on ne peut toujours pas prouver qu’on n’exerce pas tous ses pouvoirs sur une machine sur laquelle on a tous les pouvoirs. (c’est d’ailleurs pourquoi la « transparence » et le « respect de la vie privée » sont du pur bullshit)

1 J'aime