Commentaire sur la symétrie spatiale

trm
symétrie

#1

Quand j’explique la Ğ1 sur sa partie monétaire, la symétrie spatiale semble aller de soi pour celui qui m’écoute : « tous les participants créent la même part de monnaie chaque jour, 10,04 Ğ1 actuellement ».

Personne n’y trouve à redire, l’affaire semble entendue, équitable, juste. Mais ce même auditeur a-t-il conscience de l’importance et de la définition de cette symétrie spatiale ?

J’en doute, notamment quand je remarque qu’il ne se formalise pas davantage lorsque lui sont proposés d’autres systèmes monétaires où la symétrie spatiale n’est pas aussi bien respectée, notamment ceux où l’on peut créer « autant de monnaie que nécessaire et immédiatement » tant que l’on trouve une personne qui accepte ladite monnaie. C’est le cas pour certains S.E.L me semble-t-il, et j’ai déjà eu vent de système proposant cette création (quasi) openbar.

Or moi je m’en offusque, et voici pourquoi je pense que toute personne soucieuse de ses libertés économiques devrait en faire de même.

Précisions sur la symétrie spatiale

Soit DU la part de monnaie que chaque participant peut créer à un instant t, selon la définition de la TRM : DU = c*M/N.

Précision 1. (P1)

La TRM évoque une optimisation pour c relativement à ev, l’espérance de vie humaine, qui pose c = 10%/an, donc avec une période de DU dt = 1 an.

Précision 2. (P2)

La formule définissant le DU à t est :

image

==> la dimension temporelle est présente et ne signifie pas « tous en même temps », mais « tous dans le même intervalle de temps, dt. »

Précision 3. (P3)

Le DU est limité en montant (présence d’un max) : on n’est pas forcé de produire/faire circuler l’intégralité de son DU à t, mais c’est possible.

Déductions

On déduit de (P1) que plus dt est grand, plus le DU est grand vis-à-vis de M/N.

Pour montrer en quoi les systèmes “openbar” peuvent bafouer nos libertés économiques, prenons un exemple extrême avec dt = 80 ans : c ~= 204740%.

Dit autrement, avec dt = 80 ans on a DU ~= 2048*M/N (ça en fait de la monnaie : 2048 fois la part moyenne existante !)

Mais aussi on déduit de (P2) que, avec I1 et I2 co-producteurs de la monnaie : I1 peut tout à fait produire son DU avant I2, si dt est suffisamment grand relativement à la fréquence d’exécution (= de « vie ») de l’économie sous-jacente.

Finalement en combinant avec (P3), on déduit qu’il est possible pour I1 de réaliser une injection violente de 80 années de production de monnaie avant I2, ce qui outre déstabiliser l’économie en proportion de 2048 / N, a toute les chances de créer une bulle locale ou de l’hyperinflation.

Ce qui octroie un joli privilège pour I1 au détriment des (N - 1) autres producteurs du DU.

En conclusion

Il s’agit là d’un exemple extrême, j’ai pourtant cru entendre une telle proposition sur le web. Mais même dans une moindre mesure, il est possible d’observer cette injustice à plus petite échelle selon la valeur de dt.

La solution optimale pour minimiser cette injustice étant d’avoir un dt le plus petit possible.

Pour la Ğ1, c’est un peu plus subtil que ça, mais grosso-modo dt = 1 jour. Ce qui est selon moi une excellente valeur, exit les bulles locales ou l’hyperinflation.

Néanmoins, à la lumière de cet exposé, il me semble bien que celui qui tient à ses libertés économiques devrait sérieusement réfléchir avant d’adopter un système où la symétrie spatiale n’est pas respectée, c’est-à-dire notamment si :

  • (P1) dt est très élevé : le DU est très grand devant M/N
  • (P3) pas de max imposé, grosse injection de monnaie possible

Dans les deux cas, vos libertés risquent d’être bien bafouées comme il faut.

N.B. : tous ces faits sont déjà expliqués dans la TRM, avec d’autres mots, de façon plus exhaustive et plus précise, principalement dans cette page : https://trm.creationmonetaire.info/solutions.html

Je n’invente rien, j’ai simplement voulu démontrer avec mes propres acquis que la symétrie spatiale est capitale et que son impact est très largement dépendant de dt.

Aussi si vous voyez une erreur de raisonnement, merci de m’en faire part. Faudrait pas que je m’offusque par erreur ! :slight_smile:


Je viens juste de me mettre à la G1 mais j'envisage déjà de quitter cette monnaie
Est-ce que la création d'une coopérative n'utilisant que la ğ1 est possible ?
#2

C’est bien résumé sur un exemple intéressant qui plus est.


#3

Merci, ceci dit si vous avez vous-mêmes un commentaire à apporter, une précision à me donner ou même une reformulation, je suis tout ouïe.

J’aimerais affiner ma compréhension sur ce point précis, peut-être y a-t-il argumentation plus percutante.

Pour reprendre l’exemple de la Ğ1 : si l’on pouvait créer instantanément 80 ans de DU, cela donnerait un potentiel de création monétaire de 7,000,000 de Ğ1. De quoi doubler sa masse immédiatement, alors même que nous sommes 1600 !


#4

Une autre rupture de symétrie spatiale que l’on rencontre souvent c’est quand certains proposent de donner un stock de départ pour les nouveaux, suivant certains critères (souvent l’âge), ou pour que les nouveaux commencent à la moyenne. Pour “corriger l’injustice”, ou “corriger le déséquilibre”.

Pour expliquer le problème, je leur propose cette petite histoire :

Imaginons que la génération actuelle a une vraie préférence pour les burgers qu’ils vont consommer dans des bistrots. Imaginons maintenant que la nouvelle génération arrive, et préfère les pizzas. Si cette nouvelle génération arrive à la moyenne, ils auront une grande quantité d’unités monétaires disponibles d’un coup, et il y aura donc une offre de monnaie conséquente pour les activités de pizzerias, au détriment des activités de bistrots. En effet, ce qui compte, c’est la part relative de monnaie : Un nouveau pourra proposer des prix plus élevés, sans contrepartie, et ainsi ré-allouer les ressources (biens, services, compétences…) à son avantage. Chaque nouveau viendra donc perturber l’économie en privilégiant les activités qu’il préfère, au détriment des autres personnes qui elles seront déjà intégrée à cette économie, et dont leur offre de monnaie est déjà prises en compte et intégré dans les flux monétaires de cette économie.

Qu’un nouveau commence à 0 ne change rien, car quelque soit son âge, il a autant intérêt à dépenser son potentiel d’achat ou le garder pour plus tard qu’un ancien :slight_smile: Et ses ğvaleurs ne seraient pas favorisés par rapport aux ğvaleurs des anciens.

J’espère ne pas me tromper en racontant cette histoire !


#5

La question n’est pas que la nouvelle génération va ou pas arriver à la moyenne puisqu’elle va y arriver en monnaie libre.

La question c’est en combien de temps et comment va-t-elle arriver à la moyenne ?

De façon abrupte (par un Dirac) et violente, créant une distorsion très forte dans l’économie (et donc une nuisance relativement aux anciens), ou bien de façon différentielle, progressivement, prenant sa place avec le temps (comme les anciens avant eux), générant ainsi un équilibre entre “ceux qui viennent” et “ceux qui s’en vont”.

Et ceci en apportant une nouveauté économique jamais expérimentée auparavant : l’adoption d’un invariant relativiste porteur de cette progression différentielle : le DU.


#6

Je suis content car je crois avoir compris. Je vais essayer de formuler cela de manière plus vulgarisée avec une illustration fictive un peu à côté, mais que vous voudrez bien tolérer, et corriger pour faciliter la compréhension.

Que se passerait il si on allouait en un seul versement une prime d’allocation universelle tous les 5 ans (:sparkling_heart:quinquennat), et que les bénéficiaires le recevaient le même jour. Cette prime à la glandouille (ou moteur à la consommation, ou injection monétaire massive, selon son école économique) serait calculée au moment de son versement. Les bénéficiaires toucherait le pactole, ils devraient le gérer dans le temps mais sans savoir s’il leur suffira pour le coût de la vie durant les 5 prochaines années. Ceux qui aspireraient, qui sont sont entrés entre temps dans les conditions d’universalité d’accès à cette allocation (présence sur le territoire , âge, ou toute condition qu’on pourrait d’ailleurs opposer à l’universalité :smirk:) devraient attendre la date du prochain versement, et seraient inégaux face à ceux qui ont bénéficié du précédent versement, dont le nombre aura sûrement changé d’ailleurs.

Le Dividende Universel cocrée à intervalle régulier court permet d’éviter l’inégalité entre ceux qui ont pu bénéficier d’un jeter d’helicopter money et ceux qui attendent son prochain passage sans savoir où il sera en jouant au loto.

Dieu comme je hais la charité.


#7

Ma commentaire ne porte pas sur deux générations, mais bien l’asymétrie au sein d’une génération (asymétrie spatiale).

Dans ton exemple je trouve cela assez bien matérialisé par le pactole quinquennal : celui qui le dépense immédiatement risque de perturber violemment les prix, nuisant de fait à ses contemporains du quinquennat et donc perturbant voir brisant la symétrie spatiale.


#8

Oui, je vais l’expliciter en modifiant ma réponse . Même si je considère l’asymétrie entre deux individus d’une même génération plus comme temporelle, ou spatiotemporelle, dans le sens du temps comme opportunité. Mais c’est un autre sujet


#9

En fait, c’est plutôt une symétrie temporelle tout ça, même si ce n’est pas inter-générationnel, ça reste du temporel puisque l’analyse ne porte pas sur le montant du DU entre deux individus mais sur la manière de répartir sa création dans le temps. :slight_smile: Mais sinon c’est à peu près et en partie l’exemple que je reprends quand j’invite des gens à réinventer la monnaie libre par des exemples simples au sein d’une communauté économique en centrant la réflexion sur la création monétaire et les symétries :

  • première solution simple pour résoudre la symétrie spatiale, création monétaire fixe au moment de l’entrée d’un nouveau membre,
  • faire constater l’inégalité entre celui qui va vivre 100 ans et le bébé mort-né qui créent la même somme, sans compter le côté perturbateur du Dirac,
  • pour lisser ça, répartir la création monétaire au cours de la vie, idéalement avec des intervalles de temps les plus courts possibles,
  • constatation du problème de la symétrie temporelle sur plusieurs générations (les nouvelles générations sont de plus en plus défavorisées par rapport aux anciennes puisque la création monétaire fixe est diluée dans un océan toujours croissant de monnaie) qui conduit logiquement à indexer la création monétaire sur la masse monétaire et le nombre d’individus dans l’espace économique au lieu de faire une création à montant fixe,
  • calcul de c en constatant que si la vitesse de la croissance de la masse monétaire avantage les plus vieux ou les plus jeunes.

#10

@scanlegentil @jytou : oui, symétrie d’espace, de temps, difficile d’évoquer l’une sans évoquer l’autre : que serait une symétrie temporelle monétaire pour un unique humain ? et donc s’il y en a plusieurs, peut-on considérer que la symétrie devrait plus être temporelle que spatiale ?

À la réflexion, je dirais que réaliser une symétrie monétaire uniquement temporelle est complètement absurde : en effet, si chaque génération ne respecte que la suivante, cela signifie qu’aucune génération ne respecte jamais ses contemporains, et par conséquent qu’aucun humain n’est jamais respecté. :face_with_raised_eyebrow:

La symétrie spatiale me semble donc première de ce point de vue.


#11

C’est vrai qu’on peut aussi le voir comme prendre une photo à un instant t et avoir un Dirac qui brise la symétrie spatiale puisque lorsqu’un individu crée soudainement de la monnaie, les autres n’en créent pas. Du coup, comme tu dis, les deux symétries sont relativement indisociables.

Peut-être devrait-on parler de symétrie en 4 dimensions ? :smiley: (les trolls vont sûrement demander, « et la 5ème alors ? » :stuck_out_tongue: )


#12

Quand j’ai lu ton post, cgeek, je me suis effectivement dit qu’il était vain de vouloir dissocier les deux symétries (comme d’ailleurs je trouve tout aussi vain de vouloir dissocier liberté et égalité… il y a peut-être un fort parallèle entre ces deux vanités… pas le temps de creuser).

J’aimerais que tu précises cette partie, car en l’état, elle me pose problème :

Un individu à l’instant t, puis à l’instant t+1, sont-ils les mêmes ? Non, et en particulier, l’individu n’a probablement pas les mêmes aspirations à t et t+1. L’un et l’autre se doivent un principe de symétrie, l’un ne doit pas créer de la monnaie au détriment de l’autre, non ?


#13

Dans le cadre de la TRM je dirais que oui, au sens où si un individu I1 « change » en I2 alors c’est qu’on a assisté à la mort de I1 et la naissance de I2.

Selon cette définition, la symétrie temporelle pour un unique humain n’a pas de sens.

Cette définition me semble acceptable et cohérente.