Bureau de change, taux de change et plate-forme en ligne


#1

L’anniversaire de la G1 approche, accompagné d’un nombre important de festivités, ainsi que les prochaines rencontres de la monnaie libre, et d’autres.

Un problème récurrent est la tenue d’un bureau de change pour permettre à ceux qui n’ont pas encore de G1 de pouvoir acheter des biens et services sur place et de pouvoir participer aux activités requérant d’avoir de la monnaie, tel qu’une enchère ou une brocante par exemple.

Plusieurs solutions existent :

La première et la plus simple est de ne rien organiser. Les participants s’échangent G1 et MNL de gré a gré.

Une deuxième solution est qu’une personne, ou qu’un ensemble de personnes, se fixe un taux de change, s’installe a un bureau, et collecte G1 et MNL pour les échanger a leur taux proposé. Le problème est que ce taux ne plaira pas forcement a tout le monde, qui se tourneront donc vers l’échange de gré a gré avec leur propre taux de change.

Ce post est là pour proposer et réfléchir sur une autre solution permettant de satisfaire le maximum de personnes qui souhaiteraient échanger monnaie libre et MNL. L’idée n’a rien d’innovante, c’est simplement d’avoir une plateforme d’échange en ligne.

1ère étape, les personnes peuvent décider de se créer un compte sur cette plate-forme. Sur leur compte, 2 soldes vides, un solde en G1 et un solde en MNL.

2ème étape, elles peuvent transférer des G1 sur un portefeuille donné pour se voir créditer des G1 sur leur compte. Également, elles peuvent se rendre a un bureau de dépôt/retrait tenu par une personne gérant également la plateforme, pour y déposer des MNL, qui seront crédité sur leur compte.

3ème étape, sur son compte, on peut aussi passer des ordres d’échange tel que “je donne x MNL contre minimum y G1” ou “je veux x MNL contre maximum y G1”.

4ème étape, quand un échange est possible, la plate-forme calcule le taux de change qui satisfait le plus de personnes. Par exemple, si quelqu’un donne x MNL contre minimum 20 G1, et que quelqu’un d’autre veut x MNL contre maximum 30 G1, la plateforme peut résoudre les deux ordres d’échange en choisissant un prix de 25 G1 pour x MNL (les deux personnes gagnant donc 5 G1 chacune par rapport a leur ordre initiale). Leurs double soldes sur leur comptes se voit mis a jour.

5ème étape, les gens peuvent retourner au bureau de dépôt /retrait pour retirer leur MNL et demander le transfert de leur solde G1 sur leur portefeuille G1 a eux.

Cette solution permet d’organiser les échange de gré a gré mais en permettant a chacun de décider d’un taux de change qu’il trouvera acceptable. L’inconvénient, c’est que le dépôt /retrait des MNL se fait physiquement à un bureau. Il faut donc avoir confiance envers ceux qui gère ce bureau, et la plateforme ne peut être utilisé que pendant un événement donné. L’avantage à ça est de ne pas à avoir à gérer des paiements sécurisés en ligne de MNL, et de profiter du meilleur de taux de change proposé collectivement a un instant t sans avoir à aller questionner chaque personne sur son taux de change.

J’aimerais maintenant avoir votre avis :

Que pensez vous de cette solution ? Seriez vous intéressé pour l’utiliser a un prochain événement ? Ou au contraire voyez vous des freins ? Avez vous des idées d’améliorations, ou envisagez vous d’autres solutions à ce problème ?

Je vous remercie d’avance pour avoir lu ce post, et pour vos retours !


#2

Je suis partant pour coder cette plate-forme, en tout cas un PoC, car je ne suis pas à jour sur les technos du web, et je n’ai jamais vraiment coder un site fonctionnel.

Concernant la plateforme, il reste des choix fonctionnels à faire.

Dans mon exemple, je parle de donner ou demander un nombre fixe de MNL contre un prix min/max exprimé en G1. Je parle donc d’un cours MNL/G1, ça pourrait etre l’inverse ! Mais l’idée c’est que c’est la G1 la monnaie, qui permet d’acheter ou vendre un bien, les MNL. Également de cette manière on peut faire en sorte de ne proposer que des unités de MNL, et pas des centimes, facilitant le retrait physique de MNL au bureau de dépôt /retrait, car le solde MNL ne serait que de valeur entière.

Concernant les ordres d’échange, on peut vouloir qu’il soit fragmentable ou pas. Également, on peut vouloir que la résolution des échanges ne soit pas lancée a chaque nouvel ordre d’échanges mais à intervalle réguliers, car le taux de change sera moins variable dans le temps.

Concernant le transfert de G1, une solution simple est que le bureau de dépôt /retrait possède son propre portefeuille G1. A lui après, de manière manuel ou automatique, de mettre a jour le solde des comptes des gens en fonction des transferts sur ce portefeuille. Cela signifie cependant que le solde de G1 sur les comptes des gens n’est qu’une dette, les G1 associés devant se trouver sur le portefeuille du bureau (de même pour les MNL). Une solution technique plus avancée mais plus sécurisée et plus confiante serait que la création d’un compte sur la plate-forme s’accompagne de la création d’un portefeuille G1. Pour s’ajouter des G1 sur son solde il faudrait simplement transférer des G1 sur ce portefeuille associé. Les G1 ne seraient donc plus tous mélangé dans le même portefeuille, celui du bureau.

Il y a sûrement d’autres choses à voir !


#3

Merci Jérémy pour ta proposition que, comme tu le sais, je trouve intéressante.

Je n’ai, pour le moment rien à ajouter, je laisse donc la parole… :slight_smile:


#4

Je trouve l’idée très intéressante. Cependant ça ressemble furieusement à un bureau de change Ğ1/€.

Je n’en suis pas sur mais si la Ğ1 n’est pas réglementée (et pourquoi le serait-elle ?) par la législation de la dette, la MNL en revanche l’est. Le courtage en MNL étant une activité très règlementée je crains peut être à tort, que cela ne soit une brèche qui attire des ennuis du coté de la force obscure.

Le projet personnellement m’enthousiasme mais l’enthousiasmant n’est pas synonyme d’exempt d’emmerdes. Peut être quelqu’un de plus juridiquement avisé pourrait nous renseigner ?


#5

J’avais consulté un comptable à une époque à ce sujet, sa voix s’est mise à trembler genre « m’impliquez pas dans cette affaire » ou plus simplement « vous êtes fou », je ne saurais dire.

Mais il est certain qu’il faut un agrément, ne serait-ce que pour les histoires de blanchiment d’euros. Je ne sais plus de qui, ni comment.


#6

Les gens ne font que déposer des MNL dans une caisse, comme des dons, et plus tard les MNL de cette caisse est reversé à certaines personnes, mais pas forcement à celles qui ont participé à l’organisation ou à la préparation de plats, mais celle qui ont fait des dons en Ğ1. Cela demande une “autorisation” vous pensez ?

A aucun moment il n’y a des transferts d’argent numérique, via des comptes Paypal ou autre.

Si ce qui pose problème c’est le fait d’avoir une caisse, ça peut être réglé en organisant un échange collectif à certains moment, et à ce moment les gens échangent de gré à gré suivant ce qu’ils avaient annoncés vouloir échanger. Il faut donc que tout le monde respecte sa parole, et ça n’est plus continue ni via une application.


#7

Il n’y a aucune autorisation à demander. Nous ne sommes pas des professionnels.

Nous sommes simplement des particuliers qui veulent échanger des biens…


#8

J’ai de sérieux doutes sur la définition de la limite entre activité personnelle et professionnelle pour celui qui tient la caisse.


#9

Si la personne fait ça bénévolement, de façon ponctuel et non régulierement, qu’il n’y a pas de marge faite pour quiconque, ni que ça soit lié à son activité principale, ça ne peut pas être une activité professionnelle, non ?


#10

Je pose ça là! ^^


#11

Malheureusement ça ne dit rien sur le fait de le faire ponctuellement. Je pense que c’est comme pour le transport de personnes : t’as le droit de le faire ponctuellement, parcontre si tu veux en faire ton activité principale c’est different tu as une procédure d’autorisation.


#12

Question bête : La Ğ1 est-elle à ce jour considérée comme une devise par l’état français ? Dans la négative, la question des conditions légales à respecter pour la mise en place d’un “changeur manuel” pour des opérations de changes Ğ1>€ et €>Ğ1 ne trouvera pas de réponse dans la législation française, du moins aujourd’hui. Par contre, rien n’empêche de changer vos €uros contre des cacahuètes, puis vos cacahuètes contre des Ğ1 …


#13

@Maziel : Effectivement :slight_smile:

Sinon à part des considérations juridiques qui évidemment doivent être mentionnées, y-a-t’il d’autres choses qui doivent être signalées ou discutées ?

J’imagine que certaines personnes souhaitent organiser l’anniversaire de la G1 dans leur région : aviez-vous déjà réfléchi à ce problème des gens qui vont venir sans G1 en poche ?


#14

Gérer des Monnaies Non Libres (€) sur une plate-forme de change en ligne n’est, à mon humble avis, pas une bonne solution. C’est chatouiller inutilement le fisc.

Pour des opérations festives autour de la monnaie libre, telle que l’anniversaire de la Ğ1, pourquoi ne pas créer une simple association loi 1901, « Ğ1-ASSO » par exemple, ce qui donnerait un cadre légal à toute manifestation organisée en France par notre communauté. Cette association posséderait bien évidement un portefeuille Ğ1, mais aussi un compte association en €uro.

L’association pourrait alors tout à fait faire fabriquer des « goodies » sous forme de jetons de couleurs (valeurs) différentes à l’effigie de la Ğ1, qu’elle vendrait à prix fixé par avance (on évite le casse-tête du taux de change) en €uro ou en Ğ1 sur un site en ligne ou in situ lors de manifestations, ou encore via des membres de l’asso présent lors des apéros régionaux.

Ces mêmes jetons seraient alors acceptés et échangés, dans le cadre de manifestations ponctuelles organisées par l’association, contre des biens, de la nourriture et/ou utilisés pour participer à des jeux ou enchères par exemple.

Par la suite, les personnes possédant des jetons pourraient soit les conserver pour d’autres manifestations, soit les échanger/vendre sur Ğchange, ou éventuellement les échanger auprès de l’association contre de la MNL. Les €uros récoltés par l’association lors de la vente de « goodies » permettraient par exemple de financer certains éléments permettant de communiquer autour de la Ğ1, et malheureusement uniquement payable en MNL (location de salles de conférences, matériel informatique, …)

Peut-être que tout ceci n’est qu’une fausse bonne idée, mais je la soumets quand-même à votre réflexion car je pense qu’une association serait certainement un cadre idéal pour organiser officiellement des événements ou opérations utilisant de la MNL, sans compter qu’une asso pourrait également servir de plate-forme pour regrouper et diffuser toutes les infos concernant la monnaie libre …


#15

Dans ce cas, imaginons que les gens puissent faire des dons en euros contre des jetons virtuels appelés MNL. La plateforme n’organiserait que des échanges de ces MNL contre des G1. Comme je disais, à aucun moment il n’y a transfert d’argent sur de vrais compte Paypal ou autre.

Ensuite, est-ce que la personne qui a reçu les dons peut redonner de l’argent à qui il veut en toute légalité ? J’espère que oui. Tu dis même que (suivant ton idée de jetons physiques) les gens pourraient les échanger auprès d’une association contre des €uros. Est-ce que le fait de ces jetons soit virtuels change la donne ? (C’est une vraie question, je ne sais pas).

Concernant l’idée des jetons, il y a le problème de la contrefaçon. Il y a également le problème de fixer leur prix : Imagine toi leur d’un de ces événements, sans G1, et le taux ne te plait pas, que faire ? Échanger de gré à gré en allant voir les autres personnes une à une ? Ça tu pouvais déjà le faire avant.

Et si ces jetons ne servent qu’à être échangés contre des biens et services fourni par l’association, autant avoir directement 2 prix pour ces biens et services, vu qu’on a déjà fixé le taux.

Ensuite je n’ai pas compris, tu parles des €uros récoltés par l’association, donc tu parles plutôt du financement de cette association c’est bien ça ? Les jetons de valeurs que tu proposes sont donc une nouvelle monnaie, la monnaie officielle de cette association, échangeable contre les biens et services qu’elle propose, mais rien à voir avec la G1 donc, je me trompe ?

Dans mon idée de projet, la plateforme est séparée de l’association. Elle peut être utilisé par une association pendant un événement bien sûr, mais les dons ne sont pas là pour payer les dépenses de l’association.


#16

Question sur la plateforme : quelles informations doit-elle rendre publiques ?

L’ensemble des ordres d’échanges ? Si ils sont publiques, j’ai peur que cela incite les personnes à s’attendre. En effet, vous pourriez par exemple être prêt à acheter à 30 G1 maximum, mais autant attendre de voir si quelqu’un est prêt à vendre à moins. Et inversement. Alors que si ces informations sont secrètes, les gens seraient amené à donner leur bornes minimal/maximal de prix, et les intervalles étant grands, permettre un plus grand nombre d’échange avec un taux de change le plus favorable possible pour tout le monde, comme dans l’exemple de mon premier post. Egalement, si cette information est publique, on connait exactement le montant de la caisse, ce qui pourrait peut être attiser des convoitises.

Je pense que la plateforme ne devrait rendre publique que le taux de change à chaque résolution, pour que chacun puisse confirmer que c’est bien le taux de change appliqués à ses ordres exécutés, et de comprendre pourquoi ses autres ordres ne sont pas pris en compte (un prix trop haut ou trop bas).

Qu’en pensez-vous ?


#17

@yyy tu as raison, l’idée des jetons échangeables complique largement les choses et j’ai effectivement omis un détail qui a son importance : la propension à la triche de l’humain, et donc à la contrefaçon !

En relisant l’ensemble du fil, je réalise que se procurer des Ğ1 lorsque l’on est pas encore membre devient un véritable casse-tête quand la MNL entre en jeu pour les obtenir.

Si je suggérais l’association comme intermédiaire, c’est uniquement pour sa structure légale et apte à recevoir des €uros. Après réflexion, je me dit finalement que celle-ci pourrait simplement proposer des « goodies » à l’effigie de la Ğ1 pour justifier des rentrées en €uro, tout en créditant parallèlement le portefeuille des acheteurs en Ğ1, proportionnellement au montant de leur achat.

A titre d’exemple : Un « goodies » acheté à l’association coûte 10 €. Pour chaque produit vendu, donc par tranche de 10 € encaissés, l’association offrirait (par exemple) 50 Ğ1 versés sur le portefeuille de l’acheteur.

Ce procédé simple permettrait aux non-membres de se procurer facilement, et à tout moment de l’année, des Ğ1 pour commencer à acheter/échanger et participer à des événements en monnaie libre. L’association ne pouvant créer de DU, recevrait les Ğ1 à redistribuer sur son propre portefeuille par le biais de ses adhérents et autres dons issus de membres de la Ğ1. Reste à creuser un peu plus quant à l’utilisation et/ou la redistribution des €uros encaissés par l’association.

Bien sûr, mon approche est différente de la tienne puisque qu’elle ne fait entrer en jeu qu’une seule entité proposant monnaie libre contre MNL, une association vers laquelle les personnes désireuses d’obtenir des Ğ1 pourraient se tourner. Maintenant, nos deux idées peuvent êtres largement complémentaires, car plus il existera de moyens d’accès à la monnaie libre, plus elle sera utilisée.

En tout cas merci d’avoir lancé le débat. D’autres avis seraient d’ailleurs les bienvenus :slightly_smiling_face:


#18

Il n’y a qu’à dire au feuk que c’est une caution pour les jetons d’une partie de jeu.


#19

Il me faut un nom pour ce projet ! Des idées ? :slight_smile:


#20

Et si! l’association doit tenir des compte de recettes, même en liquide et devra justifier ces rentrées d’argent, les déclarer, certainement les déposer sur un compte pour pas avoir trop de liquide ds une mini caisse volable, etc…

C’est très bien de penser… c’est un bon début mais ce n’est pas suffisant il faut vérifier…
Moi je ne penses pas qu’une association puisse redistribuer de la monnaie, surtout de dons (c’est très réglementé). Une association doit tenir une comptabilité et justifier des entrées sorties comme une entreprise, à l’exception que la redistribution est surveillée car elle pourrait cacher un salaire déguisé et donc du travail au noir.

Très mauvais calcul!! Exactement le même problème que pour les banques, si tout le monde veux retirer de la monnaie fiduciaire contre de la scripturale il y’a un problème d’approvisionnement car il y’a plus de Ḡ1 en circulation que d’€uro™ dans les caisses de-s association-s. Tu ne peux pas garantir à tout le monde de pouvoir échanger leurs tokens physiques contre des €uro™s.

Clairement ! Demandez à une association qui gére une monnaie locale quel est le coùt des systèmes de protection…
Il y’a toujours moyen de faire des paper-wallet, mais on reviens au problème d’approvisionnement.
De plus, l’inflation de la masse monétaire qui ne se produit PAS en contrepartie d’un ajout d’unité dans les caisses accentue le problème au cours du temps.

Quel est l’entité derrière les mots “doit-elle”… Qui est l’acteur qui impose quel devoir?
Si c’est le système bancaire caché derrière les Etats qui s’occupent d’écrire les règles concernant leur monnaie privative, alors la plateforme “devra” se plier aux règles dictée par les propriétaire d’une monnaie en concurrence… Je peux d’ores et déjà t’assuré que ce ne sera pas fairplay :slight_smile:

La tendance qui se dessine autour des plateformes de trading sont:

  • La surveillance: Know Your Customer (connais ton client), donc prise d’informations sur les personnes, l’Etat veux pouvoir enquêter sur les personnes
  • Surveillance du blanchiment et financement d’actes illégaux/terroristes (nous ça va car on est des térroir-ristes :stuck_out_tongue: )
  • Montrer patte blanche auprès des autorités de régulations financières, donc bilan comptable classique d’une entreprise + gestion de capital pour autrui

C’est exactement le principe du trading rendu possible par une plateforme de change, donc inévitable à cause de "la propension à la triche de l’humain @maziel "


La plateforme serait un centre de pouvoir immense, pourrait jouer sur les prix pour son profit, personne n’aurait confiance dans une plateforme opaque.

Exactement comme pour rentrer dans tout le marché des crypto-monnaies…

Je penses qu’il ne doit pas être possible de redistribuer des €uro™s contre les jetons/billets/bon-d’achats/caution:

  1. Parce qu’il n’y aura jamais assez de fond pour rembourser tout le monde, la balance n’est pas équilibré entre la création de Ḡ1 sans contrepartie (chaque Ḡ1 est potentiellement échangeable) et le fait de déposer des €uro™
  2. Parce que gérer le taux est une question beaucoup trop sensible
  3. Pour freiner la spéculation inévitable dès lors que la liquidité Ḡ1/€uro™ sera grande
  4. Car comparer la Ḡ1 à l’€uro™ lui donne trop d’importance et laisse croire que c’est un bon instrument de mesure des valeurs! (on aurais pas idée de parler de la taille d’une chose mesurée en élastique)
  5. Parce qu’il est plus intéressant stratégiquement de récupérer des €uro™ dans les caisse de l’asso afin de les redistribuer au développement de la monnaie libre (aussi bien logiciel que communautaire) et non pas aux personnes qui cherchent une opération pour récupérer plus d’unité €uro™ qu’au départ. Les €uro™s sont “investis” par “donation” dans projet dans son ensemble et pas récupérables., mais par contre en contrepartie vous avez une valeur échangeable contre des valeurs économiques réelles (biens et services)

Badaud au bureau de change: “oui mais alors je ne peux pas récupérer les €uro™ à la sortie?”

Asso: “Oui comme beaucoup de tickets boissons dans les festivals, sauf qu’içi ce n’est pas limité à un lieu ou un biens en particulier, allez voir les petites annonces ;)”

Badaud: “oui je suis allé voir il n’y a pas grand choix”

Asso: “Et vous qu’est ce que vous savez faire que vous pourriez proposer comme valeur?”

Badaud: “Arf, moi je suis [métier], je sais faire çà çà çà”

Asso: “Très bien! Ca tombe bien on manque de [métier] dans la Ḡéconomie! Si tout le monde propose ses services, tout le monde sera gagnant, car vous pourrez échanger de la Ḡ1 contre plus de choses”

etc etc etc