Quel S.E.L. ou quelle monnaie libre après l'effondrement ?


#21

C’est en effet un vaste débat, revenons à nos moutons.
(comme dit dans les commentaires, il manque la 3ème vignette, celle ou il n’y a plus de barrière : liberté)

Donc quelle monnaie après l’effondrement ? Celle de notre adhésion me semble la meilleure. Si nous adhérons à une forme d’échange quelconque, nous ferons en sorte qu’il fonctionne.
On ne se prive pas de langage, on se choisit une langue possible. Je suis sur qu’on est d’accords au moins la dessus :wink:


#22

Je débarque après cette très longue discussion que j’ai suivie du début. Et je livre ici mon point de vue argumenté qui reprend un peu ce qui s’est dit précédemment. J’espère être un minimum compris et que ça sera constructif!

On entend souvent dire que la monnaie libre sera une affaire de décennies pour prouver son potentiel, et c’est très bien de le voir à long terme. Mais je pense qu’il est tout a fait probable qu’on assiste à un effondrement durant les prochaines décennies. Ou sinon qu’un mouvement révolutionnaire ou citoyen coordonné à l’échelle mondiale arrivera à éviter les guerres de ressources et amener une transition écologique et sociale (soyons un brin optimiste, juste un brin !). Quoiqu’il arrive, tôt ou tard, l’ère de la voiture individuelle et du personal computer s’achèvera. Ceci à cause – entre-autres - des limites physique a l’extraction de ressources fossiles consommables et de terre rares qui sont totalement nécessaire à ces objets et leurs infrastructures. Si les arguments politiques existent depuis quelques décennies (notamment avec Ivan Illitch, Jacques Ellul, Bernard Charbonneau, …) c’est une synthèse d’un grand nombre d’études scientifiques qui on mis la question de l’effondrement sur le devant de la scène. Merci à Pablo Servigne mais c’est un peu triste qu’il aura fallu une parole de scientifique pour être crédible… Bref, c’est sûr qu’on peut toujours discuter de la véracité de cette « colapsologie », que ce n’est pas une science dur avec des démonstrations implacables. En tout cas c’est un truc qui devient communément admis dans la société et on en conclu – entre autre - que le tout un chacun n’aura plus un accès aussi facile à la voiture ou l’ordinateur (même si ces outils ne disparaîtront pas comme ça du jour au lendemain), et ça en est même un futur désirable ! (oui, désolée si ça vous paraît complètement siphonné !)

Du coup, avec mon point de vue, je veux bien faire un petit topo qui résume ce que j’observe parmi les fondateurs et membre très actifs que j’ai soit rencontré soit vu s’exprimer sur ce forum. (je dis ça sans méchanceté, c’est juste que la parole de ces personnes a plus de poids et c’est normal)

  • Ils sont généralement très technophile
  • Plusieurs rejettent l’idée d’un effondrement probable (avec virulence pour Galuel)
  • Si cet effondrement arrivait, plusieurs pensent que d’autres solutions techniques seront trouvées. J’appelle ça être « technoptimiste » (et ils ont peut-être raison). Exemple du forum : CB, blockchain principal/secondaire + communication entre-elles, nouvelles technologies vertes de production d’énergie + nouvelles techniques de moindre consommation (ou généralisation de techniques vertes déjà existante), etc
  • Plusieurs se montrent hostile à l’idée d’une monnaie libre low tech (1). Comprendre ici « low tech » comme « non-informatisé », je préfère appeler ça comme ça. En tout cas, personne n’a l’air d’approuver l’idée

Bref, que l’on parle d’effondrement ou de monnaie libre low tech, la discussion n’a pas l’air bien possible, en tout cas sur ce forum. (Il paraît que la question d’une monnaie libre non-informatisé a déjà été un peu discuté il y a longtemps sur https://forum.duniter.org/ mais je n’en ai pas retrouvé trace) Je vois quelques raisons qui expliquent la difficulté à penser comme envisageable une monnaie libre low tech.

Car ça amène une question compliqué, celle de la confiance (2) (on en revient souvent à ça quand on parle de monnaie !..). Je m’explique. Duniter et la blockchain ont cet énorme avantage d’être difficilement piratable/attaquable tout en assurant la création et les transactions de la June. Merci le réseaux de noeuds a-centré ! Même si les personnes de la toile de confiance jouent un rôle, cette confiance en la G1 est en très large partie assurée par des machines (le réseau d’ordis connectés qui calculent tout).

Le soucis est qu’une monnaie libre low tech aura besoin de centralisation pour exister. Ceci à minima pour connaître la masse monétaire et le nombre d’utilisateur-ices de la monnaie, calculer le DU et à priori délivrer ce DU. Et je ne parle même pas de la certification des personnes membres… On se retrouve obligé de créer du collectif et des institutions. (ça s’appellerait des banques libres ou GBanque ??!). Avec ce soucis que des humain-es faillibles ou corruptibles aient un certain pouvoir… C’est la difficile question d’une certaine centralisation ET d’un contrôle citoyen qui maintienne une confiance avec les personnes ayant du pouvoir.

Et la je n’aborde même pas les questions techniques d’une monnaie libre en pièce/billet et/ou en carnet de compte écris type JEU (et ça serait cool d’éviter les provocations faciles en parlant de tablette d’argile)

Si l’on peut facilement discuter d’une monnaie libre low tech, il me paraît quasi impossible de la tester en vrai tellement ça demande un travail humain important. Ce serait comme vouloir distribuer les marchandises sans avoir recours au moteur à explosion : une idée louable mais forcément voué à l’échec dans le monde actuel tellement l’humain est peu compétitif face aux « esclaves invisibles » (3) contenu dans le pétrole. Le parallèle vaut ce qu’il vaut, mais ça reste une question de vitesse où la lenteur (humaine) est très peu viable actuellement.

Pour conclure, je trouve ça chouette de discuter et imaginer ce que serait une monnaie libre low tech même s’il me paraît bien compliqué de faire un test grandeur nature avant que ne survienne un effondrement. En fait c’est le succès de la G1 qui créera la motivation collective à lancer une monnaie libre version low tech lorsque l’ère du numérique pour tous-tes touchera à sa fin. Alors même si ça s’écharpe sévère sur cette question, on avance quand même dans le même sens !

PS : En ex-étudiant, je met ci-dessous quelques références sur lesquelles je m’appuie :

(1) L’Âge des low tech, Vers une civilisation techniquement soutenable - Philippe Bihouix (2) Blockchain, La révolution de la confiance - Laurent Leloup (3) Le Plein s’il vous plaît. La solution au problème de l’énergie - Alain Grandjean et Jean-Marc Jancovici


#23

Un assez bon résumé à mon sens de la situation. Il est d’autant plus lucide que tu poses le problème de la centralisation des données. Or cette centralisation demande si ce ne sont des bits circulant par conducteurs, fibre optique ou ondes, des moyens de courrier qui auront quelques difficultés à concurrencer d’un point de vue énergétique ces dernières solutions. Le moteur à explosion dans les scénarios énoncés sont à oublier, moteurs électriques guerre mieux, restera l’énergie animale du bipède humain ou des quadrupèdes cheval, bœuf etc. Ou encore divers volatiles de type pigeons voyageurs. Pour ma part il me semble vraiment qu’une information de type fibre optique est la moins gourmande. Si on est plus fichus de trouver du silicium à fondre pour en faire du verre ni une pelleté de charbon ou un four à concentration solaire pour chauffer tout cela.
Si on n’a plus de quoi fabriquer des leds pour envoyer des flux lumineux dans la fibre ou de quoi fabriquer des antennes de minces fils tendus entre des arbres pour émettre des fréquences de type CB. Alors je crois qu’il n’y a pas d’espoir que l’humanité soit encore à la surface de cette planète après un tel collapse.

On peut réfléchir au low-tech, mais pensez vous vraiment que le low-tech passe par les signaux de fumée, de miroirs, ou par le mode “Les visiteurs Ω” façon crottin de cheval ?

Le futur a déjà de quoi faire frémir, est-il besoin de rajouter du grand frisson ?

Je me souviens dans le film culte “Blade Runner” que le réalisateur avait imaginé des bâtiments dans les quartiers pauvres, dont les immenses cages d’escalier ajourées étaient éclairées par le faisceau étroit d’une seule ampoule très puissante placée au plafond du dernier étage. Se faisceau était motorisé en un mouvement programmé parcourant le cheminement des escaliers dans un cycle sans fin. Ainsi les gens avait sur leur parcours une seconde de lumière toutes les 10 secondes pour voir ou poser le pas.
L’idée m’avait parue géniale même si pas très rassurante dans cette obscurité oppressante. Évidemment si la led avait existé à l’époque ou ce film a été produit, ce type d’éclairage n’aurait eu aucun sens. une guirlande de leds sur toute la hauteur étant plus économe que cet impressionnant phare motorisé…
Compter sur le progrès technologique est peut être du technoptimisme, mais en écarter totalement la possibilité relèverait peut être du technodubitatisme.


#24

Beau résumé avec lequel je partage bon nombre de points, @Gepi . Je suis de ceux qui pensent qu’un effondrement surviendra avant 2025 et qu’il n’y aura rapidement plus de réseau fonctionnel pour la grande majorité des gens . Si la monnaie libre survit , il faudra qu’elle soit-low-tech et forcément assez localisée . Elle survivra en de rares lieux ou persistera un réseau si suffisamment d’adeptes ont déjà émergé.

Pour l’instant , la position des gens dans ma position se résume peut-être ainsi :

  • Pessimisme vis-à-vis de la longévité de ce monde absurde évoqué dans la vidéo de @FredB
  • Optimisme vis-à-vis de la capacité des réseaux de gens à faire de belles choses . Je contemple avec plaisir la belle toile de confiance sur le plan informatique mais surtout sur le plan humain. Nous allons devoir construire la solidarité , échanges et partages deviendront obligatoires. Je m’y engage sans retenue.

#25

“Par contre il est extraordinairement choquant de voir uniquement des hommes blancs” Si tu me trouves des vieux noirs en 720P minimum qui parlent en allemand dans le même format je suis preneur. Et si tu connais une femme qui veut bien faire le doublage des petites mamies que j’ai déjà (alors pardon elles sont toutes blanches elles aussi, hein, je suis désolé mais j’ai trouvé que ça sur ce site, donc pareil si tu trouves des vieilles noires dans les mêmes conditions etc tu m’envoies les liens) ben dit-le moi. Je n’en n’ai absolument rien à cirer ni du sexe ni de la couleur, moi, je fais avec les moyens du bord.

Et puisque vous paraissez… d’une certaine manière… assez sensible avec la question de… l’homme… blanc… occidental… et je sens qu’on va bientôt parler de patriarcat, de domination… et toute la ritournelle habituelle etc., je vous annonce que dans l’épisode 2 j’extermine les 3/4 du monde occidental blanc (et des non-blancs qui y vivent aussi, forcément, mais ça j’y peux rien! Ils étaient là ! c’est pas de ma faute, hein ! allez pas me taxer de racisme pour ça. merci). C’est pas cool ça ? Bref toute ironie mise à part, vous avez quand même compris que le plus important de toute cette vidéo c’est la première phrase du premier témoin en tout début de vidéo, où pas ? Ce premier épisode n’est qu’une entrée en matière, le deuxième épisode sera le développement de la première phrase du premier épisode…


#26

… et des non-blancs…


#27

Nous avions décidé d’arrêter de parler de ce problème…mais puisque tu insistes,… je te demanderais de bien vouloir lire ma première intervention où je fais aussi des remarques sur le paternalisme des intervenants…qui m’a vraiment agacée. :angry:

Il faudrait ouvrir un autre sujet. :kissing_smiling_eyes:

En tout cas ici le sujet est " Quel S.E.L. ou quelle monnaie libre après l’effondrement ?".


#28

Heuuuu non merci, ça va je passe… :smiley: :smiley: :smiley: :smiley:

Je ne voudrais pas te choquer d’avantage ! :smiley: :smiley:


#29

Merci d’être restée courtoise @Poesy. Sinon @FredB, il est possible de dire la même chose sans agressivité et les smileys ne changent rien au désagréable de tes posts précédents.
Je comprend que l’art est difficile et la critique aisée, mais je pense que les voix off couvrant les véritables voix (c’était le but !) ont trompé nos amis qui ont cru avoir affaire à une véritable interview.
Je me souviens m’être moi aussi scandalisé en découvrant pour la première fois une vidéo “meme” de risitas trollant sur un sujet qui me tenait à cœur. J’étais moi aussi tombé dans le panneau, ce qui à mon sens démontre la qualité du montage.
Je trouverais élégant de ta part d’en rire avec bienveillance plutôt que t’offusquer que ta parodie ait si bien fonctionné. Personnellement je trouve ton travail très réussit considérant toute la difficulté qu’il y a à trouver les échantillons de personnages, une voix off crédible, et un texte qui colle parfaitement.