Quel S.E.L. ou quelle monnaie libre après l'effondrement ?


#1

Voilà un sujet qui devrait persister jusqu’à la chute d’internet et du monde tel qu’on le connaît.

Constatations :

  • Les membres de la monnaie libre sont souvent soucieux de changer le monde , parfois conscients de la fragilité et de l’absurdité de l’économie actuelle.
  • Les personnes qui envisagent sérieusement un effondrement du “monde tel qu’on le connaît” seront sans doute heureux de nous faire partager leur vision de la persistance d’organisations humaines dans un monde post-industriel. En tout cas , je suis très intéressé de partager ma vision de ce qui pourraient être nos prochaines années .
  • Les personnes qui envisagent l’avenir des échanges avec une monnaie libre se doivent de prendre en compte l’hypothèse d’un effondrement des structures de communication telles qu’elles existent.
  • L’édification de la toile de confiance de la Ğ1 nous permet de nous sensibiliser avec l’impérieuse nécessité de forger des relations de qualité . Dans un monde post-effondrement , il sera vital d’avoir établi de forts liens avec son entourage et d’avoir expérimenté dans le domaine de l’échange de biens et de services entre partenaires de confiance .
  • Une crypto-monnaie ne survit pas à l’effondrement d’internet.

Mon engagement dans la monnaie libre doit cohabiter avec les idées courantes de la collapsologie . Il est plus facile d’imaginer l’autonomie énergétique, l’adduction d’eau , etc , que la régulation des échanges via un Système d’Échange Libre (SEL) basé sur les principes de la monnaie libre. Je vois la nécessité de générer de la solidarité locale au plus vite mais j’aurais bien du mal à voir comment une monnaie libre pourrait persister . Il est possible d’imaginer la persistance d’un réseau informatique dans une population urbaine survivante mais pas dans un émiettement de petits villages en campagne .Pour une grande partie de la population qui fuirait les villes assez logiquement , ce serait la fin de la Ğ1.

La technologie nécessaire à la blockchain rend la Ğ1 très fragile. Toute notre construction de cette belle toile de confiance serait-elle complètement inutile ?


#2

D’où vient ce postulat ?

Dans la campagne, ya plein de FAI indépendants qui sont capables de créer du réseau via des antennes uni directionnelles.

Autre exemple : lors de la révolution syrienne, internet a été maintenue dans des zones bombardées et déconnectés par le régime. (Voir les actions des hacktivistes de telecomix)

Le réseau Internet est bien plus résilient qu’il n’y paraît. Il faut se remémorer la raison de sa création par le DARPA…


#3

C’est un sujet déjà abordé ici. Mais peut être, tout n’a pas été dit…


#4

Intéressant . je ne prétends pas avoir la science infuse , je vois aussi la possibilité de conserver des réseaux locaux mais j’ai du mal à concevoir la persistance d’un internet global. Exemple : le village vers lequel je vais me replier cet été est très mal connecté à internet dans une situation relativement calme. Les villages sont espacés de 7 km. Les essais de Wimax ont été un échec , actuellement , certains se connectent via le réseau téléphonique avec , au maximum 200 ou 300ko. Imaginons une disparition de l’entretien des lignes suite à un effondrement , il faudrait déployer des efforts énormes pour la connexion uniquement ? Je crois qu’il y aura d’autres priorités…


#5

Merci Jean , j’avais cherché mais pas suffisamment apparemment … Ah !! Je viens de voir , c’est vraiment la même chose ! Pensez-vous que je doive fermer ce fil ?


#6

Effectivement , ce fil est pas mal et d’ailleurs cette réponse correspond pas mal à ce que j’imaginais dans le meilleur des mondes …


#7

Oui @Looarn fait là une bonne synthèse des projections possibles de la survie de la Ğ1 dans un monde “post-collapse”.

  • Soit un monde ou l’homme voyage de village en village à pied ou à cheval pour transmettre une blockchain inscrite sur parchemin. Un monde à la Barjavel décrit dans son roman Ravage où même le métal est devenu mou, et où l’électricité elle même a disparu, on ne sait quelles lois de la physique ayant disparues…
  • Soit un monde où l’homme n’est pas devenu totalement débile au point de ne plus savoir fabriquer un moulin à vent pour moudre le grain, ou séparer un minerait de la roche pour en faire une dynamo ou un panneau solaire capable d’allumer quelques LEDS pour s’éclairer la nuit, évitant ainsi l’éclairage carboné des flammes à huile, à cire ou à bois. Où les lois de la thermodynamique sont toujours d’actualité et permettent encore de produire des machines capables d’unir les peuples par la connaissance et le langage. Où la médecine resterait enseignée et où on ne compterait pas sur un marabout pour sa rage de dents.
  • Soit autre chose…

Personnellement je ne cache pas que le 2ème scénario me parait beaucoup plus probable et désirable, si toutefois nous échappons à la folie centralisée de la représentativité des peuples par des chefs tout puissants et parfois mégalomanes et sanguinaires. Le problème de l’humanité n’est pas son intelligence, mais la délégation de l’intelligence commune, à l’individualité jouisseuse.
Il me semble que les temps viennent ou il est urgent de passer d’un monde pyramidal à effondrement par excès de croissance, à celui résilient par mise en œuvre d’intelligences collectives holomidales (cf. Jean-François Noubel).
Car à quelques exceptions près (résorbées par le nombre), la première intelligence collective n’est pas d’avoir une monnaie à son effigie mais bien de perpétuer l’existence de son espèce de manière aussi agréable que possible.
@zap ce post n’est pas inutile, il relance un sujet déjà abordé mais que tout le monde n’aurait pas retrouvé. (la preuve :slight_smile: ) J’ai mis le lien pour ne pas réécrire deux fois la même chose et débattre de ce qui l’a déjà été. Pour le reste il est toujours utile pour qui se questionne sur le sujet.


#8

Internet n’est pas “global” mais totalement décentralisé. C’est ce qui le rend si difficile à contrôler… Si un relais s’arrête, un autre prend la suite, même petit. On pourra toujours concevoir des systèmes au moins locaux pour communiquer via le web, cachés ou non, et on pourra toujours relier ces systèmes entre eux. Donc même en cas d’effondrement, je pense que des réseaux accessibles subsisteraient, avec éventuellement leur propre source d’énergie et de diffusion.

Si on peut même plus faire ça, c’est que tout a disparu y compris nous et ça n’a plus grande importance…


#9

Tu as raison @Jean-F de regarder du côté de la fiction il y a de quoi trouver de l’inspiration pour construire notre futur et déjà de la distraction en attendant que ça s’écroule tranquillement.

Par contre je crois qu’on ne va pas oublier , il n’y aurait pas amnésie dans la mesure ou d’après pas mal de scenarii , tout ça se déroulerait rapidement :

-2019 : comme d’hab

-2020 : on pédale pour lire un post de @Jean-F arrivé par une clef usb ravitaillée par les corbeaux !

Contrairement à @Attilax , je vois mal internet persister durant les premiers mois d’un gros clash. Devant le manque d’énergie , si des villes arrivent à alimenter un hôpital ,la santé passera avant les infra-structures de communications qui sont devenues désespérément trop gourmandes… Donc des ordi connectés de temps à autres se transmettront des supports en pointillés d’où la blockchain-parchemin de @Jean-F :grinning: Une communication longue distance persistera avec les ondes hertziennes aisément , mais les communications internet ne concerneront à mon avis que peu de monde, contrairement à 2018 ou on écoute moins la radio que le câble sans doute … Donc , pour la Ğ1 , ça ne sera plus une crypto-monnaie avant un petit moment il me semble.


#10

Je vous conseils le premier épisode d’une série de vidéo qui parle de l’effondrement, de l’avant, de l’après, et je sais, de sources bien informées, parlera aussi de monnaie libre : Survivre avant l’effondrement


#11

Cette vidéo est intéressante mais je la trouve très paternaliste. Des hommes parlent avec un discours peu moderne. Ce n’est pas le fait que ce soit des hommes qui me gênent mais que leur discours reste traditionnel. Cela me fait penser à la plupart des livres de science-fiction qui restent sur une vision des rapports humains classiques. :thinking:

Je prends trois exemples dans la vidéo :

l’homme travaille 40 heures et nourrit six personnes. Plus tard cela ne suffit pas, du coup sa femme travaille aussi et en travaillant tous deux 35 heures ( soit 70 heures à eux deux ! ) ils ne peuvent vivre aussi bien qu’avant. :slightly_frowning_face:

Il y a aussi le discours sur le congé maternité et le fait qu’on arrache le bébé à sa mère ( père non cité ) pour donner l’enfant à d’autres femmes…:grimacing:

et enfin les affirmations finales…:roll_eyes:

Il est difficile d’imaginer un monde nouveau sans rester sur ce que l’on connaît et j’espère que d’autres vidéos existent avec une vision plus évoluée.

J’ajoute que quand ils parlent des “hommes” constamment au lieu de dire “êtres humains” est assez irritant :frowning_face:


#12

Je pense que ces trois hommes n’ont pas dit un traitre mot de ce qui est dit en voix off.
C’est une manière astucieuse de dérouler une réflexion personnelle sur une simulation d’interview.
Réflexions d’ailleurs non dénuées d’intérêt sur le fond, si on ne s’attarde pas trop sur la forme.
J’attends la suite avec curiosité.


#13

Je comprends pourquoi @FredB nous a proposé cette vidéo et je l’en remercie . Je retrouve tout ce que je peux me dire sur les mensonges généralisés , l’obsolescence programmée , la domination par des médias à l’unisson. Et bien sûr , l’absurdité de la société basée sur le travail salarié , la monnaie-dette qui compresse toujours plus celles et ceux qui courent derrière la carotte de l’euro ou du dollar . C’est vraiment sympa d’entendre la description des simulacres de démocratie qu’on subit depuis longtemps raconté sous forme d’anecdotes rigolotes un peu décryptées . C’est un bol d’oxygène par rapport au poison qui sort des médias “mainstream” . Comme disait Zappa , je suis la merde qui sort de ton poste TV (I’m the slime oozin’ out from your TV set )

Par contre il est extraordinairement choquant de voir uniquement des hommes blancs témoigner de leur passé en évoquant une vision comme le souligne @Poesy très paternaliste . On se dit , quand ils commencent à aborder les thèmes de l’identité sexuelle , c’est pas possible , il va y avoir une chute à ce sujet … Mais non , les auteurs ou auteures ont tout de même un gros problème à ce niveau ! Comment une femme d’origine turque, un asiatique, un africain noir , une antillaise peut-elle adhérer aux idées de la monnaie libre en voyant une telle video? l’image de ces vieux messieurs blancs finit par être oppressante , on se demande s’il y a une personne qui va enfin sortir du moule , et non ! La communication n’est pas chose aisée et il faut vraiment réfléchir quand on fait défiler des visages à ce que ces visages soient le reflet de tous ! Si on écoute bien ce qui est dit surtout dans les dernières minutes , on ne peut s’empêcher de constater un réel soutien et une réelle nostalgie du patriarcat . Et là, malheureusement , vu que c’est énoncé uniquement pas des hommes , ça commence à faire un drôle de sentiment.

@Jean-F : j’ai enfin compris ce que as écrit : les interviews (allemands?) n’auraient rien à voir avec le texte de la voix française . Peut-être bien mais on ne s’en aperçoit pas facilement et ça passe au second plan quand on s’attache aux idées. ça montre que ce n’est pas une séquence si facile à décrypter…


#14

Je ne suis pas vraiment choqué par le manque de représentativité. D’une part parce que les personnages ne servent que de marionnettes au discours, d’autre part parce-que je pense qu’à vouloir sur-démocratiser, désexualiser, bisexualiser, dépolitiser, pluripolitiser… On fini par ne plus rien exprimer du tout. Enfin bref c’est un peu comme en écriture inclusive, la forme fini par nous faire perdre de vue le fond.
J’ai pris acte que la langue française est imparfaite par son expression phallocrate, n’ayant pas le temps d’apprendre l’espéranto, je préfère m’accommoder de son imperfection sémantique.
Il est pour moi plus important de saisir le sens que de ménager les susceptibilités certes légitimes, de toutes les catégories humaines tant sexuelles que sociales, ethniques, etc.
Le piège étant de tomber dans le syndrome de nuit debout.


#15

Je pense que la forme est importante si on veut toucher le plus grand nombre d’humain.e.s. :thinking:

Certes beaucoup de réflexions sont " non dénuées d’intérêt" comme le dit @Jean-F mais on ne peut pas rester insensible aux réflexions paternalistes et patriarcales.

Espérons que les prochains épisodes seront plus agréables à écouter et à voir.


#16

Vu depuis le petit bout de ma lorgnette , je trouve ça encourageant qu’on retrouve dans la monnaie libre bon nombre de personnes qui pensent à ce qui va arriver dans un futur proche , c’est cohérent . Évidemment @Jean-F , ce sont des marionnettes , mais elles sont mal choisies . Imagine le même discours avec uniquement des femmes , ou des enfants de toutes les couleurs qui font comme si ils lisaient des témoignages , etc . Ça pourrait vraiment être drôle. Là je reste un peu choqué par le choix .

Il y a sans doute des excès dans certaines revendications égalitaristes . Mais comme tu as dû en faire l’expérience : en tant que libriste , en tant que personne curieuse et lucide vis-à-vis de l’avenir de l’économie : tu dois comme ceux qui parlent dans ce documentaire trouver la société bien débile ! Et bien quand tu commences, surtout à l’approche de Noêl , à regarder les rayons de supermarché sous l’angle du sexisme, tu ressens la même chose. Les petites filles ne doivent pas être mises dans des boites toutes roses , prêtes à être servies aux mâles les plus entreprenants. Elles devront se sentir aussi prises en compte dans tous les discours , surtout lorsque ceux-ci se veulent porteurs d’idées modernes . Si tu commences à t’exprimer en ne laissant pas de côté 70% de la population , tu ne pourras plus faire de retour en arrière . C’est d’une logique élémentaire.

Je ne peux plus utiliser l’Homme mais je parle de l’espèce humaine , des humains , des droits humains.

Mais je ne souhaitais pas que ce fil se transforme en une critique d’une société qui a tellement de tares qu’on ne saurait par où commencer.

Les idées exprimées dans cette video me plaisent à 90% mais j’aimerais qu’elles plaisent aussi à une femme noire homosexuelle comme à beaucoup d’humains qui devraient faire un sacré effort pour se sentir concernés par un tel échantillon de marionnettes.


#17

Il me semble que le contraire de semblable est différent.e et que l’égalité respecte les différences. :wink:

Il me semble aussi que nous ne serons pas d’accord sur le sens des mots… Ce n’est pas grave, l’essentiel est que nous accordons sur la monnaie libre.:grin:

Si tu le souhaites, nous pourrons parler de cela de vive voix.

Retournons au sujet de ce fil : Quel S.E.L. ou quelle monnaie libre après l’effondrement ?]


#18

Après avoir parcouru un peu les commentaires sous la video , je confirme mon impression:

De bonnes visions que nous partageons , malheureusement proposées par quelqu’un dont je ne partage pas les idées machistes et “patriotiques” .


#19

Il faudra travailler à ce qu’elle soit équitable le temps venu.
L’égalité c’est tous pareil donc l’absence de chacun, l’absence de diversité donc de résilience et d’accidents évolutifs . Une sorte de “plaisant ville” de dégradés monochrome, ou la différence et la surprise ont disparu.
C’est rassurant mais tellement ennuyeux :slight_smile:

D’accord mais pourquoi “être humain” et pas “être humaine” ? ou alors être humain.e ?
Et verbalement comment ça se prononce humain.e ? Ensuite on peut rajouter un x pour les transgenre qui peuvent se sentir exclus : être humain.e.x Enfin bref, je pense que recréer la langue serait plus facile que de la tordre, comme utiliser de la monnaie libre sera plus facile que de demander aux banqui.ers.ères de devenir équitables.

Je sais que c’est un sujet sensible qui a déjà été abordé et peut amener à des échanges vifs. Je devine que pour qui a été victime de ségrégation il est très important.

Je ne voulais au départ qu’attirer l’attention sur le fait que les trois hommes ne sont pas ce qu’il y a à retenir.
C’est un peu comme si à la fin du discours “i have a dream” de Martin Luther king, quelqu’un lui avait dit :
– pas mal, mais vous ne parlez que des noirs. Et les indiens alors ?
Et un autre de lui répondre
– on ne dit pas “indiens” mais “amérindiens”.
– Et les amérindiennes alors ?…
Et encore un autre d’ajouter
– les indiens c’est en inde, il faut dire les…
… … À la fin qu’est donc devenu le rêve de Martin ?

[edit] @zap et @Poesy souhaitez vous scinder le sujet ? Car effectivement il a largement dérivé.


#20

Il me semble que le contraire de semblable est différent.e et que l’égalité respecte les différences. :wink:

Il me semble aussi que nous ne serons pas d’accord sur le sens des mots… Ce n’est pas grave, l’essentiel est que nous accordons sur la monnaie libre.:grin:

Si tu le souhaites, nous pourrons parler de cela de vive voix.

Retournons au sujet de ce fil : Quel S.E.L. ou quelle monnaie libre après l’effondrement ?]