Présentation TRM à Bourg les Valence - 11 Janvier 2019


#1


#2

humanitéE ouille ! désolé mais ça pique


#3

Attention aussi avec « rien à voir » parce que la monnaie libre peut être vu comme le savant mélange de tous ces concepts ensemble de monnaie locale , de sel , de bitcoin et de revenu de base . Humanitude.


#4

Peut-être qu’en fin de compte l’HUMANITEE est féminine :wink:


#5

à moitié oui à peu près.


#6

Je ferais mon possible pour être là. Je glisserais sûrement deux mots au sujet le réseau social libre COmmunecter auquel je contribue et qui a intégré la Ğ1 dans les devises.

À très vite !


#7

Merci à Mathieu et à toute la team locale monnaie libre. C’était trééééés intéressant. J’avais vaguement entendu parlé des notions abordées, mais là c’est beaucoup plus clair dans mon cerveau :slight_smile:.

J’étais également ravi de découvrir l’Ardéchois, j’en ai parlé à ma copine qui est à la Cartoucherie.

Je suis partie en cours de route car je devais prendre le dernier bus. Est-ce que quelqu’un peut me dire comment s’est terminé la discussion sur le nombre conséquent de personnes adoptant la monnaie en peu de temps ?

En tout cas si il y a pas mal d’échanges qui se font localement je suis prêt à accompagner le groupe local dans sa mise en réseau via COmmunecter. @yoann l’utilise notamment pour animer la communauté du Diois. Si besoin je peux faire une présentation avec le même format.

PS : j’ai noté une coquille dans le diapo : empreinte -> emprunte.

À bientôt !

[EDIT] Je pose un lien ici au sujet des quatre libertés du logiciel libre : https://vive-gnulinux.fr.cr/logiciel-libre/4-libertes/

J’ai vite fait cherché des infos sur les stratégies de prévention pour lutter contre les faux billets. Cet article (https://fr.wikipedia.org/wiki/Faux-monnayage) est assez éclairant :

Traditionnellement, la lutte contre la contrefaçon des billets de banque se base sur l’inclusion de détails très fins à l’aide d’impressions taille-douce, permettant à des non experts de reconnaître facilement les faux billets. Sur les pièces de monnaie, des cannelures sont prévues sur les bords afin de montrer que la pièce n’a pas été rognée en vue de récupérer une partie du métal précieux.

Au Moyen Âge, le faux-monnayage est considéré comme un crime de lèse-majesté. Les faux monnayeurs ont toujours été punis avec une extrême sévérité. Sous Saint-Louis, on leur crevait les yeux puis plus tard, les coupables sont condamnés à être exécutés par ébouillantage. A Paris, c’est au marché aux pourceaux près de la porte Saint-Honoré qu’ils subissaient cette peine.


#8

La « fausse monnaie» est la monnaie certifiée, signée par l’etat que d’autres entités que lui produisent.

Les monnaies alternatives (nées autrement dans leur fondement ) aux monnaies d’état ne sont donc pas de la fausse monnaie.

Dans le même acabit , le « travail au noir » est l’echange d’un service mesuré avec de la monnaie d’état (monnaie non libre ) sans déclarer cet échange à ses services fiscaux.

L’utilisation de monnaie alternative aux monnaies d’etat pour mesurer un échange de service n’est donc pas un travail au noir.