Les monnaies locales complémentaires,pour relocaliser l'économie,au niveau d'une collectivité locale?


#1

Bonsoir Je voudrais juste m’informer En ce qui concerne les monnaies locales complémentaires,pour relocaliser l’économie,au niveau d’une collectivité locale Quelle est votre position? Donnez moi un argument simple à comprendre Merci


#2

Les bons d’achat de monnaie dette ne relocalisent rien du tout.


#3

le principal problème avec les MLC est qu’elles sont indexées sur l’euro ( 1€= 1 unité de MLC). Ce sont donc des euros déguisés donc de la titrisation de l’euro.

En général, les acheteurs/consommateurs doivent acheter des MLC avec des euros (parfois en devant cotiser à une association) qui se retrouvent stockés sur un compte bancaire. Ensuite l’acheteur/consommateur peut dépenser ses MLC et le vendeur doit alors les rechanger ses mlc en euro.

Au final on se retrouve avec un système qui n’apporte que de la contrainte aux utilisateurs (acheteur et vendeur) et le seul gagnant est le banquier qui se fait une trésorerie en euro (et pour le coup sans contraintes).


#4

“Nous” n’existe pas ici. “Nous” sommes un collectif informel d’individus. Donc “Nous” avons DES positions très variées sur les MLC.

Pour ma part (et je ne parle pas au nom des autres !) Une MLC est contre-productive.

Pour les raisons citées précédemment.

Elles se développent dans des zones où la monnaie dette est déjà raréfiée et elle accentue cela en bloquant de la monnaie chez qui ? Les banquiers. Encore gagnants dans l’affaire. Un système de bons d’achats qui n’atteint pas vraiment son objectif. Pour cela il faudrait juste que l’état autorise l’utilisation de tout type de monnaies pour le paiement des fournisseurs, salaires et taxes. Ainsi, chacun serait libre de choisir la monnaie de ses échanges et ceux-ci seraient plus faciles. Pourquoi ne le fait-il pas et protège toujours la monnaie dette ?

La monnaie libre ne peut même pas être comparée avec les MLC car elle se situe bien en amont, à la création même de la monnaie.


#5

Ce forum est destiné à échanger sur la monnaie libre, en l’occurrence la Ğ1. On peut donc y poser des question en rapport avec la G1 de près ou de loin. Quel est ce rapport ? S’il n’y en a pas, ce sujet sera fermé.

Merci de votre compréhension.

Nota: il y a des centaines de forums pour faire la promotion des MLC et seulement 2 pour la ML, merci de respecter ce maigre espace de discutions consacré à la monnaie libre.
Nous ne pouvons pas accueillir toutes les monnaies du monde.


#6

Mick demande l’avis que les gens qui cotoient ce forum ont sur les MLC dans la partie “Expression libre”, et plus précisément “autres systèmes monétaires”. Et il n’en fait pas la promotion. Pas de problème pour moi.

Pour répondre à Mick, j’ai le même avis : derrière chaque MLC il y a une association avec une trésorerie dans une banque commerciale. Si ça n’est pas banque éthique qui profite de sa création monétaire pour financer des projets éthiques, responsables,… et ça de façon locale, ça ne sert à rien.


#7

Si la réponse à cette question intéresse quelqu’un par rapport à la Ğ1 alors elle a sa place. Si elle sert à expliquer l’intérêt de la MLC par rapport aux échanges locaux, il y a des forums qui le font déjà très largement et très bien.

Je veux bien répondre alors en répondant sur la ML.

La localisation des échanges locaux n’est pas question de monnaie libre ou complémentaire locale. La monnaie libre le permet, la monnaie locale complémentaire de l’€uro y oblige.
En monnaie libre, c’est vous qui êtes libre de le faire ou pas. C’est une conscience politique, écologique, philosophique, éthique, qui vous portera à échanger localement. Et si l’usage de votre monnaie peut servir un jour à financer l’ouverture d’une école ou d’un hôpital au fin fond de l’Afrique, de l’asie, de l’Europe… Alors réjouissez vous qu’elle ne soit pas bridée par des contraintes territoriales inutiles.

Faites confiance à votre liberté d’exercer vos responsabilités en conscience, sans contraintes et sans nuisances .…


#8

Le sujet était établi sous « code monétaire » et je l’ai mis logiquement en expression libre pour les mêmes raisons que jf explicite.

Il existe beaucoup de gens autour de moi qui confondent mlc et monnaie libre comme mick.

Il s’agit d’un premier saut relativiste à opérer pour eux qui est de discerner bon d’achat de monnaie déjà produite et création monétaire .

À partir de ce discernement il est souvent nécessaire de leur faire part de la réalité de l’existence de ces bons d’achat d’euro :

  • toutes mlc (monnaie sol) confondues, en 6 années d’experience il y a eu chaque mois 70 000 personnes qui ont échangé 3 euros en 3 sols.

-sur Toulouse la conversion de 200 000 euros en 200 000 sols a coûté 100 000 euros de frais .

-il est incorrect d’avancer l’idee que l’utilisation de sol , de mlc , puisse faire quoi que se soit sur l’economie financière de spéculation puisque cette dernière concerne l’épargne et non pas la monnaie utilisée pour échanger.

-le dépôt en banque de la quantité corrélée d’euro leur permet de consolider leur réserve et leur clientèle.


#9

Le sol violette , la plus ancienne mlc « municipale et bancaire » de France s’arrete. Pourquoi :


#10

Aujourd’hui, pour poursuivre l’aventure et avancer entre-autre vers le numérique, la monnaie locale toulousaine doit se pauser, s’arrêter et prendre le temps.

Rien n’est dit du pourquoi, seulement un indice sur une orientation future vers le numérique…
Souhaitons leur bonne chance, et bon choix mesdames, bons choix messieurs.


#11

Je confirme, transition numérique pour le mvt sol prévu depuis longtemps.

Forum numérique du mvt sol pour ceux que sa intéressent: https://forum.sol-reseau.org/


#12

Je précise que tout le monde au mvt sol connais la g1, pas la peine d’y faire de lobbying, la moitier des dirigeants du mvt sont déjà membres et soutiennent la g1 à 100% :wink:


#13

Ce n’est pas du tout le cas concernant les lobbyistes salariés ( en unl) des sols.

La ğ1 n’a pas de lobby puisqu’elle nécessite juste d’etre comprise pour être produite et utilisée.

Nb: imprimer des chiffres sur des ordinateurs en plus des billets ne nécessite pas un arret de production et d’utilisation de ces chiffres.