Le logement


#1

Bonjour Je voudrais juste m’informer Si il y avait une majorité de français et de terriens,pour mettre en place votre monnaie libre,g1 Quelles seraient vos propositions,dans le domaine du logement? Que pensez vous,du blocage des loyers? Merci


#2

Oui tu as du louper ce genre d’annonce sur gchange: https://www.gchange.fr/#/app/market/view/AWcIVG8yGRoJowqkacNz/location-appartement-pour-courte-dure-toulouse-tarif-discuter-et-dgressif-selon-le-nombre-de-nuits

Tu vis vers Toulouse ?

Aucun soucis pour un propriétaire de proposer son bien en location en ğ1 :wink:


#3

Mick s’est présenté venant des côtes d’armor mais s’il est sur Toulouse il y a plusieurs aparts et chambres à louer en monnaie libre.

Il suffit de taper location chambre dans gchange et/ou venir aux apéros ğ1 toulousains et bleds autour (sur l’agenda monnaie libre occitanie .org) pour trouver des supers plans et rencontrer alors la ğ1.


#4

Bonjour, j’ai un canapé dans le séjour à louer en Ğ1 pour une nuit si vous passez par chez moi (vers Lyon).

Le fait qu’une majorité de français adopte la June ne change rien à ma proposition.


Par ailleurs, si vous lisez “le président providentiel”, roman de @denislaplume qui met en place une monnaie à dividende universel, vous verrez qu’il propose la fin de la propriété éminente : la fin de la possibilité de louer un bien (et en particulier un logement). Soit on utilise ses possessions, soit on les vend. Mais les louer est interdit.

Je ne me prononce pas pour ou contre une telle mesure. Mon intuition me dit que ça va dans le sens de la monnaie libre (non accaparement des ressources), mais je n’y ai pas réfléchi plus que ça.


Quant au bloquage des loyers, je ne vois pas vraiment le rapport avec la monnaie et je n’ai pas de position. Mais s’il advient en monaie libre, il devrait être libellé en Dividende universel. Il est par ailleurs contraire à un des fondements de la monnaie libre : la liberté n°2

la liberté d’estimation et de production de toute valeur (un principe de relativité économique) ;


#5

Bonjour :slight_smile:

Donc si je suis ado et que je dois quitter le domicile familiale pour étudier ou travailler, tant que j’ai pas les sous pour acheter mon logement je ne peux pas ?

Être hébergé par une association contre une cotisation revient également à louer, pas possible non plus donc :confused: Pareil, ça ne peut pas être l’école ou l’entreprise qui “prêtent” gratuitement car ça reste de la location…

Ou alors des constructions contractuels genre “je te donne cet appart si tu bosses x heures dans mon entreprise mais si tu démissionnes tu dois me le rendre gratuitement” ?

Il y a des alternatives ?

Personnellement, je pense que c’est une mauvaise idée. Imposer un plafond à un prix c’est empêcher tout les échanges qui aurait pu avoir lieu avec un prix supérieur à ce plafond, alors que des loueurs et des locataires aurait pu s’entendre. Si je suis prêt à payer 1000, et que quelqu’un est prêt à accepter 1000 mais pas en dessous, interdire tout les échanges au dessus de 800 ne règle aucun problème. Pire : un appartement qui trouvait preneur se retrouve vide, je continue d’être à la rue, et je me retrouve en concurrence avec ceux qui recherche un prix inférieur.

Pour régler le prix des loyers ya pas de mystère :

  • Ne pas vouloir tous vivre au même endroit
  • Construire plus de logements, voir même des logements pas cher ou collectifs.

Aucunes manipulations comptable n’a jamais changé la réalité physique des choses :stuck_out_tongue:

Sinon du point de vue de la monnaie libre, le logement est un bien/service comme une autre, et ça ne concerne ni le logiciel Duniter, ni la toile de confiance :slight_smile:


#6

Je pense que tu confonds politique de développement social et territorial avec la question de création monétaire . Ici on parle de ce dernier outil. Pas d’une problématique qu’il y a actuellement dans le système monétaire non libre. Dans ce cadre personnellement, je suis pour l’encadrement des loyers en € mais pas en Ğ1 .


#7

Petite précision tout de même, il ne s’agit que d’un roman et donc de provoquer la réflexion. Sachant que ces mesures peuvent être mal comprises ou mal interprétées hors du cadre du roman. Dans le cas où nous basculions sur un système totalement différent du système actuel, et en particulier sur un système avec une ou des monnaies libres, la fin de la propriété éminente est une question qui finira par se poser un jour.

Tant que tu ne peux pas acheter, tu loues un logement… à l’État. Ou, comme dans le roman d’Emmanuel Dockès « Voyage en misarchie » (à lire, vraiment), à un organisme public chargé de collecter les loyers. Là encore, c’est un sujet complexe et il vaut mieux lire l’original parce qu’on peut arriver à de mauvaises conclusions sans comprendre l’éventail des mesures proposées et le système dans son ensemble.

Un « blocage » revient à indexer une valeur sur une autre, ce qui ne fonctionne jamais en pratique, toute valeur étant relative suivant les observateurs dans l’espace et dans le temps.