La TRM et le monde académique


#1

Je souhaiterais poser une autre question sans rapport direct avec la précédente. Vous saurez me faire savoir si j’aurais dû ou non ouvrir une nouvelle discussion. Je la pose toute de même ici. Militant pour le revenu de base, je suis convaincu de la nécessité de le financer, au moins partiellement, par de la création monétaire dans le cadre de monnaies complémentaires. Je suis également convaincu, comme Bernard Lietaer l’expose si clairement, que le système monétaire mondial ne pourra perdurer que si, comme tout écosystème, il trouve l’équilibre indispensable entre son efficacité et sa résilience. Efficace, il l’est, que trop… Résilient, il ne l’est pas du tout (cf la crise de 2008). Sa résilience peut être renforcée par la mise en place de monnaies complémentaires, mais d’une certaine envergure (cf le wir suisse). Ma question est donc celle de savoir quelle peut être la vision des divers acteurs qui promeuvent les monnaies libres s’inspirant de la TRM quant au développement de ces monnaies, et donc quant à leur capacité à jouer un jour un rôle réellement alternatif et complémentaire par rapport au système en place. Une autre question me taraude depuis quelque temps. La TRM représente une construction intellectuelle profonde et impressionnante. A-t-elle fait l’objet de commentaires, d’analyses, de critiques de la part du monde académique. J’ai eu moi-même l’occasion de suggérer à David Cayla, professeur d’économie à Angers, spécialiste de la monnaie, de nous donner son avis sur la TRM. Il a simplement botté en touche…


Comment payer les développeurs dont nous allons avoir besoin ?
#2

Ils vont tous botter en touche, vu qu’ils n’ont aucun référent : personne n’a eu cette idée avant.


#3

Je ne suis pas aussi pessimiste. J’ai eu récemment des échanges avec une personne qui est spécialiste des questions monétaires, qui travaille actuelelment à une thèse de doctorat sur un autre sujet économique, mais qui tombait d’accord avec moi pour penser que la TRM est, peut-être, quelque chose de génial et de très prometteur. Les enseignants-chercheurs ne sont pas tous des dinosaures qui ne se posent plus aucune question. Certains d’entre eux sont très ouverts à la recherche de nouvelles pistes (c’est le moins que l’on peut attendre de chercheurs…). Et je pense que l’insertion de la TRM dans les débats académiques lui serait tout à fait profitable. Je sais que @Galuel n’y est pas favorable, pour l’avoir entendu dans une vidéo qui date de 3 ou 4 ans. Mais j’insiste sur ce point, car je pense qu’il peut y avoir ici un levier important pour la TRM.


#4

Pour le coup, je suis allé voir la soutenance de thèse d’un pote, docteur en économie (qui a lu la TRM et avec qui on en a épluché une très grosse partie).

A la fin, je suis allé voir les directeurs de thèse (ils étaient deux à ce moment-là) et je leur ai demandé si je pouvais leur poser 2 questions.

Ils m’ont dit “oui”.

Voilà donc les questions et leurs réponses de but en blanc :

  • Pensez-vous que la façon dont la monnaie est crée aujourd’hui, en prenant l’€ en exemple, crée des inégalités?

----> Ah bah évidemment, il suffit d’être dans le bon collimateur des banques pour avoir un avantage certain par rapport aux autres qui n’y seraient pas.

  • Ah ok, intéressant. J’ai lu un bouquin qui proposait de créer la monnaie à intervalle régulier pour tous les humains, et par même quantité. Quantité qui serait une proportion fixe de la masse monétaire. Pensez-vous que cela pourrait résoudre des problèmes?

----> Ah bah si seulement on pouvait faire ça, c’est sûr que ça irait mieux ! Mais bon, c’est impossible, comment voulez-vous faire ça?

Et le gars commençait à s’écarter, donc j’ai simplement conclu en disant: "Par une crypto-monnaie. Elle existe déjà, elle s’apelle Ğ1 et est une concrétisation d’une idée, développée dans le livre “La Théorie Relative de la Monnaie”. Bonne soirée.

Le gars m’a regardé un peu étonné, et a repris ces activités.

Maintenant, la seconde fois qu’un clanpin de mon genre lui posera une question sur la TRM, le gars risque de tiquer je pense.

Il est peut -être intéressant qu’elle soit un peu plus développée avant non?


#5

Personnellement, je suis en phase de découverte de la TRM. Je me risque tout de même à considérer que cette théorie est aujourd’hui suffisamment développée pour être confrontée aux autres théories monétaires.


#6

Si j’avais passé autant d’années à étudier mon gagne pain, j’aurais probablement du mal à me réjouir que mon savoir se réduise à néant à cause de petits cons de geeks qui pointent leur nez en se croyant meilleurs que la BCE.
My 2 C€nts .


#7

Le coût de la conviction


#8

En réalité, une conviction est très nettement moins coûteuse qu’une croyance


#9

Cette phrase contient deux a priori qui me perturbent, car je n’ai pas (encore) pu en vérifier la réalité : (i) le fait que les enseignants-chercheurs en économie ne seraient pas capables de curiosité et limiteraient leur domaine de recherche sur la base de critères purement alimentaires et (ii) le fait que la TRM puisse être “meilleure” que ce que proposent les théories en place.


#10

Vivant dans un régime défendant par la force un système de monnaie dette ne pouvant survivre qu’avec une chaîne de Ponzi épuisant les ressources et exploitant la vie des gens, je crois que n’importe qu’elle “autre théorie” est meilleure que celle “en place”. Amha. Sauf les MLC. :wink:


#11

La théorie oui probablement, mais son implémentation (la Ğ1) est assez récente, et je pense que ce n’est pas un mal qu’il y ait encore plus de membres que 1200 !!

En fait, j’en parlais avec un pote (assez regardant sur la nourriture et la viande) et on comparait ça avec les régimes alimentaires.

Il n’est à mon avis pas très efficace d’aller voir un boucher pour lui dire que de manger des agneaux et des veaux est quelque chose d’assez scandaleux, du point de vue de mon pote.

Il lui parait bien plus efficace d’agir, de trouver des recettes alternatives, d’organiser des repas, de ne pas proner mais de pratiquer. Et son entourage finit par avoir une bien meilleure impression, car mon pote ne parait pas comme étant donneur de leçon, et il vit bien sans donner de signes de difficulté à se nourrir, à faire du sport (et c’est son métier), et il ne se positionne pas comme étant un quelconque défenseur d’une cause.

Inscrivons nous sur la Ğ1, rencontrons les membres, échangeons grâce aux sites comme Ğchange et Ğannonce.

Pratiquons surtout, car nous sommes assez loin de savoir utiliser le DU comme unité de valeur j’ai l’impression.

Je pense que la théorie PLUS le fait que ça soit expérimenté à grande échelle par plein de gens, estimant, échangeant, produisant cette nouvelle valeur, est indispensable.

Et comme ça, quand ce cher directeur de thèse que j’ai vu ira voir pour la première fois tout ce travail, il risque de tomber de haut. :smile:

Et sans rire, même si on entre complètement dans le paradigme de la monnaie libre, ce qui change tout ce qu’on observe autour de nous, personne ne peut affirmer qu’assez d’humains seront motivés dans le temps pour l’utiliser en continu.

Donc utilisons là, on se fiche totalement que Jean-Thèse ou que Jean-Professeur soit d’accord avec la théorie ou non. Ce raisonnement était valable quand Internet n’existait pas, mais aujourd’hui, pourquoi attendre??

@rcauneau vous avez essayé d’acheter du miel?? Il est super bon !! :grinning:


#12

On peut aussi considérer la Ğ1 est comme une œuvre d’art qui, si elle était née en 1873, serait certainement au Premier Salon des Impressionnistes, et pas au Salon de Paris.


#13

Première nouvelle ! Ce savoir est fondé sur quoi exactement ?

Quand on vérifie ce qu’a réalisé l’auteur de cette remarquable tirade, on s’aperçoit finalement sans surprise que c’est bien un des quelques uns qui ont réalisé le module Galilée. D’où l’on conclut qu’il n’y a pas de hasard quant à la compréhension profonde du sujet.