La monnaie libre présentée à l'écofestival du vallespir à Céret

perpignan

#1

Bonjour comme pour alternatiba, nous nous sommes organisés en 2 équipes pour être présents pour toute la journée à l’écofestival qui se déroule à Céret. Nous représenterons la monnaie libre, toujours motivés pour développer un groupe d’échanges en junes à Perpignan. Mas de Nogarèdes à Céret de 10h à 18h. Bonne soirée.


#2

L’accueil a été chaleureux et de nouveaux liens ont été créés: un super éco-festival où nous avons pu présenter la monnaie libre. Merci à tous.


#3

hello, commet étaient les gens? connaissaient-ils/elles la ğ1? Quelles ont été leurs réactions?


#4

Bonjour, les personnes que nous avons rencontrées étaient le plus souvent engagées depuis de nombreuses années dans un choix de vie écolo et ont donc opté d’ores et déjà pour de nombreux choix alternatifs. Ils se sont montrés intéressés. Cependant, ils ont sur place des réseaux sociaux d’entr’aide coopératifs importants entre eux souvent spontanés. Enfin, le SEL est bien implanté dans le Vallespir et semble répondre à leurs besoins. Certains ont souhaité venir tout de même au G marché organisé ce samedi car ils ont aimé la “couleur bio” de notre groupe : notre passion pour la permaculture.


#5

Content que vous ayez amenée la G1 dans mon ancien bastion :slight_smile: Bon courage pour la suite <3


#6

En fait le sel ne répond pas à leur besoins puisqu’ils utilisent la monnaie dette. Ils ont juste le réflexe de dire qu’ils font parti d’un sel parce que ça fait bien mais quand on leur demande concrètement il n’y a pas grand chose d’ou leur intérêt pour les gmarché.


#7

En fait le sel ne répond pas à leur besoins puisqu’ils utilisent la monnaie dette. (…) quand on leur demande concrètement il n’y a pas grand chose d’où leur intérêt pour les gmarché.

Qu’en sais-tu, tu étais sur place à tenir le stand pour cet éco-festival, et tu as eu le retour de 100% des visiteurs adhérents au SEL ?

Sinon, c’est une supposition de ta part, qui n’apporte guère au sujet. Il est évident que les adhérent-e-s d’un SEL français (ou belge) ne peuvent répondre à 100% de leurs besoins dans le SEL, et utilisent encore tou-te-s la MNL (€), étant donné que c’est la monnaie officielle du pays. Tu ne payes aucun impôt, taxe, amende, timbre fiscal, etc. toi ? Sans compter les assurances, etc. Et c’est pas « demain la veille » que les administrations fiscales (ou les assureurs) accepteront la ML (Ğ1).

Je n’ai entendu parlé (par une personne la connaissant directement) que d’une seule personne qui pouvait se passer totalement de MNL (€), de nationalité espagnole : elle fait partie de la Coopérative Intégrale Catalane, et réussit à répondre à tous ses besoins en son sein. Et n’ayant pas de revenus en MNL, elle n’était pas imposable. Mais, à moins de squatter son logement, ce n’est que reporter le problème : qq’un(e) d’autre paye en MNL (€) une taxe quelconque à l’État…

PS : j’ai aussi entendu parler d’une allemande, retraitée, qui vit sans monnaie du tout ; et d’un jeune anglais qui fait la même expérience. C’est intéressant (psychiquement parlant), mais ça ne change pas la face du monde, je trouve.


#8

Ça fait longtemps que j’étudie le Sel, mon ami François Plassard est depuis 30 ans à l’avant garde dans ce domaine en ayant initié plusieurs sels et rencontres intersels . Toutes ces années ont démontré que les sels ne permettent pas de faciliter les échanges ni dans l’espace ni dans le temps mais permettent de faire des échanges sans utiliser de monnaie.

En ce sens , Cet été Nous étions hébergé chez vacansel , chez jean René le seliste (connu) …et nous avons payé en ğ1 . puis la semaine dernière j’ai pris rendez vous chez mon ostéopathe seliste pour une séance de soins que j’ai payé en ğ1.
Bref La ğ1 est un sel avec un invariant spatio-temporel dedans , le DU.

Sans DU , sans monnaie, les sels périclitent et ne reste actif que les stands sur les festivals comme les grands sels de l’epoque de cocagne puis de l’oseille de la coopérative intégrante toulousaine aussi . Régulièrement les sels se créent et périclitent cycliquement et redémarrent au début avec d’autres individus . Des gens de la coopérative intégrante catalane que j’ai rencontré sur Toulouse sont très motivés autonomistes,jeunes et nombreux, certes contexte idéal pour un départ de sel, mais ce système ne permet pas d’echanger hors réseau interne du coup le besoin d’échanger fait que de la monnaie est toujours majoritairement utilisée à terme à chaque fois.

Cela me fait dire qu’il serait pertinent de rassembler dans un document l’analyse des sels (sans jeu de mot ) et des sols (monnaies locales complémentaires) à l’aune de la ğ1.


#9

Tout à fait, ce serait très pertinent (ou impertinent du point de vue des SEListes/SOListes dogmatiques, si ça existe).