Idée sur la rémunération des créateurs de contenu copiable

La nouvelle économique succède à la première :

  • Dans l’ancienne économie, on emprunte, on produit, et on vend en espérant pouvoir rembourser l’emprunt qui a permi le financement de la production, puis de dégager un surplus
  • Dans la nouvelle économie, on cherche un financement participatif pour financer directement la production, et la vente n’est donc plus nécessaire

C’est encore plus adéquat pour le développement du libre : l’appel aux dons pour financer des créations qui seront disponible à tous.

Mais certains peuvent crier au problème du passager clandestin : Pourquoi payer si d’autre payeront ? Egalement, pourquoi payer si la création a déjà été réalisée et livrée ? Ou que le créateur est déjà plein aux as ?

Je propose une solution :

Lorsqu’un créateur demande un financement, les participants envoient leurs dons à une certaine clé publique.

La nouveauté, c’est qu’une fois le financement atteint, le surplus est automatique redistribuer aux contributeurs (sur les adresses d’où viennent les dons par exemple) suivant leur participation :slight_smile:

Egalement, un paramètre peut être utile : un pourcentage qui indique si on souhaite plutôt tout donner au créateur (0%), plutôt recevoir un maximum de remboursement (100%), on entre les deux :slight_smile:

De cette manière, même après que le projet a été financé depuis longtemps, on peut continuer d’envoyer des dons pour répartir le financement entre de plus en plus de monde (car ceux qui ont payer gros aux début reçoivent maintenant de la monnaie). Ou de simplement continuer à remercier le(s) créateur(s).

Qu’en pensez-vous ? :slight_smile:

3 J'aimes

Pour bien comprendre :

A souhaite produire un documentaire sur un sujet X et lance ce type de financement pour 100 kĞ1. Il choisit dès le début que 40% du surplus lui revient et 60% aux participant.e.s

B,C,D financent ça respectivement 50 kĞ1 (50%), 40kĞ1 (40%) et 10kĞ1 (10%). Le financement est complet, A produit le documentaire.

E apprécie le documentaire/ veut participer au financement mais arrive trop tard. Il envoie 1kĞ1 sur la clef du financement. 40% vont à A, et 60% vont à B,C,D, au prorata de leur participation.

F apprécie le doc, envois 1kĞ1 . 40% vont à A, 60% vont à B,C,D et E au prorata de leur participation.

Et à la récurrence suivante, F recevra également une part.

Ou alors :

A ne choisit pas les taux au début, E et F choisissent lors de leurs versements, quelle proportion de la monnaie ira à A et quelle proportion ira aux participant.e.s


La première interprétation (taux de répartition fixe) me semble plus claire et simple à appréhender. En effet, pourquoi des donateurs iraient remercier les donateurs précédents ? C’est bien le travail fourni par A qu’iels rémunèrent. S’iels considèrent qu’A a trop de monnaie, eh bien iels n’en donneront pas… Non ?


Sinon, ce principe me paraît élégant, entre financement participatif et actionnariat. D’autre part, plus le projet reçoit de dons, moins les premier.e.s “actionnaires” reçoivent de part des dons. Ceci me semble accompagner le renouvellement des générations, si le projet dure.


L’adaptation de Ğ1cotis serait possible pour réaliser ça…Mais pas pour tout de suite :wink:

1 J'aime

C’est la deuxième interprétation qui est la bonne : C’est ceux qui financent qui choisissent où va leur participation :slight_smile: On leur laisse le choix de :

  • soit faire un don comme avant
  • soit que leur participation soit réparti avec tout les futures participations
  • soit un mélange des deux :wink:

Exemple :

  • Alice a besoin de 600 DU
  • Bob donne 400 DU / 100%. Le financement passe de 0 à 400/600 DU.
  • Carole donne 600 DU / 100%. Le financement est terminé, et on a 400 DU en surplus.
  • Vu que Bob et Carole ne veulent pas donner de surplus à Alice, les 400 DU excédentaires sont reversé aux participants suivant leur participation : 160 à Bob (40% car 400/1000) et 240 DU à Carole (60% car 600/1000).
  • De cette façon, Bob à, au total, financé Alice de 400-160=240 DU (40% des 600 DU) et Carole a financé Alice de 600-240=360 DU (60% des 600 DU). La proportion n’a pas bougée.

Si maintenant David donne 360 DU comme Carole, les 360 DU sont répartis comme tel : 90 DU à Bob (25%, car 240/960), 135 à Carole et David (37.5%, car 360/960). De cette façon, Bob à participer à hauteur de 240-90=150 DU (25% de 600 DU), Carole et David de 360-135=225 DU (37.5% de 600 DU).

1 J'aime

Comment sait-on que Bob et Carole ne veulent pas donner de surplus à Alice ? Est-ce parce qu’ils ont choisi 100 % ? S’ils veulent que le surplus aille (et fines herbes) à Alice, il choisissent une part supérieur à 100 % ? J’ai bon ?

Ou alors ils choisissent entre 1 et 99 % pour ne verser qu’une part du don à la créatrice Alice (ça rime !) mais là c’est chaud pour un utilisateur lambda à calculer et comprendre (je m’inclus dedans parce que je ne comprends pas tout ce que je dis là…).

Ouai j’avoue, c’est peut être compliqué pour rien. Peut être plutôt deux adresses, une pour les dons, et une pour les participations :slight_smile:

Tant que la première adresse à pas atteint le seuil du financement, la deuxième adresse renvoie les junes vers cette première adresse. Mais une fois le seuil atteint, toutes junes envoyé à la deuxième adresse est redistribué à tout ceux qui ont envoyé des junes à cette deuxième adresse :slight_smile:

Et n’importe qui peut continuer d’envoyer des dons sur la première adresse.

Fini les pourcentages qui compliquent pour rien !

Fin bref, l’idée c’est de répartir le financement y compris avec les futures participations, mais je suis pas encore sûr de la meilleure implémentation :slight_smile:

En proportion de leur niveau de contribution ? Donc ils se retrouvent à mutualiser de la monnaie dans une caisse et cette monnaie est redistribuée en fonction du taux auquel chacun voulait contribuer à ce projet en particulier, c’est ça?

Tu ne parlais que de la monnaie collectée par le “financement” et pas de redistribution de la plus value faite par l’activité qui a été financée, non?

J’ai l’impression que si beaucoup de monde utilise la Ğ1, il devrait y avoir plein de financement, voire même que le DU de beaucoup serait intégralement ou presque utilisé à ça.

Donc pourquoi pas, mais je ne sais pas si beaucoup voudront continuer de financer un projet dont le plafond a été atteint, ou alors j’ai loupé un truc.

Yep :slight_smile: Si t’es a 10% et qu’une nouvelle participation te fait descendre à 8%, et on bien on te rembourse 2%. 10 ans plus tard, si il y a eu beaucoup de contribution, tu est peut être maintenant à 1% : tu as été remboursé de 9% :slight_smile: Car au lieu d’être 10 contributeurs vous êtes maintenant 100 contributeurs (ou 200 qui ont contribué 2 fois moins que les 10 premiers).

Si j’ai bien compris, oui.

Tout à fait, juste la monnaie pour le financement.

L’idée c’est que plus une création est utilisée et utile à tous, plus son coût peut être mutualisé envers ceux qui veulent bien participer à ce coût.

Mais on peut continuer à le faire même après que le financement soit terminé :slight_smile:

De cette façon, on permet plus facilement aux gens de participer au début, car ceux qui participeront ensuite viennent diminuer la participation des premiers.

De cette façon, on peut passer d’une économie de mécènes à une économie de contributeurs :slight_smile:

1 J'aime

On peut faire plusieurs plafonds, comme on fait sur KissKissBankBank (10 kDU -> V1, 25 kDU -> V2…).

Ce type de financement est-il vraiment adapté à la rémunération ? Réunir une grosse somme ponctuellement, c’est pratique pour investir (matériel, service ponctuel), mais c’est pas forcément l’idéal pour une rémunération régulière (comme Liberapay, Patreon ou Remuniter).

Il faudrait pouvoir remplir et vider plusieurs fois le compte. Par exemple pour un projet ayant besoin de 1000 DU/mois et d’être sûr de ses finances à 6 mois d’avance, le plafond serait fixé à 6000 DU. Il ponctionnerait en permanence dessus, et les dons pourraient se faire en permanence. Il y a remboursement si on dépasse le plafond.

On peut peut-être généraliser la contribution monétaire et la contribution en nature (ğvaleur) : au lieu de contribuer en monnaie, aider au développement, et quand même recevoir un pourcentage des contributions futures en monnaie :slight_smile:

Bon, je reviendrais sur ce post quand j’aurais fait assez de tableur :stuck_out_tongue:

Ouais je n’avais pas vu le truc. C’est pas mal comme idée en fait !

1 J'aime