Enfin une epicerie bio en g1 !


#1

Formidable initiative, une épicerie à Toulouse propose des paniers bio payables en G1 toutes les semaines !

C’est ici : https://panecoplus.fr/

Bravo à eux, c’est le début d’une belle alternative et la possibilité de commencer à se nourrir avec la June !


#2

Reste maintenant à chacun de proposer des services récurrents et fiables afin que cette épicerie voit son quotidien facilité grâce a l’usage des G1 reçus, ce qui n’est pas une mince affaire.

Mieux aller doucement mais sûrement.

Par exemple, limiter le nombre de panier au début, et vendre des produits non valorisables en monnaie dette (proches de la DLC, surplus des maraîchers, légumes abîmés, etc.)

Bravo en tous cas !


#3

Je dirais aussi que l’épicerie (soyons précis : les gens qui y travaillent :roll_eyes: Je précise car certains sur ce forum pourrait se faire une joie de polluer cette discussion pour dire qu’une épicerie ça n’achète rien… ) ne doit pas hésiter une seconde à faire des propositions d’achats : elle ne donne peut-être pas sa production par charité, mais elle nous aide à nous nourrir et aimerait sûrement qu’on viennent l’aider en retour :slight_smile: Elle a peut-être des besoins précis que nous ne pouvons pas deviner.


#4

Panecoplus est bien accompagné par @yann


#5

La labelisation bio se paye en monnaie non libre. Il n’existe donc pas d’epicerie Bio en ğ1.


#6

Effectivement mais nous y allons doucement, il n’y a qu’ 1 panier tout en Ǧ1, proposé par semaine, pour l’instant. Le reste est surtout proposé en € et en “mixte” - € & Ǧ1. Mais nous proposons de plus en plus “tout en Ǧ1”… [il y a une épicerie à côté des paniers]

Mais ce ne sont pas des surplus ou des restes - ce sont les mêmes produits que ceux en €. Il faut comprendre qu’il y a des modèles d’entreprise - vouloir faire du surplus ou des “restes”, c’est un modèle. Panecoplus fait un circuit classique : producteur-distribution-consommateur. Mélanger les genres n’est pas viable. Nous avons eu un exemple déjà dans la monnaie libre…

L’entreprise doit pour l’instant réaliser son investissement (à la fois des € & des Ǧ1 sont investis) - c’est-à-dire avoir un retour supérieur à ce qui est investi ; ce qui n’est pas le cas pour l’instant. Mais cela est une lapalissade, quelque soit le type de monnaie, pour toute entreprise naissante.

C’est donc le volume de vente qui nous dirige pour les offres que nous proposons et cela pour les 2 monnaies. Ce que peu de monnaie libristes comprenne pour l’instant.

Ce que je veux dire, c’est “voter avec votre pognon” Il est évident que “dépenser” dans telle ou telle entreprise est un choix. Une entreprise (ou un vendeur) qui ne fait pas la transition (voire qui bafoue toutes les libertés axiomatiques) ou plutôt une, qui fait la transition. Là est la question… qui est peu comprise, car je suppose que tout le monde mange tous les jours, mais ils ne votent pas consciemment…


#7

C’est exact, il faut un flux dans les 2 sens

  • cela est dépendant donc du réseau économique des monnaie libristes. Qu’est-ce qu’ils proposent ?

Et beaucoup de gens disent : “qu’est-ce qu’on peut acheter ?” pour accepter d’entrer dans le réseau économique Ǧ1, alors que la clé est vraiment l’inverse : “Qu’est-ce que tu proposes ?” moins de blabla, plus de “productions” proposées.

Et donc, il a fallu faire un choix, “ça serait bien de manger en Ǧ1 !” Cool, alors 2 personnes se sont dit, qui c’est qui le fait ? tiens, ben nous, pardi ! Et c’est le début de Panecoplus.fr :wink:

Et donc, de nouvelles choses vont arriver bientôt en Occitanie; car pourquoi attendre que ça nous tombe du ciel ?

Regardez bien en haut vers le ciel, en sortant de chez vous, on ne sait jamais, que ça vous tombe sur la tête!

La morale de l’histoire, si tu veux que ça arrive, fais-le toi-même !!!


#8

Panecoplus fait du “BIO” (label AB) et aussi en Ǧ1 (pas seulement en €) et “tout en ǧ1” (pas seulement en “mixte” (Ǧ1 & €)

Mais il est vrai que le terme et label “BIO” est une invention purement marketing - car il n’existe pas de fruits et légumes complètement naturels, qui voudraient dire, produit que par la “Nature”. Et surtout les labels “BIO” (AB) sont un moyen dans la Monnaie-Dette, de “contrôler” le marché - une bonne vieille habitude de ce système financier là et effectivement ce label “AB” s’achète en Monnaie-Dette, pas en Ǧ1 (c’est bien leur but)

Les produits sont cultivées et transformées selon des méthodes traditionnelles et sans produits chimiques artificiels; Ça, on peut le garantir mais il faut du sel, des épices, de la saumure, des décoctions, etc… pour produire en maraîchage, en vergers et artisanalement des conserves. De même l’air et l’eau, sont pollués (à des niveaux minimaux, il est vrai pour l’Ariège au pied des montagnes)

Donc le “BIO”, c’est du “marketing” et du “Greenwashing”, un moyen pour la Monnaie-Dette, de continuer la structure du business as usual, tout en proposant un emballage qui suit les humeurs du consommateur.

Utiliser la monnaie libre June pour acheter sa nourriture, à des circuits courts et des producteurs qui utilisent des méthodes traditionnelles en aimant leur métier, tout cela en étant en fédération locale (non centralisée) ; Est bien plus “BIO” que d’acheter un produit ayant un label “AB” en supermarché…


#9

Ce n’est pas une épicerie classique (avec boutique) Mais entre cela et une Amap. Il fallait réduire les coûts en euros au maximum.

Donc c’est une unité mobile qui distribue sur Toulouse, des paniers et aussi toute une épicerie (ce que beaucoup de monnaie libristes oublient ici) par des distributions hebdomadaires (Vendredi en entreprise et samedi aux particuliers) Venant principalement d’Ariège mais aussi du Lauragais, du Gers, etc…

Des maraîchers, vergers, éleveurs, apiculteurs, conserverie, fromagerie, meunier, boulanger, biscuiterie, … Un gros travail de contact et réseautage avec des artisans…

Aucun ne vende encore en monnaie libre mais on les travaille au corps et on a quelques idées pour les faire rentrer dans la monnaie libre :wink: