Des faux faussaires pour un entrainement avec des balles à blanc


#62

Ce qui est sûr à 100% c’est que si je découvre un faussaire, quelle que soit sa justification, je m’abstiendrai de le certifier à l’avenir pendant le temps que je jugerai nécessaire.

Quant à ce que feront les autres membres de la WoT, ma foi, seule l’expérience en jugera.


#63

Yep, c’est aussi pour ça qu’on doit en discuter à des RML devant tout le monde, faire connaître l’idée etc


#64

Personnellement, je m’oppose à cette idée.

Comme le dit très bien Galuel, une façon toute simple est d’effectuer des vérifications régulières de façon aléatoire de compte-membre.

Créer une équipe de vraies sentinelles plutôt que de “faux” faussaires (parmis lesquels combien de vrais vont pouvoir en profiter ?)

Si j’étais innocent et naïf, je trouverais cette idée parfaitement séduisante et animée par de nobles intentions sous-jacentes…

Mais je ne suis pas du genre à utiliser les prétéritions grossières et abuser de la litote.

Chacun votera par l’usage et les actes mais je persiste à penser que c’est quand même du gâchis de temps et d’énergie alors que la monnaie décolle de plus en plus.


#65

Les RML n’ont jamais réuni “tout le monde” et n’ont aucunement vocation à réunir “tout le monde”. Les RML sont la rencontre bi-annuelle des développeurs informatiques de Duniter/Ğ1.

Quant à la licence Ğ1 elle est extrêmement claire, et si elle peut donner lieu à des modifications ce n’est aucunement sur son fond mais uniquement sur sa forme, car elle ne fait in-fine qu’informer l’utilisateur de la nature de la Ğ1 et de la WoT, en explicitant par des exemples clairs ce que signifie la monnaie et les certifications de la Toile de Confiance et ce qu’il convient donc de faire pour en respecter les principes essentiels.

Au risque quant aux faussaires de s’en voir exclure pour une durée de temps indéterminé, il convient donc de respecter en tout point le contrat de fonctionnement auquel on a souscrit devant l’ensemble des membres présents et futurs.


#66

Je lui ai répondu:

Ce que je craint serait que l’on constate trop tard la facilité de se faire des doubles comptes.

J’ai dit que comme je proposais l’idée je ne serai jamais faussaire pour éviter tout conflit d’intérêt. Si il y a un quelconque moyen de vous montrer mes bonnes intentions faites le moi savoir ! Et je pense que l’on peut aisément mettre en place des contrôles pour éviter tout problème ce qui est une condition absolument nécessaire à cette expérience.
Sans rancunes… :sweat_smile:

Merci pour ça :wink:

Je voulais dire toutes l’assemblée des RML, désolé si ce n’était pas clair :slightly_smiling_face:


#67

c’est peut-être mieux de faire ça sur la G1-test non ?

perso j’ai fait des " faux comptes " sur la G1-test ce n’était pas vraiment des faux en fait je faisais des comptes test pour les gens qui me posaient des questions je leur mâchais le travail en leur créant un compte et j’ai rapidement été détecté


#68

Tiens ça me rappelle la réaction de la banque dont un hacker français avait réussi à démontrer que la carte bleue était vulnérable et pour le prouver avait fait un retrait non autorisé.

Il a contacté la banque, pensant que celle-ci allait le récompenser et améliorer la sécurité des cartes bleues. Ce qui se produisit fût : police, menottes, prison.

Source :

Chacun fera ce qu’il veut, mais si un gars me contacte pour me signaler et me démontrer une faille, je l’écouterai, se comporter comme les trois singes :see_no_evil: :hear_no_evil: :speak_no_evil: serait contre productif.


#69

Ce qui est logique.

Ce qui prouve qu’il avait oublié la protection supra-technique qu’est la prison.

Quelque temps en prison lui feront réfléchir aux niveaux de sécurité qu’il avait ignoré.


#70

Salut tout le monde,

À votre avis comment doit-on s’y prendre pour continuer de discuter de tout ça ? Est-ce qu’on attend les prochaines RML ou est-ce qu’on continue à discuter ici ? Suggestions ?

Je vous remet ci-dessous ma tentative de résumé de ce qui s’est dit pour relancer la conversation, en particulier sur les questions qu’il nous reste à traiter: