[Conseil] Entrer dans la Ğ1 en groupe

Salut !

Je m’étonne des messages qui expliquent la difficulté à entrer ou à se maintenir dans la toile de confiance… parce que tout cela me semble très facile.

Quand je me remémore les circonstances de mon entrée en Ğ1, je me demande si ça ne tient pas au fait que je ne suis pas rentré isolément. Je n’ai pas eu à rencontrer beaucoup de nouvelles personnes pour atteindre les 5 certifications, et je n’ai toujours pas le besoin de le faire : une bonne partie de mes certificateurs sont des gens qui me connaissent de toute manière, avec ou sans la Ğ1.

Je me demande donc si le fait d’entrer dans la june en groupe ne pourrait pas devenir un conseil général pour les postulant(e)s.

Qu’en dites-vous ?

4 « J'aime »

Pour les gens isolé géographiquement, je conseille toujours de commencer par créer un groupe, faire connaissance entre personne du même coin.
Après il faut que le groupe reste en contact avec le reste de la toile…

1 « J'aime »

Hé bien, ce n’est pas exactement ce que j’explique ! Mes certificateurs sont des personnes qui me connaissaient déjà, via — pour tout vous dire :

  1. mon GULL (groupe d’utilisateurs de logiciels libres) ;
  2. mon AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne).

Je dirais plutôt que grossièrement, il faut qu’une seule personne du groupe reste en contact avec le reste de la toile. Je me trompe ?

En effet c’est différent, mais quand on ne fait pas parti d’un groupe, hé bien il faut en créer un.

Si une seule personne reste en contact avec la toile, il risque d’y avoir un problème pour respecter la règle de distance. car cela ressemblerait trop à une attaque sybil.
Il faut minimum que quelques personnes du groupe soient en contact avec des membres de la toile venant de communautés différentes.

2 « J'aime »

Quand on débute, surtout dans une zone désertique, il vaut mieux être plusieurs se connaissant déjà (SEL, groupement citoyens…) car le temps que ça se développe au moins on est pas seul.

En plus à plusieurs, on peut organiser une réunion d’information et demander à la communauté si quelqu’un de plus aguerri peut venir aider, expliquer.
Plus le groupe sera important (mini 10 pers.) plus il y aura de chance que quelqu’un fasse le déplacement.

Si on a pas de groupe, il faut voir avec ses proches (famille, ami-e-s, collègues, parent d’élèves…), mais là, il faut l’avouer, c’est souvent plus compliqué.

2 « J'aime »