Asymmetrical distribution of property right over means of production


#1

la dernière question est sans doute pertinente


#2

Il ne fait que chercher à vendre son futur bouquin en monnaie dette.


#3

Pas faux. Et il nourrit une ambition d’influenceur politique avec DiEM25 et un tas de personnalités médiatiques. Ce qui n’empêche pas de s’y intéresser.


#4

j’ai pointé la dernière minute pour ménager ton apolitisme. :slight_smile: si j’étais joueur, je t’aurais indiquer la première minute. songes-y :slight_smile:


#5

et ormis la couleur de la cravate ? un commentaire constructif ? ou bien on s’arrête d’écouter et de réfléchir dès la lecture de l’étiquette? +1 pour l’intelligence humaine

En ce qui me concerne je penses qu’il est utile de rappeler ici ce que la monnaie libre n’est pas: un moyen de réduire l’asymétrie spatiale et temporel induite par droit de propriété. si j’achète tout les terrains et toute les maisons : je gagnes la partie de Monopoly ! ça ne change pas en monnaie libre

que pourrais-t’on dire alors du lien qui unit les deux ?

dans quelles conditions la symétrie monétaire creuses-t’elle et réduit-elle les inégalités?

Vue les assertions exprimé partout sur ces forum, je suppose que c’est une question trivial pour des esprits comme les vôtres. Permettez alors que votre lumière éclaire ma route un instant


#6

Non non, surtout pas. Je ne sais pas si ce forum, et répondre aux courtes interventions de Mathieu sont le meilleur cadre pour cela. Mais puisqu’on y est.

Est-ce que tu nous rendrais le service d’une transcription, voire d’une traduction, et mieux d’une petite contextualisation, s’il te plait, pour mieux nous aider à appréhender ce sujet de discussion?


#7

La monnaie libre ne réduit rien , elle concrétise l’égalité spatio-temporelle entre les membres comme le font le mètre , de degrés celcius et la seconde.


#8

En qu’elle monnaie ? Parce que sous monnaie libre il n’y a pas moyen de créer des chiffres supplémentaires au DU .

Pour pouvoir acheter « tout » il faut non seulement qu’il existe des vendeurs et que l’acheteur ait la quantité de monnaie nécessaire au prix négocié.


#9

Égalité monétaire * n’est pas égalité si je suis propriétaire de ton logement et de ton outil de production et que je décide de la redistribution du profit.

J’ai bien compris l’idée d’unité de mesure, cela permet d’être plus rationnel, ça me plais beaucoup mais il y a un problème à cela, si tu établis une monnaie dans un monde ou les valeurs immobilière sont inégalement distribué à la base, rien ne dis que tu concrétise l’égalité spatio temporelle. il est même possible d’imaginer un monde encore plus inégalitaire. rationalisé dans système anarchique (batis sur la loi et non sur les hommes) il ne serai peut être pas possible de redistribué intelligemment.

Qui à parlé de monnaie ? je parles du droit de propriété. ce dont j’hérite, je n’ai rien dépensée pour l’obtenir, ni en euros, ni en g1 (pour ne pas dire UNL qui inviterais le lecteur a penser que je suis tout entier acquis au dogmatisme intellectuel et sectaire)

tu parles de marché, je te parles de propriété.


#10

Il ne me semble pas que la TRM ni la Ğ1 prétendent à aucun moment faire de la redistribution d’immobilier ou de ressources. Il est uniquement question de symétrie de création monétaire à partir d’une unité de référence pour une fois véritablement unifiée pas sa formulation. Pour le reste, je crie et je hurle aussi souvent que possible qu’une monnaie doit être aveugle des choses politiques, religieuses etc, afin de ne pas subir les aléas revanchards ou opportunistes des alternances fréquentes en ses matières.
Le partage des richesses est donc affaire politique, pas monétaire. La Ğ1 elle ne fait que permettre à chacun de produire sa part, rien de plus.
Il serait intéressant en revanche de commencer à imaginer une société politique meilleure, bâtie sur des échanges pratiqués en monnaie libre ainsi que des méthodes de rééquilibrage des pouvoirs, plutôt que de subir la perpétuation ad nauseam des déséquilibres indécents de ce vieux monde.
Éviter le monopole de propriété est un vrai enjeu de société sans aucun doute.


#11

En cherchant bien, je suis tombé sur ceci qui se défini comme théorie économique relative définie dans la Théorie Relative de la Monnaie.
Biens et création de Monnaie sont donc bien deux faces distinctes d’une même pièce économique.
À noter qu’il s’agit bien de définir la répartition de l’imposition fiscale, indépendamment de la production monétaire.
On peut enchaîner avec ce lien où il est fait référence au précédent : http://www.creationmonetaire.info/2016/11/loyer-implicite-ou-impot-foncier-contribution-relativiste.html


#12

Y.V. est mégalo comme tout politique, c’est le métier qui veux çà, on sais on sais!

Il présente un point de vue macro économique sur la scission du pouvoir économique et régalien, la monté en puissance du capitalisme, il prend en compte la temporalité des événements sans directement y associer la notion de symétrie, Économiste il s’intéresse surtout a l’asymétrie spatial de la création monétaire qu’il qualifie presque correctement dans sa dernière réponse que voici

  • en quelques mots, dans le monde post-capitaliste que vous imaginez, a quoi ressemble le système de crédit? et comment cela s’équilibre avec la souveraineté de l’état?

  • combien de temps on a ? en quelques mots: si nous avions un système ou la propriété privée s’applique sur les biens et services mais pas sur les processus de productions qui appartiennent (uniquement) a ceux qui en font partit, qui y travail, alors il n’y a pas besoin de crédit, du tout!

  • et votre justification pour cela ? ( ouech, c’est pas magique !)

  • le crédit n’est nécessaire que s’il y a une asymétrie dans la distribution du droit de propriété sur les moyens de productions. ex si nous travaillons ensemble, nous partageons les profits, tu n’as pas besoin de t’endetter auprès de moi ou l’inverse, nous partageons le travail et le profit, et il n’y a pas d’investisseurs


#13

Toujours cet angle mort de la monnaie et de son type de creation. Pas pertinent donc l’ex ministre grec .


#14

Dans ta retranscription, moi j’ai un peu de mal à voir ce dont il parle comme investisseur qu’il ne faut pas dans sa vision. L’investissement par le crédit, avec son endettement, sa prise de risque, sa part de capital sur le moyen de production, etc. ça je comprends. Pouf paf pif, poubelle, ce mécanisme il en veut pas. Ok. Mais pour acquérir , dirons nous comptant, le moyen de production. C’est quoi celui qui met le cash sur la table? Pas un investisseur? Un participant copropriétaire du moyen de production à part égale avec les autres humains qui l’exploitent et en sorte de la valeur? Moi ça ne me choque pas, puisque c’est typiquement le modèle quand on se cotise pour acheter une outil collectif (au hasard une rancunière, un camping car partagé, des trucs de copropriété) et que celui qui a moins de ronds est celui qui doit l’entretenir.

Mais à quel vitesse ce sera détourné?


#15

prêt n’est pas crédit ! je penses que c’est la la différence.


#16

Bonjour Bertrandbenj :slight_smile:

J’avais écrit un post là dessus il y a quelques temps, sur le fait qu’une partie de la population pourrait accumuler les biens de capitaux et se le transmettre via l’héritage, ton avis dessus m’intéresse :wink:


#17

“Production” et “Valeur” sont réfutés par la TRM.

La question que le relativiste se pose n’est donc certainement pas qui produit ou qui partage un inexistant.

La question que le relativiste se pose c’est : “étant donné un référentiel de mesure, comment s’évalue la relation ‘>’, qui permet de dire : ‘ici P1 > P2, ou Va > Vb’ ?”.

Sans comprendre le sens de cette question, on ne peut prétendre comprendre le début du commencement de l’introduction de la TRM.