Theo et Pit s'offrent un lifting pour leur vieux bizness

Theo et Pit s’offrent un lifting pour leur vieux bizness

Une petite fiction qui devrait le rester

Theo Rem et Pit Agor sont des actionnaires du fond de pension White Stone et de la banque Saxon Silverboy.

Ils ont conçu une stratégie pour sortir de l’impasse où se trouvait leur système de domination (les banques centrales étant arrivées en bout de course avec les méga quantitative easing et taux négatifs). ils firent le constat de la nécessité d’un code d’émission régulée de monnaie centrale, transparent et gravé dans le marbre, comme un incontournable (une preuve affichée pour le grand public de leur volonté d’être transparents et soumis à une règle qui ne prête pas flan à la contestation).

L’air du temps incitait aussi à ce que cette émission se pare d’un vernis équitable et éco-responsable.

Et ce système était déjà créé : la Ğ1.
Il n’y avait plu qu’à inciter les co-créateurs du DUĞ1 et les premiers utilisateurs à céder le maximum d’unités Ğ1 en leur possession en leur procurant tous les biens et services qui pourraient les satisfaire.

Ce système d’échange n’était pas trés performant en volume de transactions mais suffisant pour assurer des règlements inter-bancaires. L’étape concomitante à l’accaparement des Ğ1 était de lancer les Ğ-like banks. Ainsi furent créées la Ğ1 Theo Rem Bnk et la Pit Agor Ğbank.
En plus des services de distributeurs de Ğ1billtets, ils utilisèrent un nouveau réseau IPFS pour assurer le volume de transactions de leurs tokens privatifs siglés Ğ1-like. Ces tokens TheoRem et PitAgor étaient émis ex-nihilo comme dans l’ancien système, contre reconnaissance de dette, et versement d’intérêts, le principal remboursé étant détruit avec comme limite de création déclarée 100 tokens pour 1 Ğ1. La parité serait 1Ğ1-like = 1 Ğ1. Ils établirent aussi un taux de change avec les anciennes devises.
Et voila! C’était reparti pour un tour, leur système lifté, relooké avec un nouvel habit plus moderne, écologique et efficace grâce aux pionniers de la Ğ1.

Tout à fait, rien empêche, et on empêche personne, de faire une monnaie indexée sur la G1 :slight_smile: Par contre, pour rester honnête, cette monnaie ne doit pas s’appeler G1 :wink: Ni même monnaie libre, vu que la production de tokens dépend d’un producteur et de dépôts, et non d’un seul DU.

1 J'aime

Oui mais dans cette histoire ils ont conservé leur biais d’appeler Ğ1 leur tokens similiĞ1(comme on ne peut distinguer un BNP€ et un SG€ ou un BP€) comme on dit frigidaire pour un réfrigérateur ou hoover pour aspirateur en anglais.

Les ricains disent hoover, les anglais vacuum cleaner. Je me suis fait corriger à Londres.

1 J'aime

Zut, je croyais être le seul à avoir cette idée pour me faire de la June :money_mouth_face:
Hé oui en € on ne distingue pas les euros de chaque banque, qui ne sont pas des € de la BCE.

Tu veux dire que Théo et Pit mettraient toutes leurs UNL pour éveiller la curiosité de la foule sur les vertus de la monnaie libre, et donc sur les méfaits de la monnaie dette ? Ça fait rêver ! Sauf que… dans ton histoire, le but est de reconstruire leur business. Dans ce cas, j’appellerais ça se tirer une balle dans le pied.