Stratégie d'expansion de la monnaie libre


#1

J’ai deux interrogations actuelles sur la stratégie d’expansion de la TRM : 1ère question : puisque la monnaie est créée “en nihilo” dans le logiciel et donc dans le réseau producteurs/consommateurs, comment un producteur peut-il s’en sortir puisqu’il il fonctionne en économie reliée à l’euro ? Par quel mystère la TRM peut-elle se convertir en monnaie-dette Euro pour que le producteur puisse par exemple payer ses fournisseurs en euros ? 2 ème interrogation : il me semble qu’il est impératif de définir globalement une stratégie d’expansion d’un réseau TRM lui-même en liaison avec les monnaies dettes, c’est-à-dire en environnement ouvert. Je n’ai pas de réponse actuelle à proposer, peut-être n’ai-je pas tout compris, mais j’ai eu des questions d’amis qui ont regardé l’excellente courte vidéo de présentation “du sou mayennais”, hélas cette vidéo expose quelques rudiments en économie fermée TRM…?


#2

Dans l’exemple du “Sou”, il est proposé que l’utilisation d’une monnaie libre ne se fasse pas d’un coup. Il est possible par exemple de commencer en n’acceptant que X quantité de “Sou” le premier mois, et de voir. Et plus il y aura d’utilisateurs, plus ça vaudra le coup. On en peut pas forcer les individus à utiliser la monnaie de leur choix. L’exemple du repas de fin d’année par exemple, qui peut être payable en “Sou” dès lors qu’il est possible d’acheter de la nourriture en “Sou”. Je pense que @kimamila pourra être plus précis, ou rediriger vers une explication plus détaillée, car c’est en le faisant que l’on pourra se rendre compte.

La TRM est une théorie, elle ne fait que répondre à des questions, en définissant ce qu’est une monnaie libre. "Etant données les 4 libertés économiques, seule une monnaie créée sur la base symétrique de ses utilisateurs humains présents et futurs est une monnaie libre. On appelle alors cette monnaie ‘libre’ pour cette raison "

Ca ne répond pas à l’interrogation, j’en conviens, c’est juste pour préciser que la TRM est une démonstration et rien d’autre.

TRM = Théorie démonstrative Duniter = Logiciel, générateur de monnaie libre (Métabrouzouf, Test-Net, Sou, … ) Cesium = Logiciel Client, afin d’utiliser les monnaies crées par Duniter. Test Net = Monnaie libre de test, ayant un code monétaire particulier (c=10%/jour, et la formule de calcul du Dividende Universel (DU) = (1+c) * DU(t-1)

Et oui, tout à fait d’accord. @poka


#3

Il me semble que le producteur/commerçant devra s’il a besoin d’€uros vendre une partie de ses biens/services en €uro pour satisfaire les fournisseurs qui n’ont pas adopté de ML. L’autre solution est d’échanger des €uros contre de la ML. Le taux de conversion étant une estimation librement fixée par les deux parties. À partir du moment ou on utilise deux monnaies dont l’une n’est pas globalement adoptée, cette question ne pourra se résoudre que de deux façon:

  1. l’acheteur se débrouille pour acquérir la monnaie que demande le vendeur
  2. Le vendeur se débrouille pour adhérer à la monnaie que propose l’acheteur.

Mais l’idée qu’il puise y avoir difficulté à échanger de la ML contre des €uros peut devenir totalement saugrenue et même s’inverser si par exemple l’€uro venait subitement à fortement dévaluer. Et ce n’est peut être pas de la science fiction… Ne serait il pas surprenant dans ce cas de se poser la question: “Par quel mystère l’€uro peut il se convertir en Monnaie Libre pour que le producteur puisse payer ses fournisseurs en ML?” Dans un tel scénario, les volontaires ne manqueraient pas…

Edit: (j’aurais d’ailleurs du me limiter à cette réponse pour être moins long) Pour le Bitcoin créé ex-nihilo tout comme la monnaie libre, la question du change se pose t’elle?


#4

Merci pour votre réponse qui me reprécise bien les termes TRM, Duniter, Cesium, Test Net. Nous en sommes si j’ai bien compris au début d’expérimentation réelle (béta-test) de code monétaire particulier, reposant sur une philosophie humaine à laquelle nous adhérons. Mais il me semble aussi qu’il faille rapidement penser à l’insertion concrète du modèle dans l’économie réelle que nous “subissons” aujourd’hui, sans quoi le beta-test fonctionnera en circuit fermé sans expansion possible. Il me semble qu’il faut modéliser le projet, très vite, en interaction avec l’économie actuelle qui fonctionne avec les monnaies-dettes.


#5

Je connais mal le Bitcoin, mais il me semble que c’est un système monétaire qui a rendu possible la spéculation (ce grand travers humain…). Dans ces conditions,les prédateurs classiques ont eu intérêt à établir une conversion en monnaies dettes… Les systèmes spéculatifs ne sont pas dans la philosophie des SEL…


#6

En effet le bitcoin n’est en rien symétrique. Il ne correspond en rien à l’esprit de la monnaie libre puisqu’il privilégie les primo entrants. Si je le cite c’est qu’il a en commun le principe de la blockchain (inventée pour le bitcoin) mais totalement réécrite par notre génial cgeek pour les besoins spécifiques du modèle TRM. Si donc le bitcoin est convertible en €uro, pourquoi cela serait il plus difficile avec la monnaie libre qui elle aussi est numérique.

D’ailleurs pour revenir sur le terme ex-nihilo utilisé précédemment, il faudrait préciser qu’il est faux d’accoler ce mot autant au bitcoin qu’à la monnaie libre. En effet l’émission de bitcoins est créée par la puissance des machines mises à disposition du calcul des blocks de transactions, permettant au bitcoin d’exister. Dans le cas de la monnaie libre, ce qui crée la monnaie, c’est la valeur inaliénable et égale pour tous de chaque être humain. L’être humain étant la valeur, il est difficile de l’ “ex-nihiler” :slight_smile: S’il est une monnaie créée ex-nihilo, alors parlons de l’€uro, du Dollar, du yen, yuan, dinar et j’en passe et des meilleures qui toutes le sont de manière certes partielle mais très importante (env. 95%).

Pour ce qui est des monnaies locales complémentaires, c’est une approche intéressante pour un éveil éthique à l’utilisation de la monnaie. Je ne lui trouve qu’un défaut, c’est d’être adossée à la monnaie dette, ce qui n’en fait donc pas une monnaie libre. Et si l’on a l’illusion d’échapper à l’aliénation de la spéculation, tout cela au final a son équivalent en valeurs fractionnaires sur un compte bancaire qui permettrons de faire de nouveaux crédits. Mais bon, ne tirons pas sur l’ambulance…


#7

Je dois vous préciser ma pensée actuelle (elle va évoluer heureusement ! ) : un système monétaire de monnaie libre appliquant la TRM me semble très séduisant (compte tenu des valeurs humaines qu’elle contient) , sa mise en pratique dans un réseau fonctionne forcément dans un réseau isolé, j’allais dire presque dire en autarcie. Quand on “joue” au monopoly, on est en autarcie…Les grandes zones monétaires actuelles, fonctionnant sur la monnaie-dettes, ont des pontages entres elles sous la forme des taux de conversions…Ce sont en effet des monnaies créées ex-nihilo. Ex-nihilo veut bien dire création par le système.(bancaire privée à 85% pour l’euro, dispositif de création reposant sur des valeurs humaines pour les monnaies libres), mais création par le “système” au sens de la mécanique logicielle. Dans le monde humain, on est en relation avec tous les hommes et l’environnement de la nature. Un système “isolé " n’est pas durablement viable. Un système monétaire libre, s’il veut croitre, doit contenir des dispositifs qui puissent l’insérer " en douceur” dans un environnement " hostile" (ici en proximité/liaison avec les zones monétaires actuelles). J’imagine délà mon petit fermier qui me vend des oeufs actuellement en euros (2,5 € /la douzaine !), séduit par le concept de monnaie libre, mais qui paie le grain de ses poules avec un fournisseur qui n’accepte que les euros…! Comment fera-t-il pour survivre ? En conclusion (très provisoire et avec grande humilité !), je dirais que la TRM dans sa forme actuelle, est incomplète : il faut lui adjoindre un module de stratégie d’expansion en milieu hostile !! Me suis-je bien fait comprendre ?


#8

La TRM, comme son nom l’indique, est une théorie, ni plus, ni moins. Quant à la monnaie, libre ou pas, elle sert aux échanges de valeurs. “Un module de stratégie d’expansion en milieu hostile” n’a de sens, ni pour l’une, ni pour l’autre… :slight_smile:


#9

Je gomme le mot “hostile” ! Je le remplace par l’idée : stratégie d’expansion en environnement monétaire hétérogène. Correct ?


#10

Avant d’envisager une expansion des monnaies libres, il s’agit de les créer…


#11

Bien dit.

Il suffit de penser conformément au raisonnement de la TRM : de manière différentielle (par petits pas). Ainsi prenons le cas du fermier qui vend ses oeufs 2,5 € / douzaine, et mettons qu’il produise 50 douzaines d’oeufs dans le mois. Il peut très bien commencer par vendre 4 douzaines d’oeufs par mois en monnaie libre et continuer de vendre ses 46 autres douzaines d’oeufs en € pour commencer.

Ainsi non seulement il ne prend que peu de risques, mais immédiatement un taux de change va se mettre en place. Car s’il vend sa douzaine d’oeufs disons 1 DU mensuel (la monnaie libre valant relativement peu au démarrage), alors d’autres personnes proposeront d’acheter des DU à d’autres encores pour 2,40 € / mois ou moins, faisant ainsi une économie de 0,10 € / mois sur l’achat d’une douzaine d’oeufs.

A l’inverse si le DU mensuel se vend en € bien plus que 2,5 €, mais à 250 € par exemple, il devient évident que le prix de vente des 4 douzaines d’oeufs en monnaie libre ne sera pas intéressant et qu’il n’en vendra pas, sauf exception par manque d’information.

Donc le simple fait qu’un seul producteur se propose de vendre une part minime de sa production en monnaie libre instaure de facto l’existence d’un taux de change minimal entre monnaies.

Car l’échange l’économique a pour propriété la transitivité. Pour être plus précis on dira “transitivité dans l’espace-temps local”, car on comprendra assez bien que la transivité 1 fiacre = 10 Louis d’or = 3 années de livraison de pain en (France,1835), ne vaudra pas référence transitive en (France, 2016) ou (Papouasie, 1835) ou encore (Papouasie, 2016).

L’incompréhension de ce point fondamental menant à des raisonnements et conclusions erronés.

On pourra étudier avec bénéfices :

L’homme souhaitant contribuer au développement d’une monnaie libre réalisant ses propres analyses, comptes rendus, publications de vidéos sur les points qu’il a compris sur son propre blog, comme ne l’auront pas manqué de faire les participants aux modules Galilée et Yoland Bresson des RML7.

Car c’est au fait que l’éveillé ne fait pas qu’écouter, mais participe lui-même de la transmission de ce qu’il comprend par son propre raisonnement, que l’on reconnaît qu’il participe au développement de ce qu’il veut voir advenir dans le monde.

La contraposée étant évidente.


#12

Vous avez raison,rien ne vaut l’expérience concrète pour enrichir, faire progresser, un modèle initial, c’est-à-dire, comme l’écrit Mamygeek : "qu’il s’agit de créér " d’abord un premier système réel.


#13

Oui tout à fait. Sauf que là il s’agit pas d’un système de crédit mutuelle, comme un Sel. C’est un système de comptabilité mutuelle sous forme de revenu de base créé équitablement par chacun. L’inflation est paramétré dans le fonctionnement intra-sec de la monnaie de manière à avoir constamment, pour chaque individu dans le temps, suffisamment d’argent pour les échanges et cotisations nécessaires. C’est une monnaie incapitalisable car la masse monétaire global tant constamment vers une moyenne.

Non je pense au contraire qu’il faut prendre son temps. D’abords le logiciel n’est pas encore prêt pour la production. La monnaie Test-Net est maintenu par les développeurs qui s’éfforces tous les jours à comprendre comment améliorer la toile de confiance et corrigé les problèmes de scalabilité de la blockchain. C’est un boulo monstre qu’ils font.

Par contre il est évident qu’il y a beaucoup de choses à faire en parallèle du développement de Duniter mais qui sont absolument INDISPENSABLES pour songer à la réussite d’un tel système monétaire…

Il serait intéressant d’abords que le mouvement Sol, regroupant un grand de Monnaie Citoyennes locales actuellement indexés à l’euro, s’intéresse de prêt à ce concept, car il y à déjà aujourd’hui beaucoup d’acteurs économiques sur le territoire qui sont depuis des années dans une démarche d’émancipation.

Maintenant, je pense que les réseaux sociaux citoyens, dans toutes leurs forment, vont être aussi déterminant pour l’expansion des monnaies libres. Si nous arrivons à numériser les institutions et administrations étatiques, sous forme de réseau social citoyen, avec informations et interactions locales et communales, place de marché virtuelle (type le bon coin) décentralisés et en monnaies libres, systèmes de cotisations sociales pour financer se que chacun voudra grâce à des outils de versionnement de texte simples, ouvert, incluant outils de prise de décision collective et pensé pour favoriser l’intelligence collective…

Si on arrivent à faire ça, alors oui, je pense que l’ensemble de ces outils numériques pourrons être utilisés à grande échelle par qui le veut, dans un premier tant en complément de l’euro…


#14

C’est un scénario… il y en a d’autres :wink:


#15

Fort heureusement, avec une monnaie libre, l’être humain reste parfaitement libre de disposer de son DU comme il l’entend, qu’il soit d’accord avec d’autres membres de la monnaie, ou en désaccord, les membres de la monnaie partagent un même DU, les uns développant tel ou tel modèle social, ou économique, ou ni-social ni-économique, ou autre chose encore, sans avoir à convaincre personne de s’y plier.

De sorte qu’à part développer adopter et utiliser une monnaie libre, ce qui s’explique par démonstration relativiste, l’homme ayant pleinement réalisé le sens de la TRM n’a rien à dire ni à faire de plus, il ne s’embarrasse ainsi de rien de superflu, et sait que ce qui reste à faire est simple, rapide, léger.

Seule la poursuite du superflu explique la non-réalisation d’une monnaie libre.


#16

Comme il a été expliqué précédemment, un marché de change se mettra en place naturellement.

Perso ce qui m’interpelle pour l’expansion des monnaies libres, c’est plutôt l’inverse : faire attention à ce que le système ne soit pas trop ouvert ; autrement dit faire en sorte que la monnaie circule pas mal en interne et que les utilisateurs ne doivent pas sans arrêt convertir leur ML en euro. Je sais pas si c’est un point important ou pas. Si ça a besoin d’être cadré/orienté ou si ça se mettra en place tout seul d’une bonne façon.


#17

Ce qui est très très probable, c’est que ca ne sera ni cadré ni orienté, les gens échangeront dans la monnaie la plus pratique ou/et économique ou/et lucrative. Encore une fois la monnaie libre porte l’adjectif “libre” pour une bonne raison. Entre autres celle de choisir et échanger dans la monnaie qui nous convient. Il n’y a encore une fois rien à cadrer, sauf à réfuter une ou plusieurs des quatre libertés, mais dans ce cas, on ne parle plus de monnaie libre.


#18

Pouvez-m’éclairer CONCRETEMENT sur un exemple de dispositif CONCRET ; j’ai des DUs, je suis producteur, j’ai besoin d’€ pour payer mes fournisseurs, comment puis-je faire CONCRETEMENT ?


#19

Le paiement en euro est-il la seule solution possible?


#20

Le producteur achète en DUs au fournisseur qui les accepte et en euro à celui qui ne les accepte pas, ses clients le paient en DUs ou en euro. Les 2 cohabitent dans une proportion variable au fil du temps.