[Sondage] Réunion de constitution d'une équipe de travail pour le développement de la monnaie libre chez les commerçants

Numéro de compte 52 pour indiquer les jetons de Ğ1 détenus.

La catégorie 5 c’est la trésorerie! La Ğ1 n’étant légalement pas une monnaie, elle ne peut être compté en trésorerie. La Ğ1 est un actif, elle doit être comptabilisé dans un compte de catégorie 2, peut-être 27, à vérifier auprès d’un comptable.

Sur le site cité plus haut, ils parlent bien du compte 52 (et dérivés) pour comptabiliser les jetons :

52 Instruments financiers à terme et jetons détenus
5201 Instruments financiers à terme
5202 Jetons détenus
5203 Jetons auto-détenus

Donc plutôt le 5202 à priori.

1 J'aime

A mes yeux, intéresser de façon exponentielle ne peut se faire qu’avec du concret pour les intéressés, pas uniquement avec le symbole que représente cette monnaie. Si demain on a un circuit alimentaire primaire (légumes/fruits/pains) autour de nous (une sorte d’AMAP?) acceptant le G1, j’imagine une émulsion bien plus puissante car on touche un sujet qui intéresse beaucoup par chez moi : manger via les coopératives et le trocs.

2 J'aimes

Ça tombe bien parce que la june est concrète. Voici les statistiques de ses flux d’utilisation : https://g1-stats.axiom-team.fr/

Je ne parlais pas de la G1 mais de sont utilisation Car montrer des statistiques n’a pas autant de poids que de dire « Avec cette monnaie et son DU tu peux avoir un panier de légumes au bout de x temps ». Merci toutefois pour le lien! :slight_smile:

Les stats ne montrent pas que la ğ1 mais les flux de la ğ1 , son utilisation. Comme ici Cesium aussi nous montre les flux sous forme de courbe:

Nb: concernant ce qui est échangé avec les ğ1 , le plus simple et efficace pour l’eveil est d’indiquer des exemples de vos achats ventes personnelles.

1 J'aime

Oui toutefois les exemples de consommation locale (paniers fruits/légumes, restaurant…) et de service (cours à domicile, entretient du jardin…) ont plus de poids que des transactions lié au marché de l’occasion, je pense. Donc l’idée de développer le réseau de proximité avec les commerçant et artisans c’est une bonne idée à mon avis.

1 J'aime

Je pense le contraire.

L’essentiel est de montrer soi même l’exemple, quel que soit le type d’échange.

Salut @Talek !

On c’est croisé à Clisson à la dernière rencontre. De mon côté j’ai l’idée de répertorier les semenciers de graines paysannes puis de les contacter pour leurs soumettre l’idée de June, afin qu’ils puissent vendre des graines non-hybride à des maraîchers pro, comme cela on pourrais voir apparaître un circuit june, de la matière première à l’assiette.

Je ne me suis pas encore organisé pour cette nouvelle quête, mais on pourra en parler lors d’une prochaine rencontre.

2 J'aimes

Salut! Sans photo c’est difficile de savoir qui tu es car il y avait du monde mais j’adore ton idée! Effectivement, j’en discuterai avec toi avec plaisir. Mon amie Anaïs se pose la question tout de même des risques de croisement d’espèces avec la pollinisation non contrôlée. Est ce que les semanciers vont effectuer des contrôles ? :slight_smile:

Et bien écoute j’ai déjà planter des non hybrides ca c’est bien passé, et qu’importe… je préfère manger des fruits qui on étaient pollinisés naturellement que de manger des fruits stériles de chez monsanto.

Ton idée me plait bien ! Non seulement les produits des maraichers pro qui utiliseront les graines pour ensuite vendre (en partie) leurs produits en June, peuvent intéresser les particuliers, mais aussi cela pourra intéresser certainement L’Etrillum à Nantes :wink:

Dispo pour en discuter à un prochain apéro à Clisson (ou ailleurs ? :wink: ).