Qu'est qu'un prix libre pour vous?

C’est bien comme ça que je vois les choses.
Ce qu’on nomme " péjorativement" le marchandage est en fait une discussion autour de la valeur des choses.
L’affaire se conclue si le vendeur et l’acheteur sont contents ! Sinon, tant pis…
Et je suis d’accord que c’est tout à fait un apprentissage, comme si on s’installait à l’étranger, en effet. Je trouve cette image pertinente.
Au début on est un peu perdus et parfois on ne vend pas assez cher en l’ignorant mais l’expérience rectifie progressivement.
On peut y retrouver les comportements de dans la « vraie vie » radinerie, mesquinerie mais aussi générosité et ouverture.
En discutant…
Créer du lien grace à la consommation, en voilà un nouveau et intéressant paradigme !

3 « J'aime »

La situation dont @Tchois nous parle, se rapproche de: «prix: à discuter».

Au contraire, apparemment il y a débat…

:point_right: Telegram: Contact @monnaielibrejune

Regarde le nombre de membres qui ne renouvellent pas leur certification pas après 2 ans passés dans la monnaie libre.
Tu en tires quelle(s) conclusion(s) ?

1 « J'aime »

Sur le terrain il n’y a pas de débat mais des echanges économiques et des prix pratiqués.
Les blablas sur les réseaux ne sont pas du tout de la réalité de terrain mais plutôt des postures et possibles impostures.

Concernant les personnes qui ne renouvellent pas leur adhésion, c’est qu’elles ne sont pas déterminées à changer de monnaie.
Il y a plusieurs raisons cumulatives à ce que des personnes ne soient pas déterminées à changer de monnaie:
Ne pas avoir compris, ne pas avoir été informé sérieusement, ne pas chercher à rencontrer, ne pas vouloir faire d’effort d’ initier et préférer attendre que les autres s’en occupe etc.

Pourtant sur le terrain, savoir comment fixer un prix ou attribuer une valeur à un produit ou service sur ğChange et/ou dans un ğMarché est une question très fréquente : certains confondant la fixation d’un prix avec celui d’un taux de change.

Tu serais un peu plus sur le terrain, tu le saurais.

Avant de mal interpréter tes propos, en parlant de « possibles impostures » tu veux dire quoi plus précisément ?

Toi aussi tu participes très activement à ces blablabla…
Serais-tu le seul à pouvoir t’exprimer, telle une unique vérité absolue sans aucune contradiction ?

Ça c’est de l’analyse profonde ou ton ressenti de terrain ?
Si c’est une profonde analyse elle n’est pas objective.
Si c’est ton ressenti de terrain, tu es un être vivant au dessus de tous : toi même ayant donc réussi à vivre uniquement en Monnaie Libre et sans aucune dépense en MNL-€ ? Nous en doutons sérieusement.

Revenons sur la liberté 2 de la TRM : Il est noté dans ta présentation : « cette utilisation doit être conforme à la non-nuisance réciproque, clause Lockéenne »

Pourrais-tu être plus explicatif sur ce point…
Considérant cette clause, pourrais-tu expliquer comment l’appliquer au prix libre en Ğ1.

Petite références :

On a souvent justifié l’allocation universelle comme contrepartie à la propriété privée de la terre. Le philosophe anglais John Locke justifiait en effet l’appropriation de biens communs (comme la terre) et donc le droit de propriété en déclarant, entre autres, que seul un propriétaire privé aurait intérêt à la mettre en valeur, puisque selon Locke, le droit de propriété s’applique uniquement au produit de son travail. Cependant, privatiser une terre implique d’exclure les autres êtres humains de l’accès aux ressources naturelles, si bien que, selon la « clause lockéenne », la justice commande d’indemniser les gens pour la perte de leur droit à se livrer à des activités telles que la chasse, la pêche, la cueillette ou encore l’extraction des ressources naturelles minérales.

La Justice = l’ordre et la morale. On en revient à l’autre débat en parallèle :
:point_right: Notions de morale dans la monnaie, prospective et réflexions concrètes

En effet, la « clause lockéenne » exige que, lorsque quelqu’un s’approprie un objet, il doit en rester, selon la formule de Locke, « suffisamment et en qualité aussi bonne en commun pour les autres »22. Par exemple, quelqu’un n’a pas le droit de s’approprier l’unique source d’eau dans un désert. Pour contourner ce problème, Robert Nozick affirme ainsi que, dans un tel cas, l’appropriation originelle d’un bien commun ne peut se faire qu’à condition de compenser les autres utilisateurs « de telle sorte que leur situation ne se détériore pas par elle-même »23.

Là aussi il y a une forme de morale quant à la fixation d’un prix en Monnaie Libre.

Certes, Il n’y a aucune instance judiciaire (ni aucune instance de Justice Sociale) dans la Monnaie Libre qui permette de constater si un prix fixer en Ğ1 est conforme à la clause Lockéenne ou pas.

Et quand bien même, quelles en seraient les sanctions applicables par la communauté ?

* Petites références :

:point_right: Clause lockéenne — Wikipédia
:point_right: Libéralisme et justice sociale: la clause lockéenne des droits de propriété - Persée
:point_right: La « clause de Locke » au service de « l'égaliberté » | Cairn.info