Quel est aujourd’hui le champs économique en UNL le plus pertinent à financer pour permettre de à la fois aider à grandir et sécuriser la toile de confiance


#1

J’ai pensé à cofinancer en UNL un informaticien pour permettre de sécuriser l’acces en local d’utilisation sur mac et iOS. Est ce pertinent selon vous ?

Si oui quel montant faudrait il pour financer l’application dans la liste de la pomme ?

Si non que proposez vous comme cofinancement plus pertinent pour à la fois aider à sécuriser l’acces la toile de confiance et l’agrandir sur d’autres appareils que sous androïd?

Il existe sur Toulouse Fred Reunault qui essai de faire sécuriser un transfert de Ğ1 par SMS avec le réseau gsm . Est ce pertinent de le cofinancer en UNL pour aider à finaliser ? Si Oui le montant nécessaire en UNL serait de combien ?

Si non quoi d’autre comme financement en «one shot » nécessaire pour la toile ? Pour Duniter peut être ? Ou gchange, gannonce ?


#2

N’étant pas dev, j’ignore la masse de travail que ces projets réclament. Est-il possible d’avoir une fourchette ?

Les réponses seront d’autant plus intéressantes que les membres auront une meilleure idée des effort conséquents produits par les contributeurs au code.


#3

Je ne suis pas contributeur au développement, par contre j’ai déjà suivi qq projet d’app pour iPhone il y a quelques années. Je ne sais pas si ce que je m’en souviens est encore valable. Je vais me renseigner. Il y a plusieurs critères pour estimer le coût :

  • Déjà entrer sur une demande sur le marché des devs sur l’app store, ça nécessite que l’éditeur ait un compte payant pour proposer sur l’app store. Il faut une structure juridique qui tiennent sur le long terme et qui continue à payer l’abonnement années après années. BAM, c’est par défaut 1000€
  • il faudra une maintenance, parce qu’une app, c’est toujours des évolutions, des corrections. Comme on ne finance pas l’app avec des pubs ou des ventes ou frais en UNL, daut compter au minimum 50€ par an.
  • qualité et finition
  • Le design est plutôt similaire à celui d’un site web , si on parle bien de Cesium.
  • la base des données locales, pour fonctionner un minimum sans être connectée en permanence.
  • La base de données sur le réseau, pour une app d’Iphone , ipad, type Cesium pour Duniter, on ne parle que des API ( les interfaces de connexion aux noeuds de ref). Comme c’est documenté et que l’équipe de dev est plutôt réactive aux questions techniques, c’est facilitateur pour négocier le tarif.
  • interface d’administration spécifique ou non: ici non
  • les langues
  • le niveau de développement actuel, avec pour nous la chance d’avoir déjà un modèle de conception en place sur la version web et Android. C’est l’élément qui fera vraiment baisser les coûts.

On est sur une cartouche à 6000. C’est négociable à moins de 5000€ j’imagine, car on peut appeler à la fibre de désir d’investissement personnel dans un projet avec du sens pour autre chose qu’un produit quelconque. Et ce n’est pas non plus ultra compliqué. Mais l’écrire ici, consultable par tous, ça fixe les choses.

Il y a aussi un éléments qu’on se doit de bien maîtriser, c’est le suivi de l’avancement et la revue du code. Ca a un vrai coût supplémentaire. Parce qu’une bonne facturation de développement en UNL, c’est quand les conditions te permettent de faire recracher au bassinet le client. Par exemple, quand il ne manque pas grand chose pour terminer mais que ça empêche de livrer. Ou que les contraintes contractuelles n’ont pas permis de maîtriser les débordements lorsque les specs un peu foireuse ont été modifiées eu cours de projet. C’est les petites joies d’un achat de développement logiciel en UNL.


#4

Une thématique de discussion typique de RML. On en parle sur Bordeaux tantôt. :slight_smile:


#5

Pour ce qui est de compiler cesium pour la marque à la pomme , il s’agirait semble t il de filer le matériel nécessaire à Benoit Kimamila / Quinenapa , tout simplement . :slight_smile:


#6

Il ne faut pas oublier les l’achat de matériel à la pomme por tester tout ça! Boom 1000 boules d’aïePhone de plus :slight_smile:

Rien que ça, c’est déjà rédhibitoire …


#7

Bah, il suffit de demander un prêt ou un don de Mac autour de soit pour la bonne cause.

Un appel à contribution pour le matériel et une petite caisse pour les frais de pomme et hop s’est réglé …avec la remarquable bienveillance de Benoit dont certains devraient prendre de la graine. :slight_smile: