Prix en proportion des revenus ou du patrimoine de l'acheteur

J’ai été très agréablement surpris par la proposition de @Yvv

peu de personnes, une fois le principe des prix en relatif (DU) assimilé ne songe à pousser la réflexion plus loin sur les échanges.

Pour comprendre les prix en DU, il faut comprendre le problème de l’inflation de la masse monétaire. Et quand je tente d’expliquer le principe du DU, le blocage vient d’abord de la compréhension du problème que cela résout (inflation de la masse monétaire et ses conséquences mathématiques sur la valeur des unités par rapport au total).

Une fois qu’on a compris :

  • L’inflation de la masse monétaire
  • La solution par le DU

On s’échange avec des unités « stables » mais avec des réflexes quantitatifs.
J’ai l’impression qu’ils nous manque une info…

Je propose donc, à l’instar de @Yvv, de pousser la réflexion du relatif sur les échanges eux-mêmes.

Pour ma part, j’ai pensé à l’idée suivante :

Fixer le prix relativement aux revenus ou patrimoine de l’acheteur.

Vous allez chez le marchand de vélo. Il vous annonce fièrement qu’il pratique les prix en DU G1, donc stables. Il dit que c’est égalitaire à la création. Le vélo vaut 500 DU G1.
Vous achetez 2 vélos car vous êtes pété de Junasses, genre 2500 DU G1 !

A côté de vous, un nouveau juniste qui n’a que 500 DU G1 sur son compte proteste et se plaint au vendeur.
Votre prix n’est pas égalitaire !
Faîtes un prix en fonction du patrimoine de l’acheteur en DU G1.

Le vendeur accepte et demande 20% du patrimoine de l’acheteur pour ce vélo.
Il reçoit 2 x 20% de votre patrimoine de 2500 DU G1 pour 2 vélos de votre part, soit 1000 DU G1.
Le râleur paye 20% de son patrimoine de 500 soit 100 DU G1.

Le vendeur a reçu 1100 DU G1 soit moins que ce qu’il demandait avant cette révolution.
Il ne sera tenter d’accepter que si la majorité de ces clients insistent…

Chaque acheteur peut s’acheter autant de vélos, soit 5 à 20% du patrimoine (égalité devant les ressources).

Je ne sais pas si cette idée existe quelque part, si elle a déjà été théorisée ou non.

Bref, c’est cadeau.

A vos réflexions…

PS : si quelqu’un est chaud pour faire un exemple en se basant sur les revenus de l’acheteur, vous avez trois heures !

3 « J'aime »

Y a-t-il une erreur de calcul?

@vit : 1000+100 = 1100 (et pas 1500)

1 « J'aime »

Bien vu ! Y a une énoorme erreur. Je corrige !

Du coup mon idée n’est pas neutre pour les vendeurs, qui risque d’être réticent à basculer vers cette option. A moins que tous les clients insistent.

@vit : J’ai eu la même idée que toi il y a un mois. Je souhaitais proposer de travailler pour un salaire horaire de 1% de l’avoir du compte G1. Avec un minimum de 1G1/h et un maximum de 100G1/h.

Mais je me demande si les gens sont prêts, jalousie, toussa… Un riche qui verrait qu’un pauvre ne verse qu’une ridicule somme ne va-t-il pas renforcer son avarisme? Un pauvre qui verrait qu’un riche me verse une fortune ne va-t-il pas s’abstenir de m’employer?

1 « J'aime »

ou travailler pour un pourcentage de la masse monétaire que le membre a pu créer. En gros, combien de DU j’ai pu créé dans le passé quelque soit le niveau de mon solde aujourd’hui…
Si j’ai un compte avec peu de june, ce n’est pas forcément que je suis pauvre, mais que j’ai pu en dépenser un max avant.

Faudra-t-il présenter une déclaration de patrimoine pour chaque échange ? :innocent:

4 « J'aime »

Salut @vit je te remercie pour ton appréciation.

En fait, dans mon coef relatif à l’ancienneté, ta question est également traitée. C’est une question qu’on me pose quasiment à chaque fois que je présente mon coef. Je reformule d’ailleurs spécifiquement pour @BSamuel ce point précis :

La question de @Maaltir pointe précisément la conséquence redoutée. Autant il est facile de demander ou récupérer l’ancienneté de l’autre, facile de demander s’il est d’accord pour appliquer un coef pour équilibrer un écart non légitime et seulement mathématique, autant il serait très délicat - humainement ou techniquement - de faire un « inventaire des mouvements et transactions », en plus de l’inquisition morale que cette démarche impose.

Il m’est arrivé de pratiquer cette reflexion en tant que vendeur, en fait c’est même assez naturel… si je suis fasse à un nouveau je fais en général des prix moins cher mais il m’arrive à l’inverse de gonfler un peu fasse aux gros patrimoines.
Je ne fais pas de calcul précis par contre, ça me dérangerait de vendre un pot de confiture contre un % de patrimoine, cela paraitrait prohibitif.

Evidemment il est aisé de cacher sa fortune, donc ça ne tient pas completement.

Plutôt que devoir faire des déclarations de patrimoine on pourrait fonctionner as la confiance et par exemple en tant que vendeur on pourrait définir un prix "plancher " correspondant au coût de production par exemple, et une part variable ( genre 0,5 DU tous les X DU de patrimoine) l’acheteur choisi de payer

Un peu comme certaines associations qui font des cotisations variable sur la base du déclaratif

Je me dit que ca permet de ne pas trop complexifier la discussion et davoir une approche d’entraide « au démarrage » si on pousse plus loin avec la possibilité de s’inspirer du systèmes de cafés suspendu. Je m’explique, si une personne qui as les moyens et paye pour 1,5 fois le prix. Une personne qui as l’inverse en as moin, pourrait avoir un prix plancher plus bas.

Tous ca sur une base de confiance évidemment

Est-ce que c’est un délire total selon vous?

Le pourcentage du patrimoine devrait peut-être se baser uniquement sur la création monétaire.

Car niveler le « pouvoir d’achat » par un pourcentage du patrimoine n’encourage pas à produire des biens ou services pour augmenter sa capacité d’échange. [je ne dit pas qu’il faut l’encourager, mais cela risque de réduire le nombre de biens ou services proposés…]

La difficulté de tous les systèmes voulant tendre vers l’égalité, c’est de savoir exactement : qu’est-ce que le système pénalise ? Qu’est-ce que le système encourage ? Et les effets de bords, pas toujours visibles au début…

Pour « vérifier » le patrimoine, les logiciels clients peuvent le faire en calculant le cumul des DU pendant les périodes d’adhésion de l’identité. Par contre, cela ne fonctionne plus si on change d’identité. Et même pourrait inciter à changer d’identité pour faire une remise à zéro du compteur… :sweat_smile:

Bref, je ne passe pas assez de temps sur le sujet pour le pousser dans ses retranchements. Je compte sur les autres ! :wink:

Je pratique le prix libre pour mes créations, et pour moi elles ont toutes la même valeur.
Le moins cher que j’ai vendu c’est 30Ğ1 l’unité et le plus cher 150Ğ1.
30Ğ1 à un enfant dont les parents débutaient le jour même, 150Ğ1 à un ancien pété de Junes :grin:

En moyenne je vends aux alentours des 100Ğ1 l’unité.

Lors d’un gmarché, une personne que je connais bien, qui est dans la june depuis plus longtemps que moi et qui est active, m’achète deux articles et me verse 100Ğ1.
Sur le coup, un peu surpris, mais étant donné que je fait prix libre, j’accepte sans rien dire.
En y réfléchissant, cette personne est active au développement de la June, mais pas seulement à la vente, elle organise, renseigne, aide… un peu comme moi, et je comprend qu’elle ne rentre pas autant de monnaie que son investissement, et donc son pouvoir d’achat n’est pas illimité.

Tout ça pour dire que des critères basé sur la production du DU ou sur le patrimoine, n’est pour moi pas une solution, je resterais donc à la tête du client, méthode totalement arbitraire, mais j’assume.

5 « J'aime »

Peut-être est-ce une personne qui comme une minorité silencieuse, souhaite que la june devienne une monnaie forte?

1 « J'aime »

" cela risque de réduire le nombre de biens ou services proposés" : Pas certain qu’on puisse vraiment reduire l’offre et la demande !