Présentation Andréas


#1

Bonjour à tous,

Ca fait quelques temps que j’entends parler des monnaies libres et de la TRM sans vraiment prendre le temps de comprendre.

J’ai récemment découvert le projet duniter et la Ĝ1 sur linuxfr et je suis littéralement tombé dedans !

C’est tellement bien pensé, ça comble tellement bien les problèmes posés par le bitcoin (qui est vraiment une arnaque si on y pense car si jamais cela devient une monnaie utilisée massivement, on a juste trouvé le moyen le plus efficace pour créer de l’inégalité et rendre quelques personnes milliardaires sans trop d’effort), bref je suis conquis !

Personnellement, j’ai bientôt 32 ans, je vis dans la Vienne, près de Poitiers et suis informaticien (développeur) et formateur en informatique. Je travaille en tant qu’indépendant dans une SCOP bien sympa qui est un Coopérative d’Activité et d’Emploi (CAE) et c’est assez chouette. A côté de ça, je m’intéresse à plein de choses dont la permaculture, les logiciels libres, l’apiculture, les low techs et l’éco construction.

J’aimerai vraiment rejoindre la toile de confiance mais je connais personne qui est membre et il ne semble pas y avoir des rencontres près de chez moi. Est-il possible de rencontrer des gens via internet ? En visio ?

Ici, on a fondé un petit collectif et la question de savoir comment “rémunérer” les coup de main qu’on peut se filer se pose régulièrement. J’ai envie d’étudier plus en profondeur de fonctionnement de la Ĝ1 pour voir si ce système pourrait nous aller.

Aussi, j’ai offert la licence Ĝ1 à mon fils pour ses 9 ans, j’aimerai un jour lui proposer de rejoindre la toile de confiance et ainsi l’initier aux monnaies libres tout en lui permettant d’avoir de l’argent de poche :).

En espérant avoir posté au bon endroit, je vous remercie de m’avoir lu et bravo pour ce superbe projet, j’en reste bluffé !

Andréas


#2

Bonjour @dedesite !

Sois le bienvenue sur ce forum et dans cette nouvelle réalité !!

Tu peux déjà faire un tour sur la carte des membres directement dans l’outil Cesium, il me semble qu’il y a quelques personnes autour de toi déjà !!

Si aucun groupe local n’existe autour de toi, tu peux contacter des gens autour de toi pour les rencontrer, et commencer à s’organiser.

Ca parait lourd mais autour d’un verre, beaucoup d’idées fusent et le groupe motive !! :grin:


Si tu veux faire un tour sur le site du collectif Parisien, La Toile Francilienne, tu trouvera par exemple:

Une liste d’outils autour des monnaies libres:

Des précisions sur la notion de certification !!! Et il est important d’y réfléchir également !

Ou bien une liste de groupes locaux de monnaies libre, avec leurs sites et infos


Concernant les forum, ici tu es sur le forum un peu plus général, qui permet d’échanger plus librement, des projets autour des monnaies libre.

Etant donné que tu es dev, tu peux aussi aller faire un long tour sur le forum technique Duniter qui lui, est axé développement et tu pourra trouver déjà beaucoup d’informations en te servant des outils de recherche qui fonctionnent très bien (tu verra que beaucoup de questions ont été posées et répondues !!! )

En tous cas, bienvenue à toi et à ton fils !!


#3

Bonjour @Paulart et merci pour ta réponse,

J’ai lu déjà pas mal d’info sur Duniter et le fonctionnement de la toile de confiance.

Je comprends bien qu’une rencontre physique est préconisée mais ça rend tout de même les choses complexes quand les personnes membres les plus proches de chez moi sont à 1h30 de transport minimum.

De ce que je comprends, il est fortement recommandé de rencontrer les personnes physiquement mais pas obligatoire. Car, j’aimerai bien prendre un verre pour parler monnaies libres à Nantes ou Tours, mais avec les 3 enfants, le boulot et tout c’est mission impossible !

Je vais donc contacter des membres de Tours et je verrai bien. On trouvera peut-être un moyen de se voir :slight_smile: .

J’aime bien ce retour au réel et au local alors qu’en même temps c’est un projet numérique totalement décentralisé et très innovant (dans le bon sens du terme) :wink.

Comme tu le dis, on a l’impression qu’il s’agit d’une nouvelle réalité et plus de monde la rejoindra, plus elle aura de l’importance, c’est assez grisant !

Allez bonne soirée et à bientôt, Andréas


#4

Le principe de la toile de confiance, c’est à dire rencontrer physiquement les gens qu’on va certifier, peut paraître pénible au début, on a tellement l’habitude de tout faire en un clic que tout à coup, devoir rencontrer les gens “en vrai” est perçu comme une perte de temps, mais en fait, c’est tout l’inverse. En les rencontrant, on découvre les nombreuses motivations de chacun dans ce projet, et le fait qu’elles soient si diverses montre qu’on est en face d’un bien commun. Et ça vaut le coup de se fédérer pour le bien commun en ces temps prédateurs… Bienvenue à toi et à ton fils !


#5

Oui comme je disais dans mon message précédent, ce principe me plait beaucoup.

Après, s’il y avait un groupe local à Poitiers avec des membres certifiés ça serait plus pratique. Là, personne n’est membre de la toile dans mon coin, ce qui va rendre les rencontres beaucoup plus complexes…

En tout cas, c’est pour moi la force de cette monnaie, l’humain et la confiance :).

J’ai fais ma demande hier, ce qui me laisse 2 mois pour avoir mes 5 certifications !

Je compte expérimenter un peu dans mon coin, puis ensuite proposer de créer un groupe local près de chez moi. Ça peut en intéresser plus d’un.

A bientôt les Dunitien (?), Junien (?)


#6

Oui et c’est ce que ce sont dit toutes les premières personnes voulant utiliser la monnaie libre dans toute ville !!

Pour le coup, à Paris, nous n’étions pas beaucoup au début, et j’ai du insister auprès de 6 ou 7 de mes potes proches, et d’autres ont fait ça aussi.

@poka a fait ça à Blois il n’y a pas longtemps non plus.

La monnaie libre n’est qu’un outil pour permettre aux humains d’échanger. Il faut donc que les humains en question se rencontrent au préalable s’il veulent travailler/échanger localement et librement !!

Petits conseils pour Comment Certifier !


#7

Ah :wink:


#8

Merci pour vos réponses.

J’ai conscience de la motivation que cela représente, le réseau est encore jeune et il ne tient qu’à nous de le faire grandir.

Cela dit, même si cette monnaie pourrait intéresser beaucoup de monde dans ma localité, je me vois mal les emmener tous à Tours, Nantes ou ailleurs juste pour ça. Moi, à la rigueur car je suis geek et j’ai une forte curiosité pour la chose mais je n’ai pas d’autres amis informaticiens dans le coin… Pour que les autres voient l’intérêt ils faut qu’ils voient du concret et s’ils n’ont pas la possibilité de se certifier “facilement” (c’est à dire lors d’une rencontre près de chez eux), je sais qu’ils ne le feront pas.

Bon, ça veut dire qu’il faut que je trouve une bande de geeks pas trop loin de chez moi prête à se bouger pour ça, pas évident… :smile:

J’imagine qu’une fois qu’on est plus de 5 membres dans une localité, c’est tout de suite plus simple !


#9

Concernant le sentiment d’urgence à se faire certifier, j’interroge désormais le requérant à se poser la question de ce qu’il fera de son DU s’il ne rencontre personne auprès de qui dépenser ses Ḡ1 .

Obtenir ses premiers Ḡ1 en commerçant face à face permet de générer de la rencontre, et initier de la confiance. Les premiers deals en Ḡ1, c’est comme la certif: il vaut mieux ne pas la faire à distance. On peut avoir le sentiment d’inégalité entre ceux qui ne touchent pas encore la DU face aux certifiées déjà membres. Mais si on perçoit l’investissement personnel en temps (et en monnaie non libre) que les premiers membres ont fait et ont à faire pour promouvoir la monnaie libre et l’utilisation de la Ḡ1, ce sentiment s’efface.

A titre d’exemple d’investissement personnel, si tu ne peux pas te déplacer loin, tu peux initier localement des rencontres pour discuter, soumettre à l’analyse (et à la critique), la monnaie libre. Tu sera alors à l’origine d’un réseau (voire un groupe local) dont un membre, ou deux, ou cinq pourront eux se déplacer, ou accueillir des voyageurs de la june. Si tu ne peux pas aller vers la toile de confiance, fais la venir à toi.


Quelques réflexions au SAV
Rencontre dans l'Aisne
Tutoriel de création de compte membre sur client Cesium
Production de monnaie Ğ1
#10

Cette affirmation n’est pas juste , la toile toulousaine par exemple très dense et active aujourd’hui ne comptait quasiment pas de geek au début, il sont venus après (après des conférences de non geek comme Yann et moi ).


#11

Courage, ça va se faire, ne t’en fais pas. Et une fois que tu auras créé ton petit réseau local, ça va aller de plus en plus vite : vous pourrez certifier à votre tour ! Ce sera plus simple pour les nouveaux arrivants…


#12

Merci @scanlegentil, il y a sans doute un sentiment d’urgence chez moi à se faire certifier :). Déjà parce que dès qu’on a fait sa demande, on a 2 mois, après il faut recommencer, puis aussi car j’ai envie de voir grandir ce réseau. Je sais aussi que s’il grandit trop vite, on risque de perdre de la confiance et qu’il vaut mieux y aller “molo” aujourd’hui afin d’être bien claire avec le fonctionnement de cette monnaie et régler sereinement les éventuels problèmes qui pourraient survenir.

Par contre, je ne comprends pas trop votre remarque sur les premiers échanges, pourquoi devrait-ils se faire face à face ? Si je n’ai rien à échanger avec la personne qui me certifie à quoi cela sert-il de faire un échange ? Pour tester le processus ? Si justement ces personnes viennent de loin (ou si je vais loin pour les rencontrer), certes on aura généré de la rencontre mais le plus important pour moi c’est le réseau local et tant que les membres de mon réseau ne seront pas aussi certifiés ça va être difficile d’échanger en G1.

Je me rends bien compte des nombreux efforts qui ont permis l’émergence de ce logiciel et ensuite de la toile de confiance et j’en suis époustouflé. C’est très rare de voir une théorie (la TRM dans notre cas) devenir réalité en si peu de temps. C’est beau :).

J’espère donc arriver à créer un groupe local près de chez moi, tant pis si ça prend du temps.

@matiou J’avais l’impression que les premiers à utiliser Duniter/G1 était très orientés développement/mathématiques/économie, ravi d’apprendre que ce n’est pas forcément le cas. Je vais donc tâcher de faire une présentation publique (ou du moins au sein de notre collectif) et voir qui cela intéresse. Mais bon, je me dis qu’il vaut mieux être déjà certifié pour pouvoir parler du système dans son intégralité non ?

Bonne journée, Andréas


#13

Par contre, je ne comprends pas trop votre remarque sur les premiers échanges, pourquoi devrait-ils se faire face à face ? Si je n’ai rien à échanger avec la personne qui me certifie à quoi cela sert-il de faire un échange ? Pour tester le processus ? Si justement ces personnes viennent de loin (ou si je vais loin pour les rencontrer), certes on aura généré de la rencontre mais le plus important pour moi c’est le réseau local et tant que les membres de mon réseau ne seront pas aussi certifiés ça va être difficile d’échanger en G1.

C’est ma vision personnelle . J’invite à faire des échange face à face pour créer de la rencontre, tisser du lien. Quelqu’un qui viendrait jusqu’à chez toi aura une plus grande connaissance de toi, et aura alors plus confiance. Rien ne l’obligera à te certifier, mais c’est une démarche comme une autre, et c’est celle que je préconise. Les premiers G1 que j’ai dépensé venaient de VPC. Plus tard, j’ai été certifié par un prof de tango à domicile. Par la suite, comme on a accroché, je l’ai invité à manger en famille, ce qui a forcément révélé une part de nos intimités respectives. Mes premiers échanges ont été fait alors que je n’étais pas encore membre cocréateur, bénéficiaire du DU. Je ne dis pas qu’il faut inviter tous les vendeurs et acheteurs à manger, mais c’est une illustration de la création de lien de confiance qu’un échange a généré la monnaie libre que je vois d’abord comme une monnaie sociale.

Le développement d’une économie locale dans une monnaie nécessite une injection de monnaie. Les expériences de revenue de base dans des petites localités ont permis de faire circuler cette monnaie dans des mains de personnes qui n’étaient pas bénéficiaires de ce revenue de base.

Il ne s’agit pas tant que tester le processus que de l’éprouver. Et surtout d’injecter de la monnaie libre dans ton territoire, et ton réseau de connaissances, membres de la toile de confiance ou non.


#14

Merci pour ces précisions, je pratique déjà beaucoup ce genre d’échange via des plateformes comme donnons.org (ce week end des gens sont venus chercher toute une vielle cuisine équipe que j’ai récupéré dans la maison que l’on vient d’acheter… en argent-dette) ou même via leboncoin, voir blablacar. Même si ces deux derniers exemples sont loin d’être libres et surfent parfois sur la vague de l’économie circulaire et autre c*****ries capitalistes.

Je suis convaincu que la monnaie libre peut être un merveilleux outil d’échange et de renforcement du lien social. Son fonctionnement (l’idée du DU pour augmente la masse monétaire équitablement) et sa fiabilité (via la toile de confiance) en font un très bon candidat pour comptabiliser des échanges divers et variés.

Aujourd’hui c’est une question que nous nous posons au sein de notre collectif. Certains donnent du temps pour planter des patates pour tout le monde ou fournissent du matériel etc. On fait une sorte de comptabilité légère pour savoir à qui en redistribuer le plus, mais le besoin se fait sentir d’avoir un autre moyen de compter.

Le principe des SEL ou du JEU (Journal d’Echange Universel), tout deux basés sur la comptabilisation du temps, est pas mal mais nécessite tout de même une participation en tant que fournisseur de bien, service (temps) réciproque au risque de se retrouver créditeur.

Avec le principe du DU, quelqu’un peut rejoindre un groupe, une “zone économique” et y participer (via des échanges) sans forcément donner de son temps. Alors bien sur, dans l’idéal c’est bien que tout le monde donne du temps, mais je vois des cas concret où c’est pas évident.

Je pense notamment aux mères célibataires qui travaillent. Elles ont souvent peu de revenus et peu de temps et donc malgré toute la bonne volonté du monde, ne peuvent pas participer (ou difficilement) au échanges de SEL ou même à d’autres types d’échanges non marchands sans se sentir redevables.

Bref, je suis content d’avoir découvert cette belle invention qu’est la monnaie libre et j’espère vraiment que le concept va se répandre, mais je n’en doute pas !

Bonne soirée, Andréas


#15

Donnons.org je connais bien. Je suis pour ma part modérateur de freecycle Toulouse. Et présent dans des zones de gratuité. Je ne suis pas plus attaché à une plateforme qu’une autre. Même les brocantes me semblent plus efficaces que n’importe quelle autre pour faire circuler des biens réutilisables, et à coût très faible. Certains donneurs de Freecycle me manifestent leur agacement quand les bénéficiaires de leur don n’assurent pas les rendez-vous. Du coup je leur préconise de vendre sur le bon coin à tarif symbolique ultra bas. Ça part encore mieux. Le sentiment opportuniste engendre un comportement plus respectueux vis à vis du vendeur qui pour le coup, abandonne souvent la contribution financière. Un exemple manifeste où une transaction est d’abord une combinaison d’interaction sociale et de circulation de bien avant d’être une affaire de sous.

Je ne parle même pas des mécanismes psychologiques qui sont en jeu (vertueux ou pas).

Quand j’arriverai à y glisser de la june là dedans, je ferais un cr.


#16

Je rajoute ma pierre aux commentaires.

On a évidemment pas besoin d’être membre certifié pour vivre en Ǧ1 et démarrer un réseau local de la monnaie libre.

La clé du développement local de la monnaie libre Ǧ1, n’est pas la recherche de certifications pour entrer dans la Toile de Confiance , mais l’adoption pratique de cette monnaie pour tous les échanges.

L’exemple Toulousain (appris empiriquement, par les erreurs) est que nous nous développons bien plus vite et “mieux” avec ceux qui viennent pour échanger qu’avec ceux qui vont à la chasse aux certifs… (comme ordre de priorité dans leur motivation) Car nombre de ces derniers disparaissent de la circulation et nous savons seulement qu’ils accumulent des chiffres sur leur écran; ce qui n’a aucune résonance dans la communauté des premiers qui échangent et se souviennent seulement d’un passant (je tire le trait)

L’autre évidence est qu’il faut en parler et donc ouvrir les opportunités pour des rassemblent d’échanges de paroles et de “valeurs” (dans le sens le plus large du terme) (Apéros, Install party, Ǧmarché, conférences, etc…)

Donc un bon apéro et partager et échanger comme un malade, est la bonne recette pour voir la foule vous rejoindre dans votre solitude actuelle.

De plus, les échanges systématiques ouvrent la porte pour ceux qui sont isolés (merci aux plateformes d’échanges); il y a plusieurs exemples de pro de l’échange qui bien qu’étant isolés physiquement, sont entourés dans la communauté Ǧ1.


#17

Merci pour vos messages. Il y a par contre quelque chose que j’ai du mal à comprendre, comment échanger en G1 si personne n’en a ?

Il faut bien commencer à “vendre” des biens et des services à des personnes détentrices de G1 pour en récupérer, pas forcément évident donc. Je me trompe ?


#18

Ça fonctionne comme on a l’habitude avec l’€; quand on ouvre un compte en banque en MNL, on doit en récupérer - donc vendre ou recevoir un don ou … Donc non, vous ne vous trompez pas, c’est bien cela. c’est comme on a l’habitude d’aller sur le Bon Coin, c’est pareil; la différence est que cela marche bien mieux dans le monde de la Ǧ1, car il n’y a pas rareté de la monnaie. Vous verrez c’est assez facile à faire.

Il suffit d’aller ici : https://www.gchange.fr/#/app/home d’ouvrir un compte sur le site de GChange (le Bon Coin) et on démarre.

Le but d’une monnaie est l’échange; pour voir l’impact de la Ǧ1 dans sa vie, il faut échanger. Le côté positif, c’est que dans la Ǧ1, on peut échanger tout, bien plus facilement qu’en €…

Un grand exemple de personne géographiquement isolé qui est connu de toute la communauté Ǧ1 est Solange, qui vend des bijoux en Ǧ1, qu’elle crée elle-même. Isolée géographiquement mais tout le monde la connaît : https://www.gchange.fr/#/app/market/view/AWOxRrMdKek7bJ2nxKsu/bijoux-artisanaux-vendus-en-monnaie-libre


#19

Je confirme que j’ai commencé à échanger bien avant d’être membre. Pour avoir des G1, y’a pas à tortiller : faut vendre des trucs ou proposer des services.J’ai fait les deux et je me suis vite retrouvé avec plusieurs centaines de G1, avec lesquels je me suis offert des trucs, à moi et à mes proches : des critériums, une boite ouvragée, du cidre, un livre, un bijou, un taff que je ne savais pas faire, etc… C’est une autre approche de l’échange, notamment pour le travail, beaucoup plus collaborative.


#20

Bonjour et bienvenu Andréas ! Un ami nordiste fraîchement certifié (https://g1.duniter.fr/#/app/wot/GRoFfYkFJEbpEGTkT9R1KQtLuesWJw9qr7VyC8TRScSz/Axel) est actuellement en formation du côté de Poitiers pour quelques mois, tu peux essayer de le contacter via la messagerie de Cesium :wink: et pourquoi pas commencer à échanger dès à présent avec lui (tu évoques des productions maraîchères genre pommes-de-terre, notamment, je suis sûr qu’il serait intéressé par le fait de t’échanger quelques Ğ1 contre ce genre de produits, entre autres choses) ! Ce n’est pas un technophile, il ne verra donc peut-être pas un éventuel message sur Cesium tout de suite. Si nécessaire n’hésite pas à me faire signe (https://g1.duniter.fr/#/app/wot/DTgQ97AuJ8UgVXcxmNtULAs8Fg1kKC1Wr9SAS96Br9NG/deem) je vous mettrai en contact par un autre biais.