Pour faciliter l'entrée de commerçants dans la june, faut il faciliter la sortie?

Hello,
Je débute dans l’économie de la June et j’essaie d’être pragmatique.
Une réflexion que j’ai souvent entendu auprès de junistes, c’est je suis riche en junes mais je ne sais pas quoi en faire…
Effectivement, l’offre est très limitée.
Les mêmes de me dire qu’il ont du mal à boucler les mois en euros.

Y a-t-il quelque chose qui empêche dans ce monde libre, de mettre en place une sorte de guichet qui convertissent des junes en euros ?

Pensez-vous que cela pourrait lever un frein à l’utilisation de la june pour les commerçants, car ainsi ils n’accumuleraient plus des junes inutiles ? et cela valoriserait la june comme un vrai levier de création de valeur…

Merci de votre bienveillance et du respect du sujet ainsi énoncé (merci aux modérateurs qui ont séparé mon précédent fil qui était devenu hors sujet).

1 « J'aime »

Cette réflexion est intéressante. J’y ai souvent pensé.

C’est un atout que les monnaies locales ont pour se faire accepter par les commerçants.
Un premier risque, c’est de voir des commerçants entrer dans la Ğ1, pour attirer des nouveaux clients sans adopter l’idée de la monnaie libre.

Je me suis souvent dit que je pourrais m’engager auprès du premier commerçant de mon village qui acceptera la Ğ1, de lui racheter ses premières ğ1 gagnées. Je me sens prêt à le faire à titre personnel pour mon village. Si d’autres faisaient comme moi, cela pourrait vraiment aider au développement de la Ğ1.
J’essaierai d’abord de m’assurer que le commerçant le fait bien dans l’idée de développer la Ğ1 et non d’un enrichissement personnel. Je n’achèterais bien sûr que les ğ1 issues de ses ventes et non de son compte membre.

Les questions qui se posent sont :
Combien d’euros suis-je prêt à mettre ?
Pour combien de ğ1 ?
Est-ce que par ce fait, je n’impose pas mon taux de change au commerçant ?

Je serai prêt à mettre quelques centaines d’euros sur 1 an, je proposerai un taux de 5 cts par ğ1. Je ferais quand même remarquer que dans la région sur les gmarchés ça tourne plutôt autour des 10 cts la ğ1, ce serait une sorte de partage des risques.

Ce serait quelques chose du genre :

Si dans un an, vous n’avez pas trouvé d’usage pour vos ğ1, je m’engage à vous achetter 6 000 ğ1 pour 300 €. Ces 6 000 ğ1 devront venir des ventes de votre magasin pas de votre compte personel, je serait vigilant la dessus.
Valable uniquement pour 1 an, et seulement pour 6 000 ğ1

Et pourquoi pas l’année suivant faire la même proposition à un autre magasin.

Je pense que ce genre d’initiative doit rester très locale, voire personnelle, je ne donnerais jamais des euros à une asso qui les donnerait à un magasin que je ne connais pas personnellement.

2 « J'aime »

Si les plus actifs ont trop de Junes pour arriver à les dépenser, qui va aller acheter des Junes que le commerçant aura en surplus?
@Maaltir suggère de racheter à titre perso, je vois ça comme une solution court-termiste.

Pour que le commerçant évite d’accumuler trop de June, il faut qu’il limite ses ventes au niveau de se qu’il va pouvoir dépenser ou vouloir épargner.
La conscience collective, doit se faire qu’on est pas seulement consommateur, mais aussi force de travail (en fonction de l’âge bien sûr) et donc on participe aussi au fait que l’économie circule dans les deux sens.

Si on veut plus de professionnel dans la June, il va falloir, s’y mettre tous.

Ceux qui ont vendu leur véhicule en June, proposent des locations saisonnières, ou leurs petites production (cf photo ci-dessous) est un début beaucoup plus prometteur, mais ça prend plus de temps.

2 « J'aime »

Je reformule différemment mon idée :
J’arrive dans la june depuis peu, mon compte est donc à environ 0G1.
Je ne suis pas fan des brocantes et autres ventes d’occasion, c’est un constat personnel.
J’ai trouvé un prestataire Juniste qui pourrait m’aider à développer mon activité.
Je suis prêt à mettre le prix de cette prestation en euros.
Si je veux amorcer l’économie de la june, je lance un appel à ceux qui ont besoin d’euros pour finir leur mois et qui sont riches en junes. Nous trouvons un terrain d’entente sur un taux de conversion ponctuel. Selon la valeur que je donne à mon projet, je serai plus ou moins regardant sur ce taux de conversion. C’est l’offre et la demande.

Plus nous utilisons la june et plus elle aura de valeur.

Plus nous laissons la liberté d’entrée et de sortir et plus nous pourrons convaincre d’expérimenter.

Plus il y a aura d’expérimentation et plus il y aura d’offres de produits et de services…

Plus il y aura de junes et moins il y a aura d’euros

Moins il y aura d’euros et plus nous reprendrons le pouvoir sur la dictature des euros

1 « J'aime »

Je trouve l’idée très intéressante car elle créé du lien et une « garantie » personnelle pour le commerçant de ne pas se retrouver avec trop de junes.
L’important pour moi est de trouver les moyens d’amorcer la pompe de l’économie de la june.
Ce qui est génial, c’est que nous sommes les premiers, et qu’il y a tout à créer avec d’autres valeurs que celles qui ont dominé le monde jusque là.
J’éprouve un grand espoir quant à cette révolution tranquille sans violence. C’est une chance unique qui nous est offerte et c’est pour cela que j’aimerai que l’économie de la june passe à un autre stade, c’est à dire avec plus de commerçants.
(c’est pour cela que j’ai financé une petite partie de la V2 de duniter).

1 « J'aime »

« Limiter ses ventes en junes » : je trouve cela triste, plus il y aura d’échanges et plus la june sera appréciée. Je préfèrerai trouver une autre solution qui me conviendrait mieux, c’est pourquoi je propose cette idée, mais il y en a certainement d’autre ?

Dans l’exemple de Maaltir, 300€ constitue un bon début et un engagement ponctuellement appréciable. J’aimerai que nous nous structurions pour jouer dans la cour des grands…
Une boulangerie fait en moyenne 25.000€ de CA par mois Source

@Genie_Logiciel : Intrisèquement, la G1 souhaite être une monnaie indépendante, totalement détachée de l’euro. Alors, si c’est pour en faire une sous-monnaie qu’on amasserait pendant un certain temps pour finalement l’échanger contre une poignée d’euros, l’idéologie de la monnaie libre aura fait long feu.

3 « J'aime »

@kalimheros
Je comprends l’idéologie de la totale indépendance vis à vis de l’euro et j’aimerai bien croire dans son développement sans trouver un moyen d’inciter les commerçants à y participer.
La proposition que j’ai faite n’est que temporaire pour lancer le mouvement.
Si on prend quelques chiffres arbitrairement, 45 millions d’adultes en France, environ 6000 junistes basé en France ? soit 0,013% de la population. Quel pouvoir voulons nous vraiment récupérer avec cette force de frappe ?
Je ne me défini pas comme un puriste, donc mes propositions sont imparfaites. Elles ne visent qu’une seule chose favoriser les usages en junes, même si à court terme, cela passe encore un peu par l’euro (qui fait encore partie de nos vies, même si nous voudrions tous le quitter aujourd’hui).

Je vais vous raconter un peu ma vie et l’ambition que j’aimerai apporter à la june :
Il y a 3 ans, je tombais sur un groupe de 5 utopistes. Ils voulaient rassembler 1.000.000.000 d’euros pour créer 100 entreprises pour réduire drastiquement les gaz à effet de serre dans l’atmosphère.
J’étais le 500ème à payer pour voir et les accompagner dans cette folle aventure.
Pendant 6 mois, j’ai beaucoup donné et nous avons convaincu 8000 personnes de nous rejoindre comme associés. Depuis, j’ai laissé la place aux nouveaux et au 1er Janvier de cette nouvelle année, nous sommes plus de 100.000, avons levé 15.000.000€. L’entreprise emploie maintenant une douzaine de personnes et a investit dans 6 entreprises très prometteuses pour l’objectif que nous avons. Et nous continuons, mais la viralité d’internet est magique.

Autre histoire que je n’ai pas vécu qui se vérifie facilement :
Avant 2009, le bitcoin n’existait pas, les cryptos se partagent un gâteau en milliards de dollars (ok c’est encore une monnaie dette, mais leur existence est bien réelle pour le moment).

Pourquoi une telle ruée ?
la spéculation, certes, mais elle s’accompagne de prises de risques qui ne plaisent pas à tous.
Je dirais plutôt que tout le monde est conscient des limites du système centralisé et que des alternatives sont nécessaires.

C’est notre chance et notre potentiel, mais il faut que les gens aient envie d’avoir des junes… pour qu’ils aient envie, il faut des produits et services enviables. Nous avons la chance de pouvoir rester très concrets avec des achats réels (alimentaire, habillement, loisirs, électronique,…). Mais les vide-greniers ne seront pas suffisants pour intéresser en masse (perso, je ne vais sur une brocante qu’une fois tous les 2 ans parce que mes enfants ont envie)

Avons nous envie de convaincre notre premier million de personnes à adopter la june ?

2 « J'aime »

J’aime bien l’idée de faciliter l’échange de june en euros.
Mais qu’importe mon opinion : si quelqu’un voulait échanger des euros contre des junes (et donc permettre à quelqu’un d’autre de faire l’inverse), on ne peut pas l’en empêcher.

Alors pourquoi ne trouve-t-on pas déjà un service pour faire ça à la demande ? Parce que la communauté est encore petite, et peut-être car personne ne verrait d’intérêt personnel à le faire, ou du moins à long terme. Prenons l’intérêt pécunier par exemple : puis-je gagner quelque chose en échangeant mes euros en june ?

Des idées pour y gagner quelque chose :

  • jouer sur les différences de prix pour gratter les marges : je trouve un bien qui vaut 2€, vendu 20j. Si je trouve quelqu’un pour me donner 20j pour 1€ seulement, je peut acquérir le bien pour moins cher. Si je peux faire ça en continu, je deviens une porte de sortie pour ceux qui veulent convertir leurs junes.
  • avoir un besoin exclusif de junes : il y a des biens ou des services qui ne sont pas disponibles en euros, et un groupe de junistes sont prêts à faire l’échange à la demande sur un petit marché de devises.

Remarquez que si ces processus existaient, ils exprimeraient une valeur de fait de la june, qui pourrait différer du 1€ = 10j convenu, et pourrait bien provoquer une petite crise si la june était dévaluée.

Mais d’autre part, le fait que ces processus n’existent pas signifie peut-être que la june ne vaut rien en dehors de son marché intérieur.

@PifPafPouf : sources requires

Discussion très intéressante… Pour ma part, je cherche des compensations avec les commerçants qui jouent le jeu. Créer des activités ( Gmarché, promotion, fêtes) Ça rassemble les junistes du coins, et crée le réflexe de venir à ce commerce, puis de faire connaître. C’est le but d’une publicité, alors qu’ici, elle est gratuite. Ajoutons un peu de convivialité et de bonne ambiance, et nous obtenons un cocktail du meilleurs goût.

J’ai creusé dans mes vieux posts et messages, et je ne le retrouve plus. Je faisais des prix en G1 trop bas, et quelqu’un me l’avait fait remarquer. Ça devait peut-être être sur le chat. Il se trouve que les prix sur Gchange sont dans ces eaux-là, mais il n’y a pas de convention explicite en effet.

Vous deviez du sujet. Ce ne sont pas les junistes lambdas mais les commerçants qui sont concernés.

N’oubliez pas que plus de professionnels (commerçants en l’occurrence) vendrons en junes plus la monnaie circulera.

L’exemple du Wir est très intéressant sur le sujet. D’ailleurs, sa réussite vient peut-être du fait qu’ils en sont les initiateurs.

Ce n’est pas en cherchant à utiliser l’euro que la G1 se développera, autrement dit circulera.

Quand nous serons arrivés à ce que la june circule à 50% de la circulation de l’euro, la question sera résolue… Je suis optimiste bien sûr mais ce n’est pas une utopie…

1 « J'aime »

Je pense que le système de carte de fidélité est le plus a même de faire la bascule de l’euro a la G1 pour les commerçants . Je donne beaucoup de G1 à tous ceux qui m’aident ou font des trucs chouettes, c’est une façon agréable d’échanger et cela permet de redistribuer mes excédents de G1.

Je ne raffole pas non plus des briocantes. Mon idée est de parler à un magasin mairaicher pour mettre en place une carte de fidélité comme ça se fait déjà. Avec ses junes il pourraient echanger avec le poissonnier. Un particulier comme moi, peut rendre des services :.livrer un handicapé, pendant 8 mois je ne pouvais pas marcher. Ecrire des recettes pour les clients etc…
Des personnes m’ont aidée sans euros et sans junes. La june c’est rendre service à celui qui nous rend service pour qu’il est le choix de l’échange. Ce que je cherche c’est que nous soyons nombreux et vraiment en lien.
Je crains que nous soyons pris de cours si à la manière d’un tsunami les petits commerces ferment à toute vitesse. Il existe des applis pour les invendus. Ceux ci peuvent être vendus en Junes.
On pourrait inventer un Géchange : sur comment developper notre région. Nous les retraités on peut aider : ménage, garde d’enfants (avec précausion) de chiens, prendre le courrier etc.
Je n’ai toujours pas chercher l’ensemble des sites dédiés aux services : Gchange.fr, Gannonce, Gpro? … Dans les centres villes, la carte de fidélité peut servir entre commerçants et particuliers.
Nous avons un problème c’est le manque de lien, dans de nombreuses régions. Des membres sont certifiés et ont été certifiés. Mais que savent ils des autres, vraiment ? C’est bien de dire il faut qu’on se connaisse et se voir au moins 2 fois ou 3 fois et après ? En France, nous sommes peu préparer à la solidarité. On ose pas demander et rendre service n’est pas toujours facile. Si nous y parvenons la formation à la solidarité risque d’être brutale. On s’aide plutôt en famille.

J’espère que nous allons reussir. Déjà on est mal barré avec le corporatisme.
C’est pour dire qu’il faut vraiment se regrouper et aller voir les commerces en s’interrogeant vraiment sur ce qu’on peut donner ou rendre comme service, ce qui se donnera en junes.
En attendant des regions arrivent à se.developper en junes et ont besoin de soutien pour les trop riches en junes.

1 « J'aime »

Je tiens à clarifier ma position. Si j’ai donné plus haut l’avis des puristes, dont je fais partie, je suis ouvert. Toute proposition pour s’intégrer au monde actuel est la bienvenue. Pour moi le commerce est nécessaire et l’euro n’est pas tabou. Bien des personnes se sont cassées les dents pour que les commerçants acceptent la monnaie libre. @Genie_Logiciel arrive avec plein d’idées, c’est une très bonne chose. Il faut expérimenter.

2 « J'aime »

quand l’union européenne va supprimer le cash en euros et/ou l’euro se casser la figure, il y aura peut être beaucoup de gens qui voudront des junes à la place des euros … la june est résiliente, patience …

Je vends en tant que particulier pas mal d’objets, souvent neufs et d’autres en très bon état, ou des réalisations artisanales : mon compte représente le montant de ces ventes à 85%, et maintenant j’aimerais bien acheter en junes. Mais quoi? Pourquoi y a t-il si peu de propositions? Chacun s’il le veut a un service, une aide, un savoir-faire ou même un objet à partager, comme un prêt d’outil, de véhicule etc. Il y a quelque chose qui ne colle pas . Je crains que l’enthousiasme ne baisse si certains ne se réveillent pas en réfléchissant au sens du mot « échange » ou encore « participation »; Pas besoin d’être matheux pour comprendre ça.

3 « J'aime »

@Pascale72 : références requises

si les prix se ressemblent ce n’ est qu’ à cause de cette propagande dévaluatrice

1 « J'aime »