Monnaie libre, Art et Philosophie


#1

Pourquoi en tant que philosophe, me demande-t-on, j’ai adopté la Ḡ1 ? Parce que je suis leibnizien et que l’aspect monadique du DU, les séries convergentes à la moyenne, et la continuité des vivants et des morts : c’est l’harmonie préétablie de Leibniz! Ce n’est pas qu’une œuvre d’art c’est un concept philosophique c’est à dire comme le dit Deleuze une création au sens large.


#2

Ca mérite un petit développement sur les termes de cette belle intro !


#3

D’abord (je suis nouveau et je n’ai pas la prétention de révéler des arcanes …), je me suis demandé quel était le principe (rationnel) au fondement de la TRM. Principe d’égalité, principe de justice ou de liberté ? Pas vraiment car le principe premier, je pense, est celui d’individu. Ce principe a mauvaise presse parce qu’on pense à l’individualisme de nos sociétés marchandes ; dans lequel s’engouffre toute la critique des autres principes cités - il suffit de relire Marx et sa critique d’ Adam Smith, Hegel etc…c’est pas inintéressant seulement voilà c’est déjà fait et peut-être pas forcément à refaire. En effet, lorsqu’on fait la critique de l’économie que reste-t-il de l’individu ? Je veux parler de son concept. Une fois qu’on a compris et critiqué l’idéologie libérale capitaliste de l’individu, formellement libre et égal, l’individu abstrait qui n’existe que comme pivot de toute l’économie que reste-t-il à faire/penser ? Rien qu’à jeter le concept avec l’eau du bain. En revanche et c’est là sa nouveauté, la TRM nous le replace devant la scène dans toute sa splendeur leibnizienne de principe rappelant que l’individu ou la monade c’est que ce nous sommes tous mais à chaque fois, infléchie selon un certain point de vue. C’est un perspectivisme radical (nietzschéen si on le veut) et non un relativisme qui ne se comprendrait pas bien lui-même (d’ailleurs Leibniz est le véritable pionnier du principe de relativité bien compris). Nous nous entre-exprimons à partir d’une co-création de base (selon un code monétaire qui joue le rôle de l’harmonie - cette hypothèse nécessaire…) mais chacun selon notre propre capacité ou compréhension (ce que Leibniz appellerait notre degré de perfection). Mon DU est une telle expression puisqu’il est individuel. il est individuel d’abord parce qu’il est fonction d’une moyenne établie entre nous à un temps t (la constante c qui intervient dans cette fonction est aussi un point d’inclusion du collectif dans ce calcul du DU). Le grande règle leibnizienne est respectée selon laquelle la courbe individuelle est pré-calculée et pourtant complètement libre. L’individu enveloppe la totalité. Une fois, cela pensé et admis, l’âme s’élève. C’est en effet tel, que j’aime à l’imaginer (autre leçon leibnizienne : ne cessez jamais d’expérimenter et de croire au meilleur !) , à partir de la confiance que nous avons dans le plan, que nous pourrons concevoir et inventer des petites machines dans la machine et cela a l’infini ; et c’est à partir de là que, laissant en arrière la critique déjà faite, déjà entreprise, nous pourrions réellement participer à un monde de justice, d’égalité et de bonheur (c’est à dire cesser de les penser comme compromis ).


#4

Aha c’est marrant, moi j’y ai adhéré parce que ça colle à mes idées anarchistes, que je retrouve d’ailleurs dans cette interprétation de Leibniz. L’émancipation ne peut venir que de l’individu. Comme quoi tout le monde s’y retrouve dans ce concept de monnaie Libre :wink: Probablement parce qu’il s’agit d’un bien commun. C’est amusant de constater que quand l’état le vend ou le détruit, on s’acharne à le reconstruire, je trouve plein d’espoir dans cette pensée.


#5

Oui tout à fait. Et ce qui est intéressant dans ce que tu dis, c’est que on aurait une tendance crypto-anarcho-libertarienne qui aboutit au bitcoin (et ses dérivés) et une autre ligne que j’hésite à nommer (crypto-anarcho-démocratique ?) qui aboutit à la monnaie dite libre. Le pivot semble bien être la pensée anarchiste quand elle se couple avec la technique. Ce qui m’a rebuté dans le bitcoin c’est la confiance illimité dans la technique. Je ne dis pas qu’une technique est neutre car je pense qu’une technique est inassignable. Ce qui est admirable dans la monnaie libre, c’est l’harmonie entre la théorie (TRM) et son implémentation informatique. C’est sans doute un signe de sa puissance algorithmique pour ainsi dire a priori.


#6

Oui, je pense sensiblement la même chose. La démocratie directe aboutit forcément à un système anarchiste, je pense même que c’est la seule manière crédible de la faire marcher: individuellement. Et comme vous, ce qui m’a plu dans le G1 est la déconnection entre spéculation (minage) et création monétaire. ici, c’est un facteur humain et non technologique qui rentre en compte. Ma femme qui est économiste me demandait à partir de quoi était créée la monnaie. Je lui ai répondu “par la simple existence des membres qui la composent”. Ça ne lui a pas suffit :slight_smile:


#7

Tu ne lui as pas demandé à partir de quoi était créée sa monnaie non libre?


#8

“Par le niveau de production”, mais ce n’est plus vrai depuis longtemps…


#9

En effet c’est difficilement suffisant comme réponse, on peut être plus précis par exemple en parlant de vitesse moyenne de renouvellement de l’existence humaine comme base de calcul de l’invariant relativiste spatio-temporel.

La monnaie dette est crée par la signature de crédit.


#10

Si je lui parle de “moyenne de renouvellement de l’existence humaine comme base de calcul de l’invariant relativiste spatio-temporel”, je ne suis pas sûr qu’elle suive… Elle va croire que je me fous de sa gueule ou que j’ai pris du LSD. Vous lui expliquerez vous-même : elle vient le mois prochain, normalement…


#11

Je crois que les sujets les plus difficiles à faire changer de point de vue sont justement les économistes. Certainement en raison du coût de la conviction


#12

Je ne connaissais pas cette théorie, mais elle me parle. J’ai une manière plus simple de l’exprimer : tout le monde veut la vérité, mais peu l’acceptent.


#13

La vérité , tout comme les valeurs économiques , est relative à l’observateur.


#14

Je n’ai jamais cru au chat de Schrodinger ni à ses trois états, désolé. Soit il existe une vérité absolue, soit elle est relative et ne saurait être la Vérité.


#15

Je partage ton opinion en ce qu’un chat n’est pas une entité quantique, Ceci dit c’est une métaphore ce qui implique qu’elle ne décrit pas la réalité physique de la théorie quantique proposée par Schrodinger.

D’ailleurs cette métaphore décrit une théorie quantique pas une théorie relative. Le chat dans ces conditions n’a pas à subir la cruauté animale de son maître. et rester relativement tranquille à observer l’(in)existence de toutes les vérités dans les espaces relatifs qui les permettent/interdisent. :slight_smile:

Pour la Théorie Quantique de la Monnaie, je ne sais pas si Stéphane Laborde bosse déjà dessus, mais on va déjà essayer de lancer la TRM.

Ça fait petit joueur je sais…


#16

Vaut mieux être petit joueur que pas jouer du tout :wink: