La monnaie libre sur les campus universitaires

Depuis quelques mois on entend de plus en plus parler de la précarité étudiante encore accentuée par les confinements.
Les étudiants sont une couche de la population qui auraient bien besoin d’un revenu stable et régulier que propose la Ǧ1. Cela enlèverait un peu de leur angoisse quotidienne.
Pensez-vous qu’il serait possible d’organiser des Ǧévénements sur des campus afin de communiquer sur la monnaie libre ?
Existe-t-il du matériel pédagogique imprimé tel que affiches, flyers, prospectus ?
Pour que la monnaie libre soit acceptée comme moyen de paiement sur tout le campus, il faudrait faire des présentations aux syndicats étudiants, à la présidence de l’Université, aux services du Crous.
Il y a-t-il des dossiers prévus pour de telles communications ? Il y a-t-il déjà eu ce genres de campagne pour la monnaie libre Ǧ1 ?
Moi je serai sur le campus de Nanterre la semaine prochaine et j’en parlerai aux étudiants que je croiserai pour voir leur réaction.

4 J'aime

L’idée est très bonne.
Le problème c’est qu’il faut des fournisseurs qui acceptent la G1.
Pour les prospectus cherche « flyers » tu devrais en trouver plein ! A imprimer soi même…

Peut être aller en parler aux étudiants qui font la queue pour les distributions alimentaires ?

Sur les campus, il n’y a pas grand monde :confused:

1 J'aime

C’est pour ça qu’il faudrait faire quelque chose :cry:

3 J'aime

C’est très louable de faire ça, mais il ne faut pas y aller les mains dans les poches.

Il faut répondre à leur besoins qui sont critiques et pas juste leur apporter des échanges de vide-grenier en Junes. J’exagère volontairement, mais c’est pour dire qu’il faut arriver avec un projet sérieux qui répond à leur besoin immédiat et pas juste avec un espoir de…

On n’a jamais une seconde chance de faire une première impression, et je ne voudrais pas qu’ils soient déçus de la June, si elle ne répond pas à leurs besoins.

Là, le problème n’est pas tant la monnaie que de fournir des aliments. Le don de produits alimentaires serait plus juste vu leur situation. On ne peut pas leur dire, tiens, tu as un compte, maintenant vend des trucs si tu veux manger…

Bref, il faut bien réfléchir à comment la Junes peut aider à fournir aux étudiants des aliments et pas simplement leur ouvrir un compte. Même si cela peut leur ouvrir des possibles et alléger leur fins de mois par des échanges. Mais c’est un autre sujet.

4 J'aime

Oui Vit je suis totalement d’accord sur le fond : l’utilité de la june. Mais disons que pour l’alimentaire c’est bien plus compliquer à mettre en place. Sur le campus de Marseille, Saint-Charles par exemple, il y a des colis pour la bouffe, passage quotidien de dons et d’association d’aide aux étudiants, 1€ le repas au Crous etc.
Il y a aussi un fossé entre les étudiants aisés et les autres (reproduction sociale non ?), entre les mangeurs de Macdo quotidien et les repus de pates, ce qui ne met pas les besoins sur le même curseur. Pour ma part, j’avais envisagé la valorisation des étudiants en rapport à leur engagement, cad, une « économie » de la reconnaissance, une rétribution des acteurs qui se donnent de la « peine ? » de « l’envie ? » du « dynamisme ? » de « l’enthousiasme ? » du « partage ? » de « l’engagement ? » etc. enfin, un 1er pas dans la june par l’action et celle-ci se revalorise par des dons en june, comme par exemple 1 journée de collecte => 100 junes ; une livraison de denrée dans une cité U en vélo => 10 junes etc. le but avec ses junes étant d’améliorer le quotidien avec les échanges et services à disposition puis entre eux.
Ne me prêtez pas les propos là où ils ne le sont pas, je ne veux pas exclure ou pénaliser les futurs junistes qui ne sont pas actifs, je prends le pari de la rétribution et de l’engagement comme moyen de communication, de propagation toutes choses utiles par ailleurs :wink:. En effet, je pense qu’ils ont mieux à faire en cherchant du taf ou des activités rémunérées en € dans leur quotidien très, trop complexe et compliquer. Puis souhaitons qu’ils sauront voir l’opportunité qu’offre les échanges junistes, les systèmes de « récompenses »-dons grâce à des cagnottes avant d’obtenir par leurs relations les certificats et un DU et enfin se saisir des outils puis en faire eux même la promotion. Sur un autre poste, on parle de service de livraison, de poste restante en june : possiblement un chantier à mener avec les universitaires ?