La G1, la vélocité de la monnaie et les trois producteurs (problème concret)


#41

Pour compléter tes propos, pourquoi on parle de symétrie “spatiale” et “temporelle” ? Parce que dans la TRM, les points de l’espace économique considéré sont les individus.

Ce sont les individus qui forment l’économie.

Pour le vérifier très simplement : retirez tout les individus d’une “zone économique”, et observez si il reste une économie.

Pour observer correctement cet espace, il convient d’avoir une unité de mesure (la monnaie) qui ne déforme pas la métrique sous-jacente. C’est à dire, pour que les individus puissent échanger, discuter, comparer sans que personne ne soit privilégié dans ces échanges, il faut émettre de la monnaie sous forme d’un dividende universel.


#42

Merci pour ces retours. En fait, c’était beaucoup plus simple qu’il n’y parait! C’est tout le problème du “jargon”, on peut comprendre le concept sans se rappeller le “jargon” d’une théorie… Je me rappelle bien des exemples mais pas le lien au “concept”: dans l’introduction même de la TRM, on y dénonce le fait que les banques, via le crédit, créent des “zones d’assaichement monétaire” en certains points (notamment les villages vs. les grandes villes).

Cela me fait tout de même retourner à mon questionnement fondamental: la symmétrie spaciale est-elle respectée dès lors qu’il y a une assymétrie dans la diffusion de la monnaie (la méthode d’adhésion actuelle dépendant de la croissance “organique” du réseau de proche en proche).

Est-ce que c’est plus une question de “stabilité” monétaire pour le coup? D’après le post de Galuel plus haut, le problème d’une “création” artificielle de monnaie au “bloc 0” pour simuler l’existence de la monnaie libre dans le passé serait essentiellement le fait que cette création ne correspond pas à des échanges économiques et de la “création de valeur économique” équivalente dans le passé qui “justifie” ou sous-tend cette création instantanée de monnaie.


#43

Chaque jour, elle est respectée par un espace correspondant à la toile de confiance :wink:

Cependant, il est vrai que l’espace Ğ1 est plus large que la TdC, puisqu’il y a des utilisateurs de la Ğ1 qui ne sont pas encore co-créateurs de la Ğ1. C’est toute la différence entre la théorie et l’expérience.

Il conviendrait de mesurer :

  • en quelle proportion il existe des utilisateurs de Ğ1 qui ne sont pas membres de la Ğ1
  • pour combien de temps ils restent “non-membre”, et quel impact ça a sur le champs de valeurs sous-jacent

Il faudrait perpétuer ces mesures jusqu’à atteindre le stade de la monnaie pleine (quand le nombre de membre et la croissance monétaire relative au DU se sont stabilisés et ne sont plus en régime croissant - voir la courbe Moyenne par membre en unités relatives https://g1.duniter.fr/#/app/currency/stats/lg )


#44

En fait que des gens rentrent ou pas, ici ou ailleurs (spatialement), maintenant ou plus tard (temporellement), et à des âges différents, dans la toile de confiance qui est attaché à une zone économique, n’est pas inhérent au démarrage : Ça sera tout le temps vrai :slight_smile: Dans 200 ans ou plus, tout le monde ne rentrera pas dans la même toile de confiance et au même âge.

Il n’y a pas de soucis d’inégalité face à la création monétaire, ou de non-stabilité économique, simplement que tout le monde ne rentrera pas forcément dans la toile de confiance, ni au même age.

Est ce un problème que je ne vais jamais rentrer dans une probable futur toile de confiance d’une futur monnaie libre d’une zone économique en Afrique ou que des gens y soit rentré à un âge moins avancé que moi ?

Perso je pense pas :slight_smile: