La G1 au Congrès International du Revenu de Base (Retour et d'expérience et vidéo)

Bonjour,

En Août dernier je suis allé présenter la G1 et la Monnaie Libre au Congrés International du BIEN (Basic Income Earth Network) qui cette année avait lieu en Inde, à Hyderabad. J’y avais été invité par le vice président du BIEN que j’avais rencontré lors de l’évènement Open UBI au cours duquel j’avais fait une conférence sur la G1. Je publie aujourd’hui rapidement mes impressions sur cet évènement car ils viennent de publier les vidéos de l’évènement, le colloque sur la Blockchain (avec ma conf) se trouve dans le lien suivant :

Pour faire un retour rapide de mon expérience. Je suis assez mitigé par rapport à ce colloque qui s’est étalé sur 4 jours et ressemblait en Inde surtout des Européens déjà convaincu par le concept de revenu de base. Ce genre d’évènement sert surtout à des académiques pour venir discourir de politique et répéter parfois en boucle les bénéfices qu’un éventuel Revenu de Base apporterai à tous, finalement assez peu de projets ou d’expérimentation concrêtes ont été présentés. Je m’attendais avant d’y alller à voir et entendre plus de choses concrêtes, cela m’a pas mal perturbé de trouver si peu de chose à se mettre sous la dents, étant habitué grâce à la G1 à être à travers mes conférences et mes échanges dans l’expérimentation. En plus, cette édition était organisée en Inde et nous étions logés nourris dans une resort 4 étoiles bunkerisée de la misère désolante de l’Inde environnante et que les discours pendant les colloques semblaient suggérer que nous étions en train de faire le bien et que le revenu de base allait sauver le monde. Tout cela à contribué au fait que je n’étais pas super à l’aise pendant la conférence (à mon sens ma conférence de Berlin est plus exploitable et compréhensible que celle ci), malgré tout j’ai eu de très bon retour, un très bon accueil de la G1 et de très bonne discussion ensuite mais de manière générale le public était très branché Revenu Base (Lobbying gouvernemental, Expérimentation à petite échelle du RdB) mais très peu nouvelle technologie (Blockchain…). J’espérais en allant à ce congrès pouvoir tisser des liens avec le réseau du BIEN et trouver d’éventuels gens motivés pour soutenir la G1 mais j’ai surtout trouvé des gens dont la philosophie est assez éloignée de la logique libre et émergente du développement de la G1. Les quelques contacts avec qui j’ai échangé depuis août ne semble pas intéressés outre mesure par la G1 à en croire le fréquence de mes échanges avec eux. Ce n’est donc pas une voie et un réseau que je trouve très pertinent de poursuivre aujourd’hui…en espérant vraiment me tromper

C’est un résumé rapide, s’il y a des questions ou des remarques particulières merci de les poser ici.

Bonne journée

Martin

12 J'aimes

Trop étatistes, peut-être ? Une monnaie « populaire » sans état ni autorités de « contrôle », que les gens créent eux mêmes, ouuh ça fait peur :slight_smile:

2 J'aimes

3 J'aimes

C’est super tout ça, bravo :slight_smile:

Ils ont exprimé le pourquoi, et/ou aurais-tu une idée ?

  • Trop petite échelle de la june ? Donc manque de visibilité et d’impact selon eux ?
  • Pas légitimé par les pouvoirs en place ? Donc risque d’être interdit, ou d’être jugé anti-impôts, anti-redistribution ?
  • Trop subversif ? Trop en dehors du système donc risque de trop bousculer le système et de le rendre instable ?
  • Pas soutenu par des économistes ? Donc peur du risque que la monnaie libre puisse s’écrouler d’un coup ?
  • …?

Un peu de tout ça ?

Bonne journée également :slight_smile:

1 J'aime

Je crains que les réponses ne soient dans les questions. « Peur » et « Risque » (2 mots qui reviennent et paralisent le discernement)

1 J'aime

Non c’est plus simple que ça, le manque d’intérêt de leur part est surtout à mon sens dû à l’approche inverse de la G1 par rapport à celle du Revenu de Base par financement en monnaie dette. Ceux sont des gens qui ont pour la plupart une place académique dans la société et qui ont pour idéal de transformer le système existant avec l’idée du revenu de base mais cela n’a rien à voir avec l’approche de la G1 qui est de faire sortir du néant en innovant un mode de fonctionnement nouveau. Donc pour eux, la G1 est trop petite et hors système pour qu’ils puissent vraiment s’y intéresser. J’ai été assez marqué par une contradiction partagée par pas mal de personnes avec qui j’ai discuté : ils espèrent à travers le RdB une transformation politique du système monétaire mais sont assez peu conscient de la réalité de la création monétaire aujourd’hui (d’autre admettent que le système actuel est trop énorme pour pouvoir être modifié).

4 J'aimes

Oui image

De par mon experience au MFRB il ne s’agit ni de peur ni de risque de quoi que se soit. Lorsque j’etais au conseil d’administration de cette « asso» entre guillemet car sous la houlette politicienne oligarchique , je me suis afféré non sans mal à faire intervenir Mr Laborde à la premiere Universite d’été :

Non seulement l’amphi lui a été refusé alors que tous les autres intervenants pouvaient l’obtenir et qui plus est la plus petite salle du campus lui a été proposée , aussi ma conférence que j’avais fait la veille de la sienne ( le 21 août 2014) m’a valu déjà l’´epoque :wink: un avertissement/blâme parceque ma présentation ne s’etait pas limitée au revenu de base par financement en monnaies dette. C’est pour dire l’œcuménisme et l’honnêteté Intellectuelle remarquable qui règne dans ces « assos d’utilité publique ».

1 J'aime

Merci pour ta réponse. C’est dommage oui :confused:

A oui, aucune remise en question ? Voir même une connaissance du sujet ?

Des conférences, c’était quoi le pourcentage entre :

  • revenu de base par impôt/taxes/prélèvement/autres
  • revenu de base par création monétaire ?

Et parler de concept tel que « revenu de vie », de « pouvoir d’achat », de « niveau des prix » ?

Après c’est peut être aussi la grande différence entre monnaie et RdB : nous on parle de ne privilégier personne face à la création monétaire, alors que eux sont plutôt pour garantir un certain accès à des besoins de base financé en monnaie, c’est bien ça ?

Oui c’est plutôt ça mais c’est à mon sens très naïf de parler de revenu de Base pour tous en occultant l’aspect création monétaire. Après moi je parle de mon ressenti global, évidemment certaines des personnes étaient vraiment consciente avec une bonne connaissance économique et/ou technologique mais de manière globale j’ai trouvé ça très naïf au niveau de l’auditoire et des conférences.

Le % de conférence revenu de base par financement : 95% RdB création monétaire très peu de personne en on parlé mais c’est surtout qu’on à l’impression que la création monétaire ce n’est pas du tout un problème pour eux.

2 J'aimes

On peut aussi souligner le boulot de Julio qui offre des images percutantes lors de son exposé qui précède le tien.

Merci de ton retour. C’est utile pour tout le monde de savoir la place qu’à la ML face à l’UBI . Deux animaux qu’on peut confondre dans leurs mouvements, sauf que l’un a des nageoires, l’autre a des ailes. ( BAM: image percutante! Non? :grin: )

5 J'aimes

@scanlegentil Je pense que la différence entre notre projet et celui de Julio c’est que la ğ1 existe et que son projet non. Je dirai qu’on a le corps, les nageoires et des ailes, lui je sais pas ce qu’il y a vraiment de concret :slight_smile:

1 J'aime

@Martino Bravo pour cette conférence!, un tel pavé dans la mare ne peut qu’ amener de bonnes ondes en retour, c’est juste une question de temps.

Empreinte écolo polluante très élevée de cette conférence et impact quasi nul selon Martino sur les intervenants aux œillères creditocrates.

Début de la prestation de @Martino à 17min47s.

Comme tu l’as sûrement remarqué Julio est membre de la TdC. Son projet, c’est tout autant la June que celui sur lequel il a collaboré (que je n’ai pas évoqué sur mon post, mais puisque tu en parles).

Quant à son projet, le sien, entant que chercheur, il publie, et si on aime son travail, on peut l’encourager en lui faisant un petit tip

1 J'aime

Oui certes, mais le regroupement des femmes entrepreneuses SEWA a fait et fait un bon boulot en Inde, enfin dans leur localité. C’est avec elles qui peut être intéressant de discuter monnaie libre.

1 J'aime

Juste pour remettre les choses à leur place, le Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB) :

  • a bien invité Stéphane Laborde lors de la première université d’été, et peu importe la salle, il a fait une conférence qui a été relativement bien suivie et appréciée ;
  • ne spécifie pas comment le revenu de base doit être financé, et n’impose certainement pas une monnaie-dette ;
  • a un nombre non négligeable de membres qui sont également co-créateurs de monnaie libre.

Ceci dit, monnaie libre et revenu de base sont deux concepts différents, qui peuvent être complémentaires, mais peuvent également être traités séparément. Il y a sans doute plus de chance de trouver des personnes sensibles à la TRM parmi les membres du MFRB qu’en dehors, mais cela ne veut pas dire qu’on y trouvera pas également des opposants. Le concept de revenu de base nécessite un cheminement intellectuel auquel on n’est pas habitué, mais celui de monnaie libre est encore pire…

1 J'aime

La monnaie libre EST le revenu de base par création monétaire.

La vidéo est ici :

1 J'aime

Non, la monnaie libre n’est pas un revenu de base. Un revenu de base assure les moyens de subsister à celui qui le touche, la monnaie libre n’assure rien de cela.

1 J'aime

La monnaie libre est précisément le revenu de base par création monétaire.

Le concept flou de « subsistance » , de « suffisant» n’est pas dans la définition du revenu de base et correspond pour ceux qui y font appel à une absence de compréhension de ce qu’est la relativité des valeurs entre les observateurs.

Le DU est le référentiel commun entre les membre du revenu de base par création monétaire , inconditionnellement.

Un montant quel qu’il soit , de quelque monnaie que ce soit peut paraitre suffisant pour un individu et insuffisant pour un autre et cela peut s’inverser avec le temps selon l’evolution des individus et les changements potentiels de perception.

2 J'aimes