Imposition sur le revenu?

Pas besoin de leur demander, ils ont publié cela au BOFIP…

Le bitcoin est comptabiliser en tant que tel dans 1 seul cas par le fisc, c’est le cas de l’ISF. Si tu es assujetis à l’ISF, alors tu dois déclarer le nombre de bitcoin que tu possèdes, ton calcul de l’ISF sera fait sur la base de ton patrimoine, avec les bitcoins au cours choisit par le fisc.

Source : http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9515-PGP

Je t’invite à regarder celà : https://www.leboncoin.fr/recherche/?text=bitcoin%20OR%20btc

Ou encore cela :

Je ne sais pas d’où tu tiens l’information que tu avances, mais acheter des biens et services en bitcoins comme en June est possible.

3 J'aimes

merci cela a le grand mérite d’être clair !

Ces discussions sur les impôts dans le cadre d’une économie en Junes sont agaçantes. Le but de la monnaie libre est de sortir du système pourri des MNL, pour déboucher dans un nouveau paradigme. Avez-vous lu “VOIR MACRON”, de Michel Drac, et ses 8 scénarios, tous élaborés en monnaie dette ? Ils débouchent tous sur : un resserrement monétaire, voire sur le pillage de nos petites économies, voire sur des guerres ou de gigantesques migrations, la famine. C’est ça que vous voulez ?

Il nous faut en urgence inventer un nouveau système de partage responsable. Or, payer des impôts, taxes, charges et amendes, consiste à se décharger de ses responsabilités sur d’autres. On voit ce que ça donne : pauvreté mondialisée, pillages et saccages de la planète, pollutions immenses, guerres, tortures et J’en oublie.

Notre nouvelle monnaie peut changer ça. Je préfèrerais donc qu’on parle de partage des responsabilités, de financements associés, de crowdfunding, etc. Il y a là un gisement de créativité formidable.

2 J'aimes

Tu te fais du mauvais sang et tu as raison. Surtout si Drac hurla

Si Drac hurla ? Que veux-tu dire ?

Je tentais un jeu de mots.

J’ajoute qu’il n’y a pas lieu de parler d’imposition en Junes.

En effet, nous avons étés informés lors d’une réunion à Toulouse à laquelle participaient des fiscalistes, qu’il a été établi que les revenus en Junes ne sont pas imposables.

En effet, pour qu’une ressource subisse l’impôt, elle doit être libellée en Euros, la monnaie dÉtat. Or, la June n’est pas une monnaie d’État.

Par contre, elle doit être déclarée.

A ce sujet, l’Euro se déclare au bas de bilan, en classe 7 ; alors que la June se déclare en classe 5. Pour que la June soit imposable, il faut donc qu’elle soit changée en Euros.

2 J'aimes

Voilà ce que j’ai compris pour la non imposition en Junes.

Et ça m’arrange bien !

Non que j’aie des revenus en Junes, mais parce que cette législation favorable, nous permet de nous organiser et de prendre nos responsabilités. On a cette chance de pouvoir nous organiser à notre guise pour créer une nouvelle façon d’échanger, de créer notre environnement. Alors profitons-en !

1 J'aime

Merci @profil31 pour ces infos, c’est ce que je recherchais. Est-ce que les “fiscalistes” dont tu parles vous ont donnée des références de texte de lois ou de J.O. ou autre pour appuyer leurs dires?

2 J'aimes

Je n’étais pas à la réunion. C’est Matiou qui nous en a parlé à plusieurs reprises.

1 J'aime

J’ai photographié le diaporama :

1 J'aime

Merci Matiou pour ces photos.

J’y lis la phrase:

Tous les revenus réalisés avec les cryptomonnaies sont imposable au régard de l’impôt sur le revenu

Et je suis content : c’est la réponse à ma question initiale :laughing: Mais j’ai une question: qu’est-ce qu’il entend par “réalisés avec” : seulement le revenu du minage, ou tout autre revenu payé en crypto-monnaie? (sauf les revenus du trading, bien sûr, qui sont taxés en tant que plus-value).

Autre question: dans quelle devise je déclare ces revenu? En Euros, évidemment, puisque l’administration fiscale ne reconnaît que cette devise, et de toutes façons il n’y a aucun endroit sur les déclarations pour spécifier une autre devise.

Donc nous (je) ferons (ferai) la conversion de devise Ğ1 -> € . Sauf que cette conversion n’est pas plus reconnue par l’administration fiscale que la monnaie elle-même. Mais bon, faute de prise de position plus précise de la part de l’état, je ferai comme ça.

Revenu =monnaie fiat perçue.

Tout ce qui n’est pas monnaie fiat n’est pas de la monnaie (selon l’etat ).

Je constate que vous n’arrivez toujours pas à comprendre CM63 que les cryptomonnaies ne sont pas des devises selon l’etat bien que nous ne cessons de vous l’ecrire.

Si, j’ai très bien compris que vous n’arrêtez pas de me le serinez, mais je n’ai toujours pas de source officielle de l’état me confirmant cette opinion! Car ce n’est rien d’autre qu’une opinion, tant que ça ne vient pas officiellement d l’administration des impôts. J’attends une source sure de l’état, de l’administration fiscale, et pas des arguments de bistrot!

Dans les cellos présentés par Matiou, ce n’est pas clair. On nous dit d’une part que l’état ne reconnaît que les revenus en euros, mais d’autre part on nous dit “les revenus réalisés avec les cryptomonnaies sont imposables au regard de l’impôt sur le revenu”, et pourtant ce ne sont pas des revenus en euros. S’il faut comprendre “après conversion en euros”, qu’on l’écrive explicitement, là on laisse l’ambiguïté.

L’objet de ce fil est de savoir si vous avez eu vent d’une telle communication du fisc, où les choses seraient clairement exposées. Inutile de me dire de m’adresser au fisc, c’est bon, j’ai compris, si je m’adresse à un fonctionnaire, il ne saura pas me répondre, s’il n’y a pas eu auparavant une directive d’un dirigeant, qui aurait été publiée. Donc autant rechercher directement une telle directive.

La réponse de Matiou était dans ce sens, merci à lui, et on y voit que le discours de l’administration fiscale n’est pas clair, contradictoire.

2 J'aimes

L’administration fiscale de l’etat est pourtant très claire :

-l’impot qu’elle applique dans sa monnaie non libre concerne les revenus en monnaie non libre d’etat dite monnaie fiat.

-les cryptomonnaies ne sont pas de sa monnaie.

Nb: il semblerait que vous vous mépreniez sur les termes « les revenus réalisés avec les cryptomonnaies», car il ne s’agit pas de salaire en cryptomonnaie mais de la quantité d’euro obtenu par la vente de cryptomonnaie.

1 J'aime

Donc, tant qu’on n’a pas changé nos Junes en €, on n’est pas imposable.

Maintenant la question devient : est-ce que l’État a intérêt à changer cette règle ?

1 J'aime

Super !

1 J'aime

Tout est là. :slight_smile: http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9515-PGP

Tu as sur cette page des liens qui explicitent les cas BIC / BNC et le cas particulier de l’ISF (qui va bientôt disparaître.)

C’est relatif au bitcoin, mais pour le fisc bitcoin = crypto-actif que ce soit de la June ou autre.

Bonne lecture. :slight_smile:

1 J'aime

Résumé :

Texte :

La Ğ1 n’est qu’un intermédiaire de troc, et le troc n’est qu’un contrat privé entre les parties qui échangent. Ce contrat est LIBRE.

Troquer ne constitue pas un revenu, puisqu’un revenu est par définition le gain d’une monnaie d’État. Donc pas de TVA pour les biens et services et pas de cotisations ou autres impôts pour les services.

Pas de monnaie d’État donc pas de mise sur le marché non plus…Donc pas de normes non plus… Et ça c’est ÉÉÉnorme !

http://cqfd-journal.org/Face-aux-normes-reconstruire-une

Contrat libre entre les parties on vous dit…

P.S.- Pour être plus clair, il y a comptabilisation de la TVA, mais la TVA collectée étant égale à la TVA déductible, le bilan est nul. Que les ventes et les achats soient décalées dans le temps et effectuées avec des personnes différentes via les unités de ton choix (ici des Ğ1) ne change rien à ton bilan annuel… Le texte appelle ça des UCR, unités de compte réseau.

3 J'aimes

Concernant les normes, particulièrement dans le domaine alimentaire, je prends peut-être mes désirs pour des réalités - mais c’est ainsi que l’on change le monde, non ? - et les combats administratifs ne font que commencer.

Mais les AMAP par exemple, ou autres associations de groupement de consommateurs directement auprès de producteurs, fonctionnent ainsi depuis longtemps : l’échange est un contrat de droit privé entre membres de l’association, qui acceptent le cas échéant en connaissance de cause que le produit ne soit pas fabriqué et ou conditionné selon les normes de la mise sur le marché… Ça peux rester douteux quand il y a des eu®os dans l’échange, mais sinon tout s’éclaircit :slight_smile:

2 J'aimes