Cryptomonnaies, la 5G et les données d’activité corporelle

Dans le brevet qu’a déposé Microsoft le 26 mars 2020, il est écrit :

L’activité du corps humain associée à une tâche fournie à un utilisateur peut être utilisée dans un processus de minage d’un système de cryptomonnaie. Un serveur peut fournir une tâche à un dispositif d’un utilisateur qui est couplé de manière à communiquer avec le serveur. Un capteur couplé de manière à communiquer avec un dispositif de l’utilisateur ou compris dans ce dernier peut détecter l’activité corporelle de l’utilisateur. Des données d’activité corporelle peuvent être générées sur la base de l’activité corporelle détectée de l’utilisateur. Le système de cryptomonnaie de la présente invention couplé de manière à communiquer avec le dispositif de l’utilisateur peut vérifier si les données d’activité corporelle satisfont une ou plusieurs conditions définies par le système de cryptomonnaie, et attribuer une cryptomonnaie à l’utilisateur dont les données d’activité corporelle sont vérifiées.

Quel est le rapport entre les cryptomonnaies, la 5G et les données d’activité corporelle ?

Je suis « sûr » que quelqu"un ou quelqu’une va éclairer ma lanterne A bon éclaireurs-ses salut bien ! Krim.

Les cryptomonnaies à blockchain (comme le bitcoin et la Ğ1) nécessitent de prouver qu’on a fourni un travail afin de pouvoir écrire un bloc dans la blockchain (donc d’enregistrer des transactions, entre autres).

Ce travail est souvent de la forme suivante : l’ordinateur qui veut écrire un bloc doit résoudre un problème mathématique, et généralement la seule méthode de résolution connue est le hasard. Il teste alors plein de nombres jusqu’à en trouver un qui marche, et son bloc est alors accepté par le réseau, et on recommence.

Le travail peut avoir une autre forme, ça pourrait être la conception d’une grille de mots croisés avec des contraintes données ou bien des données biométriques comme ici. Le texte n’est pas précis, mais j’ai l’impression que le mineur pourrait capter ses empreintes biologiques (rythme cardiaque, respiration, activité cérébrale, mouvements, habitudes de vie, etc.), qui seraient soumises à un test (qui vérifie que les données ont bien l’air réel) et pourraient faire valider un bloc.

Dans la plupart des cryptomonnaies (comme le bitcoin, pas comme la Ğ1), écrire un bloc crée une rémunération pour le mineur (c’est d’ailleurs la création monétaire du bitcoin), en plus de frais perçus sur les transactions. D’où la récompense pour l’utilisateur dans le texte. (qui est mal traduit)

Le rapport avec la 5G, c’est qu’elle permet d’échanger plus de données avec un plus haut débit. Il est donc possible de capter plus de données biométriques et de connecter un téléphone ou autre objet à une blockchain.

3 J'aimes

Ce sujet a été automatiquement fermé après 24 heures suivant le dernier commentaire. Aucune réponse n’est permise dorénavant.