Comptes certifiés pour les SDF


#1

Idée de projet: allez à la rencontre de SDF, discuter avec eux et leur favoriser l’ouverture de comptes G1. Pour moi cela fera sens et exemple pour cette monnaie. Voila, je lance l’idée et ouvre la discussion à tous : Voir la faisabilité, comment leur facilité l’accès à internet ? où ? Leur financer les smartphone d’occasion ? Quid forfait téléphone ou autre solution issue du libre ? Comment leur assurer de retrouver leur identifiant et mot de pass ? C’est à vous …


#2
  • Si le but est de rencontrer connaitre et reconnaitre les gens alors c’est une bonne chose,
  • Si cela se passe dans le respect de la licence Ğ1, alors c’est une bonne chose.
  • Si cela est hors licence, c’est à dire passer outre “bien connaitre la personne certifiée”, alors c’est un mauvaise chose,

La création d’un compte est une chose complexe, et nombreux sont déjà ceux qui ont perdu leurs identifiants et leur document de révocation. Alors on ne doit pas certifier comme on jetterait une pièce dans un gobelet, puis disparaitre…

Mon sentiment est donc que oui, c’est une bonne idée, et il faut vraiment respecter la personne en s’assurant qu’on respecte et transmet la licence, et qu’elle est informée de la création et l’usage de son compte, comme il doit être fait pour tout membre de la Ğ1.

Conserver son compte impliquera aussi le renouvellement de ces certifications, donc le maintient d’une connexion avec la communauté. Si on lance la bouée, elle ne doit pas être percée, et il faut aussi hisser le naufragé à bord.

Ainsi on s’assure qu’il restera maître de son compte, plutôt que de lui avoir fait miroiter un mieux qu’il perdrait.


#3

Salut Cyril, Si tu re rapprochais du collectif mlo tu saurais que le collectif est entrain de s’organiser pour développer des conférences échanges avec des populations de la rue et des quartiers . À bientôt pour passer à l’action, le collectif a besoin de monde motivé.


#4

Je vous mets ici les échanges qui ont eu lieu sur FB:


#5

Les sdf sont face à la ğ1 à égalité de traitement qu’avec n’importe quel individus. C’est à dire que L’effort est à faire dans les deux sens : se bouger pour organiser des rencontres et écouter.


#6

Salut les amis, content qu’on aborde ce sujet à plusieurs. Il me tarde qu’on puisse trouver un endroit a Toulouse pour en parler, qu’on soit tous au même diapason sur la façon de piloter ce projet. Amicalement


#7

Nous en avons discuté à quelques voix ce matin lors de la réception des paniers Panecolpus . Nous allons proposer un framadate pour preparer ces rencontres. Il me semble que les rencontres avec des sdf devraient commencer dans un partenariat avec une structure comme « la boutique solidarité » déjà reconnue et appréciée alors que au contraire dans les quartiers il serait préférable d’éviter les assos dans un premier temps.


#8

La fondation Abbé Pierre finance (en unl) sur Toulouse la «boutique solidarité » de l’Arpade , un lieu adéquat pour les rencontres et une équipe que je connais qui me semble ouverte à la compréhension de la solution qu’est la ğ1.

Ne pas hésiter à venir rencontrer :


#9

C’est parfait cela. C’est effectivement un lieu idéal pour organiser une rencontre avec des SDF. La première étape comme tu le suggères Matiou est de discuter avec cette structure. Mon idée serait double: 1- l’association Arpade accepte cette rencontre 2 - l’association apporte (avec nous) un soutien logistique en donnant accès à internet aux comptes. Pour sauvegarder nom public, nom privé et mot de passe, mon idée est de compter sur chaque SDF pour trouver par lui même sa propre solution mais je reste ouvert à la discussion et vos idées. Pour la première étape, je suis prêt à venir rencontrer la structure avec qui veut.


#10

Je peux me rendre disponible en avril pour une rencontre avec l’association Arpade, qui peux venir avec moi ?


#11

bonjour, je découvre la conversation, trop tard pour demander des nouvelles lors des RML. Du nouveau ?


#12

Oui , deux maisons de chômeurs vont ouvrir leur porte à la compréhension de la ğ1.


#13

Bonjour, je découvre cette conversation le 6 novembre 2018 ! Elle m’intéresse car pour la première fois depuis que j’habite Lavaur, J’ai rencontré un SDF dans la Grand Rue. Il est du Loir et Cher. Je l’ai invité au prochain apéro monnaie libre. Il est ici correctement nourri. Des gens s’en occupent.