Comment penser un G1marchémixte?

Salut tout le monde,

je me pose une question et vous livre ma réflexion.

Comment faire en sorte que des producteur-ice-s intègrent facilement la monnaie libre sans ajouter une charge transactionnelle à leurs échanges avec leurs clients ?

Disons qu’il existe des marchés fonctionnant habituellement en 100% UNL mais que certaines des personnes qui le composent détiennent un compte, font les premiers pas, mais ne souhaitent pas introduire de transactions numériques dans leurs échanges durant le temps du marché.

Que pensez vous de la méthode suivante.

  • Un seul endroit dans le marché qui joue le rôle de « bureau de change »

  • Ce bureau de change serait pour le client, l’endroit où il se servirait d’une « borne » mise à disposition si il a pas de smartphone pour accéder à son compte et faire un virement au groupe qui gère le marché. (je parle pas de taux de change G1<=>€)

  • Contre une somme en monnaie libre il obtiendrait des jetons dépensables uniquement sur le marché, par exemple 1DU=1 jeton à voir…

  • Chaque stand aurait son propre positionnement, il pourrait ne pas accepter la monnaie libre, accepter un prix mixte qui pour les clients pourrait être ressenti comme une « réduction » (prédominance référentiel UNL), vendre seulement certains produits en monnaie libre, ou être ouvert à 100% à la monnaie libre. Ce choix serait fait au préalable et affiché sur chaque stand de manière reconnaissable.

  • Chacun-e fait ses petites transactions, des UNL passent d’une main à l’autre mais des jetons aussi.

  • Fin du marché, le « bureau de change » fait le tour des exposants, récupère les jetons de tout le monde en notant la somme correspondant en june sur son livre de compte.

  • Dans un délai court le bureau de change fait les virements aux différents exposants en se basant sur le livre de compte.

Pourquoi fonctionner comme ça ?

C’est clairement une idée issue du constat d’une fracture numérique en zone rurale et de la volonté de rendre plus faciles les premiers pas dans la monnaie libre sans introduire dans les pratiques des gens trop de changements à la fois. Un sorte de parcours d’accompagnement qui pourrait aider certaines personnes à jouer et jeu, découvrir la monnaie libre progressivement et aider son acceptation.

Idées remarques critiques ? Quelles sont à votre avis les avantages et inconvénients de cette méthode ?

3 J'aime

Si vous venez sur les gmarchés à la campagne toulousaine vous verrez que les transferts se font soit directement pas accès au réseau téléphone (4G ou wifi) soit par tenue d’un petit cahier comportant les coordonnées de l´échange (pseudo /début de clé / nom /téléphone/mail).

Cela fonctionne sans effort particulier et le cahier permet de faciliter les rencontres et certifications respectueuses de la licence.

Nb: le bureau de change est utile pour les personnes qui n’ont pas de ğ1 alors qu’elles souhaitent en obtenir en urgence ou/et qu’elles souhaitent soutenir l’organisation qui propose le bureau de change.

3 J'aime

un jour je viendrais, mais c’est pas la porte à côté ^^
c’est l’idée en tout cas, celle du cahier, mais le fait déviter que chacun-e sur le marché ait son cahier, prenne le temps de noter etc… en fait ça prend un petit peu de temps et pour certaines personnes ça peut ajouter un frein supplémentaire (surtout si ils estiment déjà être dans le rush dans ces moments de marché en fonctionnant qu’en UNL)…

par contre clairement ça introduit un tiers de confiance… gros défaut du principe, mais si celui-ci est justement la structure qui organise le marché, en réalité c’est déjà un tiers de confiance en UNL…

il faut bien comprendre que je parle ici d’un marché qui n’est pas un Gmarché, mais qui pourrait devenir quelque-chose entre les deux… une phase transitoire disons…

Un ğmarché est un marché sur lequel la ğ1 est acceptée (en partie ou en totalité ).

L’utilisation de cahier (un bout de papier ) en cas de téléphone déchargé ou d’inaccessibilité au réseau (4g ou wifi) est très simple et rapide , elle permet de faciliter toutes les démarches (achat/vente et éléments de certification) afin de ne pas faire d’oubli.

Tout à fait d’accord. Et personnellement je n’ai pas de problème avec le numérique, ni avec le bout de papier.
Mais il n’en reste pas moins que certains utilisateurs peuvent le voir comme une charge pendant le court temps que représente une transaction (surtout si il y a la queue), et donc un frein à passer le premier pas.

Ok j’avais pas appréhendé cette définition. Dans ma compréhension le ğmarché était un marché essentiellement en monnaie libre et destiné à promouvoir l’usage de la monnaie libre. Ce qui sous-tend que les organisateur-ice-s soient eux-mêmes ouverts à l’idée de la monnaie libre… Ce qui justement me questionne est l’approche transitoire pour introduire un peu d’ouverture chez les sceptiques…

une facilitation et adoptent sans effort nécessaire ce principe simple et rapide de noter avec papier stylo.
Les autres utilisateurs utilisent l’accessibilité 4g ou wifi si elle est disponible.

Libre à chaque stand d’accepter la ğ1.
C’est en affichant les prix en ğ1 que la promo de la monnaie libre se développe aussi.
L’ideal est de proposer des prospectus explicatifs et d’afficher l’heure et le lieu de la prochaine conférence explicative.

c’est vrai…
D’autres s’en servent comme prétexte pour ne pas du tout s’y intéresser…

Les prétextes pour refuser d’ouvrir les yeux sur la création monétaires sont pléthores, ancrés depuis longtemps et indépendants de l’existence de la monnaie libre.

Tout à fait ! et tous les prétextes sont bons pour ne pas changer…
l’humain est un feignant

malgré tout, je reste convaincu qu’un peu d’accompagnement peut aider… que certains ont pas mauvais fond mais ont toujours peur de ce que ça va leur couter (temps/charge mentale/etc…) et se détournent de ce qui pourtant pouvait leur parler idéologiquement… et sans pédagogie j’ai peur que ça risque pas de changer…

Je ne pense pas.
Je constate que c’est le type de monnaie utilisé qui influence surtout les comportements.
Autrement dit l’habitude d’utiliser la monnaie dette engendre une habituation à suivre la commande centrale et à opérer un déni de raisonnement logique personnel.

Concernant l’accompagnement à la monnaie libre : il s’opere très facilement en groupe au travers conférence explicative et stand dédié d’installation logicielle et expérimentale.

Je crois qu’on a pas les mêmes publics, ce genre de conférences par chez moi tu as déjà les 3/4 des copains qui ont fuit… (mêmes copains qui précisons n’ont aucun problème avec le troc par contre…)

il faudrait avoir une bonne confiance en la borne, dans le fait qu’elle ne soit pas piraté … pas facile à obtenir …

c’est clair ! ça peut être un projet open source (ça a tout intérêt à l’être) financé par un crowdfunding en G1…

je n’ai pas conscience des nécessités techniques …
mais je connais pas mal de monde qui n’ont pas de smartphone… et bien d’autres qui n’ont pas internet chez eux… vrai enjeu par chez moi de pouvoir envisager un point d’accès mobile non individuel…

Après il y a la confiance matérielle dans la borne, et effectivement une confiance humaine dans le tiers qui tient le « bureau de change »…

1 J'aime

ça c’est clair que c’est un enjeu. La brochure d’attilax m’avait personnellement bien aidé à saisir certaines choses, mais entre une brochure de 20 pages et un fly 3 volets « découverte » j’aurais tendance à vouloir plancher sur un format papier guide du débutant, un entre-deux qui pose les bases d’une bonne compréhension et les liens pour aller plus loin.

Je pense que si la discussion orale et les liens internet sont indispensables, le pallier intermédiaire manque. Je prend au fur et à mesure connaissance du travail de pas mal de monde du forum là dessus (supports de com divers), je fais faire ma petite cuisine dans mon coin et je reviendrais vers vous pour avoir des avis avant d’en imprimer et de passer à la diffusion.

2 J'aime