Boost de la Ğ1


#22

conclusion hative, il s’agit d’une société du don.


#23

Pour appuyer ce que dit Jean, on avait un gimmick qui disait : la monnaie libre, c’est comme si chaque jour, ton compte bancaire était crédité de 21 €

Il faudrait refaire le calcul avec les masses monétaires euro et June pour vérifier le nombre d’euro (plus ou moins de 21)


#24

Bien vu, joli prolongement du raisonnement.

On peut le comparer à ce qui se passe lors des Ğéconomicus en monnaie dette, quand échaudés par le crédit trop de joueurs cessent d’emprunter bloquant ainsi la production monétaire et ralentissant drastiquement les échanges. C’est ce qu’on appelle une crise…


#29

Si les gens donnent gratuitement des biens ou des services, cela permettra peut-être aux membres de vivre, mais pas grâce à la monnaie.


#30

Il te faudrait définir revenu de base parce qu’il n’existe pas de définition.
non seulement il n’est pas stipulé être suffisant par le BIEN ( basic income earth network) mais surtout un même montant de chiffres peut être suffisant pour certains individus et pas pour d’autres, toute valeur étant relative à l’observateur selon le référentiel choisi.

Selon moi le DU est précisément le revenu de base SANS financement mais par création monétaire.


#31

11 messages ont été déplacés vers un nouveau sujet : Fonctionnement du forum et de sa modération


#32

Je suis d’accord.

En plus je remarque que.la monnaie libre, libère la créativité de pas mal de personnes qui se mettent à produire et à vendre ; ce qu’elles ne faisaient pas avant. C’est ce mouvement-là, qui est en train de nous enrichir.

En plus, on va avoir des choix à faire pour.l’énergie, notre alimentation, notre santé, sans tenir compte de ce qu’on nous impose jusqu’à présent.

Et ces choix vont influencer notre.niveau de vie. Exemple : J’ai supprimé ma mutuelle car je n’utilise plus les services de la médecine classique. J’économise donc de 1500 à 1600 € par an.

En contrepartie, je me suis construit un programme santé qui me coûte 200 € maxi par an, et qui en plus a, en 5 ans, bien amélioré ma sante.

Avec la June, on change de registre. Il nous faut, peu à peu, abandonner celui de la MNL. Or, vouloir doper la valeur de la June par rapport à l’€, c’est faire référence à ‘’ l’ancien monde ‘’ truqué.

Des changements sont déjà en cours, grâce à la June, à commencer par notre façon de communiquer, de développer, d’apprendre, ne serait-ce que sur ce forum. C’est très riche.

Le monde de la June en cours de création n’a rien à voir avec l’ancien système esclavagiste. On n’a plus besoin d’y faire référence, comme on le fait pourtant avec le revenu de base.

Ce sont les choix d’aujourd’hui qui forgent notre avenir. Gardon-nous des techniques autoritaires qui ne font qu’étouffer notre créativité.


#34

Bonjour Gérard,

Je ne suis pas sur que tu montres son impossibilité ici, tu dis juste que si personne ne vend, il ne peut pas y avoir de revenu de base. Oui, mais si les gens vendent ?

Je propose de diviser la population en 3 groupes :

  • groupe A : les fournisseurs de biens/services de base
  • groupe B : des vendeurs de biens/services
  • groupe C : ceux qui ne vendent pas

Posons l’hypothèse que le DU est suffisant pour être un revenu de base. Dans ce cas, les A fournissent les biens/services de base à eux même ainsi qu’au groupe B et C contre leur DU (ou un peu moins). Si ils le font, c’est pour les junes (sinon pourquoi vendre ?). Les A se retrouvent donc avec tout les DU du jour, car ils en ont besoin pour dépenser. Ils dépensent donc tout ces DU du jour chez les B. Maintenant, cette quantité de monnaie circule librement entre tout les groupes et dans chaque groupe.

Ça signifie que chaque jour, la plupart des DU co-produit ce jour se retrouve chez des vendeurs qui veulent ces DU, et qui on donc dû vendre des choses qui intéressent les fournisseurs de biens/services de base, assez pour que les DUs de ces derniers ne suffisent pas.

Est ce que du coup on est d’accord pour dire qu’un DU peut être un revenu de base si :

  • les fournisseurs de biens/services de base veulent dépenser un grand nombre de junes
  • les vendeurs de biens/services vendent justement des choses qui intéressent les fournisseurs de biens/services de base
  • ces mêmes vendeurs ont besoin de récupérer tout les DU co-produit du jour.

Enlevez une de ces 3 conditions et le DU ne peut pas être un revenu de base.

Me suis-je trompé quelque part ou ai-je oublié quelque chose ?


Les réflexions que m'inspirent les RML12
#35

Tu oublies une chose il me semble :

  1. La masse monétaire ne représente pas la totalité des “richesses” (relatives) existantes. La mesure de l’objet n’est pas l’objet.
  2. Le mesure peut être bien plus abondantes que les richesses mesurées et inversement

En conséquence :

  1. Le flux de création d’unités de mesure ne correspond pas nécessairement au flux de création de valeurs
  2. Le flux de création d’unités de mesure peut être plus élevé que le flux de création de valeurs et inversement

#37

Bon, d’une part la June ne circule pas encore assez. Yann m’a dit que 5% seulement des Junes sont utilisées. C’est par là, me semble-t-il, qu’il faut commercer.

Cela passe par la compréhension de l’abondance qu’apporte la création monétaire de la June, et aussi par le développement de l’offre.


#39

Tout à fait d’accord avec toi, mais je ne vois pas ce que ça change dans mon exemple !

On a 3 groupes qui se partage la masse monétaire. Maintenant si on appelle prodA les biens/services de base produit par les A ce jour, prodB les biens/services vendu par les B ce jour, et DUjour les DU coproduit ce jour :

Les prodA sont échangés contre les DUjour, donc les prodA se retrouvent chez tout le monde et les DUjour se retrouvent chez les A.

Les prodB sont echangés contre les DUjour, donc les prodB se retrouvent chez les A et les DUjour chez les B.

Maintenant effectivement, la quantité, la qualité, la diversité de prodA et prodB et leur estimation par chaque individu est différentes chaque jour. Mais je vois pas ce que ça change dans l’exemple de dire que cela varie. prodA et prodB concernent des échanges différents tout les jours !

Et je parle pas d’un revenu de base du point de vue de chacun, ou pour qqn une tente suffit et pas pour un autre. Je pose aussi l’hypothèque d’un revenu de base quelconque, 3 repas et un appart et quelque services de base.


#41

N’est-ce pas la même chose ?

Pas dans le groupe C puisqu’il ne vend rien.


#47

Désolé j’ai manqué de précision :

  • Le groupe B vend des biens/services différents
  • Effectivement, la monnaie ne circule pas dans le groupe C

#48

Ce que je veux dire, c’est que, si le DU était suffisant pour vivre pour la majorité des gens, ce qui me semble correspondre à la définition la plus plausible, et si les gens s’en contentaient, alors personne ne pourraient vraiment en vivre car, justement, il n’y aurait pratiquement plus d’offre. Il faut donc, nécessairement, que les gens cherchent d’autres revenus que le DU, par ventes de biens et de services, ce qui montre bien que le DU n’est pas suffisant comme revenu de base.


#49

Oui je suis d’accord, mais que se passe t-il si une partie de la population ne s’en contente pas et continue de vendre pour acheter, et que l’autre partie souhaite en vivre sans rien vendre (car le revenu de base est bien un revenu de base si aucun autre revenu est nécessaire)?


#50

Et étant donné le même raisonnement, qu’en serait-il alors de la suffisance d’un éventuel “revenu de base” de forme monétaire différente ?


#51

La notion de suffisance est elle pertinente concernant une monnaie co-produite ou non ?
La véritable question de suffisance ne concerne t’elle pas plutôt la disponibilité de biens et services suffisants rencontrant les demandes suffisantes de ceux ci ?
Sans entrer dans les considérations concernant les brevets, monopoles et autres principes privateurs de vente ou production hors privilèges légaux.


#52

En même temps, l’hypothèse que prend le revenu de base est l’hypothèse inverse :slight_smile:


#53

Un revenu de base ne peut donc fonctionner que si une (large) partie de la population ne s’en contente pas. Quels que soient les systèmes monétaires utilisés. OK.


#54

Puisque le sujet « booster la ğ1» a encore dévié et que ça discute de revenu de base supposé suffisant. Je me permet de vous expliquer ce qui visiblement n’a pas été compris : En 1986 yoland Bresson, l’économiste qui a préfacé la TRM , à crée le BIEN , le basic income earth network.

Comme vous pouvez le constater la définition historique du revenu de base ne comporte absolument pas de notion de suffisance.

C’est le mfrb , le mouvement français qui dès sa création en mars 2013 s’est fait « avaler» par la banque et a alors logiquement stipulé deux nouvelles notions sournoises dans sa définition du Rdb : la notion de financement et de suffisant.

Édit : il semble que ce qui reste du mfrb ait accepté depuis peu d’abandonner la définition sournoise pour revenir à celle d’origine, mais semblerait du coup que le mal est fait dans l’inconscient collectif :